Lombard et le phénomène iPhone / L'Open Source vote Android / SAP et les promesses…

Didier Lombard : "Je n'arrive pas à caractériser le phénomène iPhone" (Les Echos) Dans un entretien aux Echos, le toujours Pdg de France Télécom Didier Lombard explique que près de 8 forfaits sur 10 vendus à Noël par Orange étaient associés à des iPhone.

Didier Lombard : "Je n'arrive pas à caractériser le phénomène iPhone" (Les Echos)

Dans un entretien aux Echos, le toujours Pdg de France Télécom Didier Lombard explique que près de 8 forfaits sur 10 vendus à Noël par Orange étaient associés à des iPhone. "Un véritable déferlement du haut débit mobile. En un an, la consommation de débit a été multipliée par 2,6 en France, 3,6 au Royaume-Uni, 3,2 en Belgique, 3,3 en Suisse, et même par 2 en Roumanie pourtant en récession", explique Didier Lombard, qui affirme toutefois que les réseaux de l'opérateur ne frôlent pas la saturation. Le Pdg promet aussi un toilettage des offres maison, dont l'empilement "surcharge les systèmes d'informations, qu'il faudra moderniser pour faciliter à la fois la vie du client et la vie de celui qui le sert. Cela sera un grand chantier."

Smartphones : l'Open Source vote Google plutôt qu'Apple (Blog Open Road)

En plein lancement du smartphone de Google (Nexus One), Matt Asay s'interroge sur le peu d'applications Open Source disponibles pour l'iPhone (en dépit de quelques pépites comme Funambol). Pour le blogueur, il s'agit là certainement d'une conséquence de la politique très fermée d'Apple, dont le processus de validation des applications reste largement critiqué. La meilleure chance de Google et de son OS Android ?

SAP doit tenir ses promesses passées (Blog Software Insider)

Etonnante liste de course que celle qu'adressent les grands clients de SAP à leur éditeur. Sur son blog, Ray Wang, analyste au sein du cabinet Altimeter Group, poste une diapo d'une récente étude auprès de 73 grands comptes révélant que ceux-ci souhaitent dans l'ordre une réduction du TCO, une meilleure intégration des solutions, la livraison de la roadmap promise et la réduction du coût de la maintenance (ou la démonstration de sa valeur). Autrement dit que SAP tienne ses promesses. Ray Wang livre ensuite quelques noms de partenaires de l'éditeur spécialisés sur ces sujets prioritaires. Selon Altimeter, l'environnement SAP pesait près de 79 milliards de dollars en 2009 et employait 850 000 personnes.

Filtrage porno : les Chinois au banc des accusés (New York Times)

A qui est ce sein qu'on ne saurait voir ? Un éditeur californien, Cybersitter, accuse deux sociétés chinoises d'avoir piraté sa technologie pour réaliser le logiciel de filtrage anti-pornographique que leur commandait le gouvernement chinois. Ce dernier ainsi que sept constructeurs, dont Lenovo et Acer, figurent aussi au banc des accusés. Les autorités chinoises voulaient installer ce système de filtrage (Green Dam) sur tous les ordinateurs vendus dans le pays avant de faire machine arrière au cours de l'été dernier.

Bug de l'an 2010 : Symantec aussi (The Register)

Il n'y a pas que les cartes bancaires allemandes à avoir la gueule de bois après le réveillon. Des logiciels de Symantec, Endpoint Protection v11.x et Endpoint Protection Small Business Edition v12.x, s'emmêlent eux aussi les pinceaux dans leurs mises à jour des bases de signatures depuis le passage à l'an 2010. L'éditeur travaille à un correctif.

HP s'allie à Microsoft pour mordre les mollets de Sun (InformationWeek)

Echange d'amabilités entre le couple HP-Microsoft et Sun. HP, associé à Microsoft donc mais aussi à Novell et Red Hat, lance une offensive en direction de la base installée de Sun en lui promettant des migrations sans risque et un TCO (coût de revient) plus bas. Le nouveau bundle de HP (CompleteCare) arrive quelques semaines après un missile envoyé par Sun en direction des clients du constructeur californien... promettant là encore une baisse du TCO. Ce dont s'amuse notre toujours sarcastique confrère Bob Evans.

Comment Adobe répond aux divulgations de failles (blog Adobe)

Touché ces derniers mois par de nombreux "exploits" touchant ses logiciels (notamment son format PDF), Adobe s'explique sur ses méthodes d'évaluation et de réponse aux failles. Un blog de l'éditeur retranscrit les principaux éléments d'un entretien entre des responsables du laboratoire de Kaspersky et le directeur de la sécurité d'Adobe.

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close