Mathias Rosenthal - Fotolia

Couchbase s’accroche à son tour à Kubernetes

L’éditeur de base de données NoSQL supporte désormais les déploiements sur Kubernetes pour s’installer sur AWS, Azure et Google Cloud.

Alors que Kubernetes met tout le monde d’accord quand on aborde la question du déploiement multi-cloud, Couchbase a lui aussi décidé de sauter le pas. L’éditeur de la base de données NoSQL a récemment mis à jour son outil Autonomous Operator 1.2 pour faciliter les déploiements multi-cloud de sa technologie. Cela se traduit par le support, en production, des services managés de Kubernetes d’AWS, de Microsoft Azure et de Google Cloud, ainsi que de la dernière version de Red Hat OpenShift. La solution est aujourd’hui certifiée pour ces plateformes.

En outre, Autonomous Operator 1.2 permet également de gérer les mises à jour en continu de Kubernetes en lui-même, ce qui évite les temps morts pour les déploiements multi-cloud, explique Clouchbase. Parmi les autres améliorations, on retrouve le support de Helm, le gestionnaire de paquets natifs de Kubernetes ainsi que la rotation de certificat TLS (Transport Layer Security) pour les clusters Kubernetes.

Disponible depuis août dernier, Couchbase Autonomous Operator , repose sur Kubernetes Operators, un framework open source pour Kubernetes initié par CoreOS en 2016 racheté ensuite par Red Hat en 2018. L’éditeur Linux propose désormais Operator Framework dans son catalogue. Ces opérateurs visent à résoudre une des difficultés des déploiements sur Kubernetes : comment gérer des applications stateful telles que les bases de données, qui nécessitent davantage de travail en matière de mise à l’échelle, de mise à jour et de reconfiguration, par rapport aux applications stateless comme par exemple les applications Web.

Architectures et usages du NoSQL

Couchbase, à la conquête des clients

Les éditeurs, surtout ceux du middleware, comme Couchbase, ont aujourd'hui besoin de déploiements multi-cloud. Les utilisateurs multiplient les bases de données, relationnelles ou non, et favorisent la portabilité d’une plateforme à l’autre.

Couchbase propose une version managée de sa base de données, mais il oriente davantage Autonomous Operator vers les équipes DevOps qui souhaitent davantage de contrôle et une gestion plus facile des déploiements complexes de type multi-cloud.

Le channel constitue également un levier de croissance pour Couchbase. Etendre le support à Kubernetes et lancer sur le marché des outils comme Autonomous Operator a de quoi intéresser les revendeurs et intégrateurs systèmes dont les clients sont actuellement à la recherche d’options pour le multi-cloud.

À l'instar de son concurrent MongoDB, Couchbase est généralement utilisée pour le développement d’applications mobiles, Web et IoT. Avec Autonomous Operator, qui a une fonction similaire à celle d’Enterprise Operator de MongoDB, Couchbase met l’accent sur la commodité et l’efficacité accrue. Toutefois, cela nécessite quelques compromis.

« Une technologie qui fait abstraction de certaines tâches à effectuer sur la plateforme réduit également la capacité à optimiser votre configuration, c’est notamment le cas pour les performances », rappelle Curt Monash, président de Monash Research. « Si cela ne vous gêne pas, les travaux d’optimisation peuvent être minimisés, tout comme les coûts et on gagne en tranquillité. »

De plus, nombre de bases de données n'ont pas de problèmes de performances, alors que d'autres en ont uniquement qui peuvent être résolus par un dimensionnement de type scale-out, commente encore le spécialiste. « Ce sont ces dernières qui peuvent bien s'intégrer dans le cloud », ajoute-t-il.

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close