IBM dévoile ses grands serveurs Power9

IBM a dévoilé cette semaine ses nouveaux serveurs d'entreprises à base de processeurs Power9, les Power E950 et E980 capables d'accueillir entre 4 et 16 puces de dernière génération. Conçues pour fonctionner sous AIX, Linux et IBM i, ces machines se destinent à l'hébergement d'applications critiques et de bases de données in Memory.

Après avoir largement refondu son offre de serveurs Power en mode scale-out avec des systèmes à base de puces Power9, IBM vient de s’attaquer aux choses sérieuses en dévoilant ses machines Power9 en mode scale-up, les E950 et E980, respectivement capables de supporter jusqu’à 4 et 16 puces de dernière génération.

Ces machines ont pour but de séduire les entreprises à la recherche de serveurs résilients pour leurs applications critiques de bases de données en mémoire, d’ERP ou d’analytique.

Outre des performances et une capacité mémoire en hausse, les nouveaux serveurs haut de gamme de Big Blue se distinguent par des capacités d’entrées/sorties en nette progression (support du PCIe 4.0, de CAPI 2.0 et de NVLink 2.0) et par une série d’améliorations matérielles et logicielles conçues pour rendre les systèmes plus fiables et sécurisés et pour réduire les coûts de maintenance (ceux-ci sont désormais intégrés dans le prix des machines). Selon Big Blue, ces améliorations devraient permettre aux nouvelles machines d’atteindre un niveau de disponibilité de 99,9996 %.

De 4 à 16 sockets processeurs, pour un maximum de 192 coeurs

Le serveur Power E950 se présente sous la forme d’un système rackable de 4U de hauteur, tandis que le modèle E980 est un facteur de forme 5U. Le E950 est disponible en plusieurs configurations différentes, supportant deux ou 4 processeurs Power9 SU (Scale-Up). Cette déclinaison du Power9 dispose de deux fois moins de cœurs que les Power9 SO (Scale-Out). Mais ces cœurs sont plus musclés et supportent plus de threads (deux fois plus que les Power9 SO). Selon IBM, le Power E950 accepte des processeurs cadencés entre 3,15 GHz et 3,8 GHz équipés chacun de 8 à 12 cœurs, soit un maximum de 32 à 48 cœurs par serveur.

Le E980 est quant à lui un serveur quadri-socket rackable au format 5U. Grâce à la technologie NUMA d’IBM (que le constructeur persiste à appeler SMP), il est possible d’assembler un système massif composé de 4 nœuds E980 soit un total de 16 processeurs (et un maximum de 192 cœurs chacun capable de traiter 8 threads en parallèle). Selon les modèles, les nœuds E950 acceptent des puces Power9 cadencées entre 2,9 et 3,4 GHz. Chaque nœud accueille jusqu’à 32 modules mémoire propriétaires équipés d’un buffer mémoire, soit un maximum de 16 To par nœud et de 64 To pour un cluster NUMA de 4 nœuds.

Architecture d'un serveur Power E980
Architecture d'un serveur Power E980

Des performances en hausse de 40 à 60 % par rapport aux machines Power8

Côté performances, les gains proposés par les derniers nés de Big Blue sont impressionnants. L’index rPerf (performance multi-utilisateur sous AIX) d’un Power E950 est environ 60 % supérieur à celui d’un E850 et que celui d’un E980 pleinement configuré est environ 40 % plus véloce qu'un E880.

Les E950 et E980 peuvent fonctionner sous AIX, IBM i OS et Linux. IBM permet aux utilisateurs existants avec des licences AIX de les transférer vers les nouveaux systèmes et le constructeur propose également des options d’évolutions de systèmes équivalents (Power 870 et 880 à base de Power8 vers les nouveaux serveurs (dans ce cas, il est même possible de continuer à utiliser les barrettes mémoire CDIMM DDR3 des précédents modèles).

Notons pour terminer qu’IBM travaille déjà au développement des futurs systèmes Power10 et prévoit de commencer à les livrer dans le courant 2020.

Pour approfondir sur Unix (Risc et Itanium)

- ANNONCES GOOGLE

Close