Credoc : l’IT brouille les lignes entre vies personnelle et professionnelle

La dernière étude du Credoc sur la diffusion des technologies de l’information et de la communication dans la société française montre comment l’Hexagone est entré clairement dans l’ère du télétravail et de la consumérisation.

L’équipement technologique est important en France, révèle tout d’abord la dernière étude du Credoc (le centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie) sur la diffusion des technologies de l’information et de la communication dans la société française. Ainsi, 83 % des 12 ans et plus sont équipés, à domicile, d’au moins un ordinateur. Pour 36 % d’entre eux, il y a en même plusieurs au sein du foyer. Et dans 17 % des cas, il y a au moins une tablette tactile à la maison, contre 8 % il y a un an. En outre « 39 % des Français sont équipés d’un smartphone en 2013, contre seulement 17 % il y a deux ans. » Pas étonnant, dans ce contexte, que 77 % des ménages de l’Hexagone disposent d’une connexion à Internet, et 37 % des Français accèdent au réseau depuis leur téléphone mobile. Entre téléphonie mobile, lieux publics, domicile et bureau, 82 % de la population accèderait aujourd’hui à Internet. 

Une ligne de plus en plus floue entre vie privée et vie professionnelle

Sans grande surprise, le Credoc relève que « la diffusion des technologies de l’information et de la communication et le développement d’une économie de services numériques ont contribué à la porosité croissante » entre sphères privée et professionnelle. De fait, « 50 % des actifs utilisent Internet au bureau à des fins personnelles ». En outre, 39 % des actifs se connectent, pour travailler, en dehors de leurs lieux et temps de travail. Un télétravail qui ne dit pas son nom, et un phénomène d’autant plus marqué que l’on utilise régulièrement Internet : cette proportion d’individus travaillant en ligne sur leur temps personnel monte à 63 % chez ceux qui utilisent Internet au quotidien.
Le télétravail apparaît toutefois comme une réalité assumée pour 32 % des actifs, soit quatre points de mieux qu’en 2011. Les cadres apparaissent « de loin » comme les plus nombreux à laisser le travail s’immiscer dans leur sphère personnelle : « 62 % d’entre eux ont effectué, au cours des douze derniers mois, du travail à domicile », tout comme plus de la moitié des indépendants ou encore près de 40 % des membres des professions intermédiaires. Et 77 % des cadres indiquent en outre travailler soir et week-end grâce aux TIC. 

Des perceptions variées

Un débordement qui n’est pas systématiquement bien vécu, relève le Credoc, soulignant que 40 % des personnes concernées estiment que l’usage professionnel, hors du travail, des nouvelles technologies « empiète trop sur la vie privée ». 56 % des indépendants semblent particulièrement satisfaits de disposer de plus de flexibilité dans leur travail, contre 50 % des cadres. 
Globalement, 66 % des actifs ne voient pas la pertinence de chartes ou de limitations de ces usages. 62 % d’entre eux ne souhaitent pas plus de charte limitant l’usage personnel d’Internet sur le lieu de travail. 

L’étude du Credoc a été réalisée à partir d’un échantillon « représentatif de la population française » de 2215 personnes âgées de 12 ans et plus, interrogées en face à face, à leur domicile, en juin dernier.

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close