mozZz - Fotolia

Cloud : Eudonet et LinkByNet s'allient pour un CRM 100 % français

L'éditeur français joue la carte du cloud souverain. Il continue son recentrage sur quatre secteurs, s'internationalise, a fait ses deux premiers rachats et fait évoluer son offre avec la gestion commerciale et l'automatisation du marketing.

L'éditeur français de CRM, Eudonet a été repris il y a deux ans par un ancien de Sage, Antoine Henry. Il s'est lancé depuis dans une transformation à plusieurs niveaux.

Lors de l'Eudo i-Day 2019 - son évènement clients annuel qui s'est tenu le 17 mai à Paris - l'évolution la plus marquante, en terme d'infrastructure, a été l'annonce, d'un partenariat avec un autre acteur français : LinkByNet.

Avec LinkByNet : un CRM souverain

L'infogérant et opérateur d'infrastructures avec son offre « @gile » est aussi partenaire de Sage en France. Il devrait permettre à Eudonet « de gagner en agilité et en scalabilité », dixit le président de l'éditeur.

Chaque base des entreprises utilisatrices du CRM sera migrée, une par une, dans les deux années à venir sur l'infrastructure @gile de LinkByNet.

Conséquence directe de ce changement, Eudonet va répercuter de manière plus stricte les limitations de stockage, mais en les augmentant très significativement. Ainsi, le plafond de 1 Go pour 25 utilisateurs passera à 1 Go par utilisateur. Idem pour la messagerie intégrée au CRM qui, en plus, passe d'une limite mensuelle (20 Mo, équivalent de 500 mails) à une limite annualisée (à 100.000 mails), « ce qui permet de mieux encaisser des charges saisonnières ».

Ces changements arrivent avec un nouvel outil de suivi de la consommation dans la console d'administration.

L'autre facteur clef de cette décision de partenariat 100 % français tient au recentrage d'Eudonet sur quatre secteurs qui représentent aujourd'hui 80 % de ses revenus : les associations (professionnelles - comme Syntec Numérique - ou non comme les ONG), le secteur public (Mairie de Paris, Chambres de Commerce), l'enseignement supérieur, et le secteur de l'immobilier.

Or les deux premiers sont particulièrement sensibles aux problématiques de cloud souverain, de Cloud Act, de Patriot Act et aux décisions de l'administration Trump parfois inquiétantes pour les Européens.

Or, comme le souligne très bien Antoine Henry dans un échange avec la rédaction, stocker les données en France ou en Europe - comme peuvent le faire un AWS ou un Microsoft - ne change rien au problème. Ce sont les nationalités de l'hébergeur de données et de ceux qui l'opèrent qui comptent.

Zapier, DocuSign, extension pour la gestion commerciale

En plus de ce partenariat, l'Eudo i-Day 2019 a été riche de plusieurs annonces clefs.

Eudonet va par exemple intégrer Zapier pour connecter le CRM avec plus de 150.000 applications sans avoir à programmer la moindre API.

Parmi les exemples cités sur scène par Eudonet, Zapier permettra à un utilisateur métier de gérer sans quitter le CRM le traitement de ses commandes jusqu'au paiement en s'interfaçant avec OneDrive (pour stocker les devis et les contrats), avec Gmail (si l'utilisateur ne veut pas utiliser la messagerie d'Eudonet) et avec Paypal.

Eudonet a également travaillé pour intégrer la signature électronique de documents dématérialisés de DocuSign.

En parallèle, l'éditeur sort une extension de gestion commerciale (« GESCom ») qui couvre les devis, la gestion des tarifs, les packs produits, l'inventaire, la nomenclature, la gestion multi-devises, etc.

Marketing Automation

Autre annonce, Eudonet a passé un accord avec Link Mobility pour les envois de SMS qui gère aussi le « stop SMS » (dans les campagnes marketing). L'automatisation du marketing (Marketing Automation) est d'ailleurs un début de diversification pour l'éditeur.

L'idée n'est pas d'atteindre la complexité d'un Marketo - avec des relances spécifiques et programmées de manière très fine à chaque étape d'un parcours multicanal très granulaire - mais d'intégrer des outils basiques, et simples d'usage, pour communiquer avec les clients, les prospects et les donateurs. Selon Antoine Henry, beaucoup de clients d'Eudonet « reviendraient » de Marketo, rebutés par sa courbe d'apprentissage.

La pièce centrale du Marketing Automation d'Eudonet est un studio de conception en glisser-déposer pour créer ses e-mailings (mails qui sont en "responsive design"), avec un catalogue des templates qui peuvent servir de base.

Un moteur de règles et un filtre permettent ensuite de programmer les envois. Par exemple, pour « souhaiter un bon anniversaire à vos donateurs », ou pour « envoyer un mail de relance, une fois par semaine, aux clients qui n'ont pas répondu à mon invitation pour l'évènement que j'organise », illustre un porte-parole de l'éditeur.

Internationalisation

Bien que très attaché à son identité française Eudonet, sous le nouveau commandement d'Antoine Henry, a également fait savoir qu'il continuait sa conquête internationale avec un de ses tous premiers rachats : l'anglais 3SI, spécialiste du CRM pour les associations (30 clients). 3SI est désormais Eudonet UK.

Ce pied mis sur le marché britannique complète une présence en Belgique, en Suisse et au Canada. L'éditeur ne cache pas à présent des ambitions sur l'Europe du sud et n'exclue pas d'autres acquisitions pour s'y implanter.

Aujourd'hui Eudonet emploie 165 collaborateurs (dont une trentaine en R&D, à son siège de Courbevoie) et revendique 1.200 clients et 40.000 utilisateurs (dont ceux d'un autre rachat effectué cette année, le marseillais Syrah, parmi lesquels on trouve le MEDEF).

L'éditeur réalise au total un chiffre d'affaires de 16 millions d'euros, en forte progression de +22 % en 2018.

Antoine Henry ne donnera pas d'objectifs précis pour 2019, mais il laisse clairement entendre qu'il espère continuer sur ce rythme - que ce soit en organique ou par croissance externe.

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close