Après deux ans de recul, Cisco renoue avec la croissance

Le chiffre d'affaire de Cisco est reparti à hausse au cours de son deuxième trimestre fiscal, clos fin janvier 2018. Le constructeur a réussi à stabiliser ses activités routage et commutation, tout en continuant à développer ses ventes en matière de logiciels et de services. La croissance reste toutefois très modeste.

Cisco a renoué avec la croissance pour la première fois en plus de deux ans, du fait de la bonne santé de son business datacenter, du rebond de ses ventes de commutateurs et du dynamisme de ses activités logicielles et sécurité.

Les revenus du constructeur au cours de son second trimestre fiscal, clos le 27 janvier 2018, ont ainsi progressé d’environ 3 % par rapport à la même période il y a un an, à 11,9 milliards de dollars, tandis que ses prises de commande ont cru d’environ 5 %.

Cisco a toutefois enregistré une perte nette massive de 8,8 milliards de dollars, du fait d’une charge fiscale exceptionnelle dans le cadre de la réforme fiscale votée par l’administration Trump. cette dernière permet le rapatriement aux US des bénéfices des sociétés moyennant une taxe forfaitaire de 15 %. Sans cette charge exceptionnelle, le bénéfice de la firme aurait crû de 10 % sur un an, à 3,1 milliards de dollars.

Les progrès du numéro un mondial des réseaux sont difficiles à apprécier du fait de la nouvelle présentation des résultats adoptée pour cette année fiscale 2018. Cisco consolide désormais en une seule activité (« Plates-formes d’Infrastructure ») des périmètres jusqu’alors présentés comme indépendants (routeurs, commutateurs, Datacenter, sans-fil). Ce travail d’obfuscation rend impossible toute analyse détaillée des différents segments d’activité historiques de Cisco.

Solide + solide + dynamique - modeste = +2 %

Officiellement, les plates-formes d’infrastructures ont vu leurs ventes progresser de 2 % sur un an, à 6,69 Milliards de dollars. Faute de chiffres plus détaillés, il faut s’en remettre aux propos de Kelly Kramer, la directrice financière de la firme, lors de sa conférence avec les analystes. Selon elle, Cisco a enregistré une progression « solide » de ses ventes de commutateurs de datacenter.

Les ventes du dernier né des commutateurs de campus de la marque, le Catalyst 9000, seraient également prometteuses, avec un doublement du nombre d’entreprises utilisatrices par rapport au 1er trimestre fiscal 2018, à plus de 3100 clients.

La croissance des activités Wi-Fi est aussi qualifiée de solide, tandis que les ventes d’équipements datacenter auraient progressé à un rythme de deux chiffres (soit entre +10 % et 99 %, on appréciera la précision des chiffres fournis par la CFO). Seul bémol, ces progrès ont été pénalisés par un recul des routeurs qualifié de « modeste ».

Si l’on résume, la croissance est solide partout et les serveurs progressent à deux chiffres, tandis que les routeurs reculent mollement, pour une solide progression de… 2 %. La novlangue a de beaux jours devant elle.

Pour remettre les choses en perspectives, sur l’ensemble du premier semestre fiscal, l’activité « plates-formes d’infrastructure » a vu son CA reculer de 1 %.

Le logiciel et la sécurité en croissance de 6 %

Selon Cisco, l’activité logiciels (collaboration, communications unifiées, telepresence, IoT, AppDynamics, Jasper, etc.) a connu un trimestre dynamique, marqué par un bond de 6% du chiffre d’affaires, à 1,18 Md$. La vente sous forme d’abonnements a également contribué à doper les revenus différés qui bondissent de 18 %

Le scénario est le même pour les produits de sécurité. Selon Cisco, l’activité a progressé de 6 % à 558 M$, dopée notamment par la sécurité web et l’UTM. Là encore les abonnements tirent la croissance des revenus différés (+38 %). Les services, enfin, ont cru modestement de 3 % à près de 3,2 Md$.

Cisco mise sur la croissance de ses activités logiciels et services pour limiter sa dépendance à ses plates-formes de commutation et de routage, des activités considérées comme matures et dont les perspectives de croissance sont faibles.

D’ici à 2020, la firme s’est fixé pour but que la moitié de son activité proviennent de ses abonnements logiciels et de ses services. Pour l’instant un tiers du CA de la firme provident de sources de revenue récurrentes (abonnements, licences logicielles, maintenance, support). Ce chiffre est en hausse de 2 points par rapport à l’an passé.

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close