Pure Storage se pare d’atours cloud 

Le constructeur a annoncé plusieurs services pour faciliter l'utilisation de ses technologies en architecture cloud hybride, dont une baie virtuelle pour Amazon AWS, un service de copie de snapshots vers le cloud, ainsi que la disponibilité à venir de sa technologie StorReduce sur Amazon AWS.

Que faire lorsque votre croissance ralentit et que vos clients consomment une part grandissante de leur budget infrastructure en services cloud ? C’est à cette question que sont confrontés tous les acteurs traditionnels de l’infrastructure et notamment ceux du stockage. Et c’est la question à laquelle Pure Storage a tenté de répondre avec une série d’annonces il y a dix jours. 

Pure qui vient de boucler son dernier trimestre fiscal sur une croissance de 34 % a réalisé un chiffre d’affaires de 373 M$ sur ses trois derniers mois d’activité et a subi une perte nette de 28,2 M$, en léger recul par rapport aux 29,4 M$ de perte nette enregistrés durant la même période l’an passé. Le fournisseur emploie désormais 2650 salariés (200 de plus que l’an passé) et dispose de plus d’un milliard de dollars en banque et en placements à court terme. Au cours du trimestre, sa base installée s’est enrichie de 300 nouveaux clients, portant à 5450 le nombre total d’entreprises ayant déployé des systèmes Pure Storage (Flash Array ou FlashBlade).

Selon son PDG, Charlie Giancarlo, « les clients expriment de plus en plus clairement leur demande pour un cloud hybride, mais la réalité aujourd’hui est qu’il y a une fracture avec le cloud et cela est d’autant plus évident au niveau de la couche de stockage ». Selon lui, « les services de données sur site et en nuage varient considérablement, ce qui rend difficile la création d’applications pouvant être exécutées partout et oblige nos clients à faire un choix technologique entre le cloud et “on-premises”. Nous pensons qu’il ne devrait pas en être ainsi. »

La réponse de Pure à ce problème n’a rien de bien révolutionnaire. On pourrait même dire qu’en la matière, la firme a un train de retard sur NetApp. Imitant son concurrent, le constructeur a dévoilé ses « Cloud Data Services » pour Amazon AWS. Au programme, un service de stockage en mode blocs, un service d’externalisation des snapshots de ses baies sur S3 et le retour en bêta de StorReduce, une solution de déduplication pour S3 que la firme a acquis au mois d’août.

Cloud Block Store (CBS) n’a, pour le coup, rien de bien révolutionnaire. Pure Storage a porté son système d’exploitation Purity pour l’exécuter sous forme d’instance dans AWS. Cela va permettre à ses clients d’opérer des baies virtuelles Pure dans AWS et de bâtir des solutions de cloud hybride entre baies physiques Pure et baies virtuelles dans AWS (avec notamment la possibilité de répliquer des données entre les deux environnements).

L’autre service est Cloud Snap qui permet d’externaliser les snapshots des baies FlashArray sur Amazon S3, soit à des fins de protection à long terme, soit à des fins de reprise après sinistre. Enfin, la solution de StorReduce, va permettre aux clients de Pure d’envoyer des données dans S3 tout en profitant du moteur de déduplication virtualisé intégré à StorReduce. Cela devrait non seulement permettre de réduire les coûts de stockage dans S3, mais également de réduire les coûts de transfert des données sortantes.

Rappelons que StorReduce peut aussi être combiné avec les baies FlashBlade de Pure (qui supportent le protocole S3). L’objectif est alors de faire de FlashBlade une cible de sauvegarde à haute performance pour des logiciels comme Veeam, Commvault ou NetBackup.

CloudSnap est disponible immédiatement alors que Cloud Block Store et StorReduce pour AWS sont en bêta publique. StorReduce devrait être disponible commercialement dans le courant du premier semestre de 2019 tandis que CBS arrivera un peu plus tard.

 

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close