SanDisk se sépare de son activité baies de stockage

Après le rachat de Fusion-IO, SanDisk vient d'annoncer sa décision de se séparer de son activité baies de stockage. NexGen va dont renaître en tant que société indépendante.

SanDisk a finalement décidé de se séparer de l’activité baies de stockage de Fusion-IO, issue de l’acquisition en 2013 de Nexgen et rebaptisée depuis ioControl. « Les systèmes de stockage hybrides incorporant des disques durs ne sont pas stratégiques pour Sandisk » a expliqué Sumit Sadana, le directeur de la stratégie du constructeur. SanDisk était visiblement désireux de ne pas créer de concurrence avec ses clients, les fabricants de baies de stockage.

La décision va donner naissance à un nouvel acteur, NexGen Storage, qui sera dirigé par le cofondateur de l’ancien NexGen, John Spiers. La firme maintiendra des liens d’approvisionnement avec SanDisk mais n’aura pas de lien capitalistique avec son ancienne maison mère.

Une offre de baies SAN hybrides qui embarquent des cartes Flash PCIe

John Spiers, cofondateur et CEO de NexGen Storage.
John Spiers, cofondateur et CEO de NexGen Storage.

John Spiers est surtout connu comme l’ancien CEO de LeftHand Networks (racheté par HP). Il avait créé Nexgen en 2010 avec Kelly Long.

Les baies Nexgen sont des baies SAN hybrides bi-contrôleurs qui incorporent un étage de Flash basé sur les cartes PCIe de Fusion-IO pour les performances et un étage basé sur des disques durs pour la capacité. Un mécanisme de tiering en temps réel assure les mouvements de données entre les deux étages de stockage en fonction des politiques de qualité de service définies par l’administrateur. Les baies sont accessibles via le protocole iSCSI et visent notamment le marché des architectures virtualisées.

Le modèle le plus performant de la gamme, le n5-150, qui embarque 2,4 To de Flash et 48 To de disques durs, affiche des performances de l’ordre de 150 000 IOPS.

Une architecture conçue pour supporter le 100 % Flash

En 2012, John Spiers et Kelly Long nous avaient expliqué que l’architecture de Nexgen était conçue pour évoluer à terme vers une architecture 100 % Flash. Une évolution qui a ce jour n’a pas eu lieu.

À l’occasion de la séparation de NexGen d’avec SanDisk, John Spiers a expliqué que NexGen avait été créé pour s’attaquer aux problèmes de performance et d’administration associés aux solutions mixant plusieurs types de stockage tels que la NVDIMM (la mémoire Flash au format DIMM), la Flash, les disques durs, ainsi que le Cloud. « Le fait d’opérer désormais comme une société autonome va permettre à NexGen de conserver cette vision technologique et de mieux servir nos clients » prédit le dirigeant.

 

 

 

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close