Co-op

MDM : des bases comme l'email et le Wi-Fi peuvent suffire à en démontrer la valeur

Certains peuvent imaginer ne pas avoir un cas d'utilisation pour les outils d’administration des terminaux mobiles. Mais il n’est pas nécessaire d’aller chercher bien loin.

De nombreuses entreprises ont étudié les outils d’administration des terminaux mobiles (MDM, Mobile Device Management). Et beaucoup renoncer à les utiliser. Peut-être n’ont-elles pas de grandes préoccupations en matière de sécurité ou d'exigences réglementaires, ni de stratégie avancée en matière de mobilité. A moins qu’elles ne pensent que leur parc n’est pas suffisamment étendu pour justifier la démarche.

Mais il y a fort à parier que les équipes chargées du support technique de ces structures consacrent encore beaucoup de temps à accompagner les utilisateurs dans leurs pratiques de mobilité. Utiliser une solution d’administration des terminaux mobiles pourrait donc s’avérer profitable. Le fait est qu’aujourd’hui la mobilité est une réalité de l’activité de toute entreprise, volontairement ou non.

Dès lors, tout service de support peut accompagner les utilisateurs pour toutes sortes de tâches courantes telles que la connexion des terminaux au réseau sans fil – d'autant plus que certains smartphones Android multiplient les options d'authentification –, l’accès à la messagerie électronique – avec en particuliers les serveurs Exchange –, la gestion des mots de passe, la configuration d’un accès VPN, le choix des logiciels clients pour les applications utilisées dans l’entreprise… Et la liste peut continuer.

Tout cela peut mobiliser un temps considérable des équipes de support, voire induire une perte de productivité des utilisateurs finaux. Mais combien de ces activités pourraient être automatisées ? Et cela avec un produit de base bon marché, voire gratuit.

Dans de nombreux cas, il est probable qu’une solution d’administration des terminaux mobiles à faible coût pourrait permettre de gagner beaucoup de temps et d’argent.

Bien sûr, adopter une solution de MDM, c’est un peu ouvrir une boîte de Pandore : il faut compter avec des questions de confidentialité et d'utilisation des terminaux mobiles. Et aujourd'hui, il faut aussi aller un peu plus loin et se pencher sur les options de gestion d'applications mobiles et les suites complètes de gestion de la mobilité d’entreprise (EMM) voire de l’environnement de travail de l’utilisateur final (UEM, Unified Endpoint Management). Il faut en outre compter souvent avec les questions de gestion des identités et des accès (IAM, Identity and Access Management).

Mais par définition, ceux qui n’ont adopté ni MDM, ni EMM depuis 10 ans que se propagent les appareils iOS et Android, ne se sont probablement pas préoccupés tant que ça du contrôle d'accès des terminaux. Cela signifie qu’il est encore temps de mettre en place au moins quelques règles de MDM, en se concentrant sur le déploiement, pour simplifier la vie des utilisateurs et améliorer la posture de sécurité de l’entreprise.

Il existe de nombreuses façons de rendre la technologie plus conviviale pour les utilisateurs finaux tout en améliorant la productivité, à travers l’automatisation de tâches d'assistance courantes. Et les fonctionnalités de base des outils de MDM peuvent contribuer grandement à la réalisation de ces objectifs.

Pour approfondir sur Gestion des applications et terminaux

- ANNONCES GOOGLE

Close