L’UIT invite les TIC à se préparer pour le changement climatique

L’organisme se penche sur les effets du changement climatique sur l’industrie des télécommunications et des technologies de l’information.

Le changement climatique concerne également l’industrie des télécommunications et des technologies de l’information. C’est le constat que produit l’Union Internationale des Télécommunications (UIT) dans un rapport récemment publié.

En préambule, l’organisation relève que « la contribution des TIC à la réduction des émissions carbones, à l’efficacité énergétique, à la surveillance des événements liés au climat, et à la mise en oeuvre de pratiques d’adaptation est étudiée depuis le début des années 2000 », mais que « l’adaptation du secteur des TIC lui-même aux impacts du changement climatique » a fait l’objet de beaucoup moins de recherches. Pour autant, l’UIT estime ce travail nécessaire, afin de permettre au secteur des TIC de mieux se préparer et s’adapter aux « manifestations climatiques à court et long terme ». Une question de résilience. Et de viser, dans son rapport, non seulement les opérateurs télécoms, mais également les équipementiers, fournisseurs de services, gouvernements, ou encore les acteurs internationaux, tels que l’UIT elle-même.

L’organisme met notamment en exergue toute une série d’impacts potentiels, à commencer par des événements majeurs ponctuels : précipitations particulièrement fortes, avec les risques d’inondations ou de glissements de terrains associés, ou encore cyclones et tempêtes affectant les infrastructures au sol. Mais l’UIT se penche également sur les menaces à long terme, les « changements chroniques » : augmentation des températures quotidiennes maximales et vagues de chaleur, mais aussi des températures moyennes et minimales, évolution des régimes de précipitations et élévation du niveau des eaux. A la clé, des risques de dégradation des infrastructures et l'augmentation des coûts d’exploitation, notamment.

Renforcer la robustesse de l'exploitation

Mais le tableau n’est pas totalement négatif. Pour l’UIT, le changement climatique est susceptible de faire émerger de nouveaux besoins pour « aider les individus, les entreprises, les villes et les gouvernements à faire face aux impacts » de ce changement. En outre, se préparer à long terme pour les risques induits par le changement climatique permettrait de renforcer la robustesse de l’exploitation, de la logistique, et des chaînes d’approvisionnement, voire de réduire, in fine, les coûts de maintenance.

Reste que pour en arriver là, l’industrie des TIC devra dépasser certaines barrières, notamment liées au manque de conscience et d’évaluation des risques climatiques, voire de compétences pour la mise en oeuvre des mesures d’adaptation nécessaires. En outre, certains secteurs seraient tentés de trop se concentrer sur les conséquences à court terme d’événements extrêmes, négligeant les risques à long terme.   

Pour approfondir sur Green IT

- ANNONCES GOOGLE

Close