3dmentat - Fotolia

Virtual Instrument retaille les VMs pour préserver leurs performances

Son logiciel de monitoring devient, dans la dernière version 6.2, un outil de maintenance proactive qui modifie lui-même les configurations qu’il juge problématiques.

Virtual Instruments, le spécialiste de la surveillance des performances des infrastructures, annonce la version 6.2 de Virtual Wisdom, laquelle transforme son logiciel de monitoring en véritable outil de maintenance proactive, capable de reconfigurer tout seul les paramètres des machines virtuelles selon les charges applicatives.

Au choix, le logiciel modifie ou indique comment modifier la puissance processeur, la quantité de mémoire, l’espace disque ou encore la bande passante réseau attribués à chaque VM dans un cluster vSphere. Dans les deux cas, il se base sur le respect des niveaux de services définis en amont par la DSI et fait en sorte que les applications les plus critiques restent prioritaires.

Avant cette nouvelle version, Virtual Wisdom se cantonnait aux prédictions, mais ne formulait ni de recommandation, ni n’effectuait lui-même de reconfiguration. L’édition 6.2 s’enrichit aussi de graphiques prévisionnels sur les taux d’usage, avec la mention des dates à partir desquelles les capacités en cours ne devraient plus suffire, même après que leurs caractéristiques aient été optimisées.

Par ailleurs, la fonction de surveillance des charges de travail sait à présent identifier les changements de comportements dans les applications, afin d’aider l’administrateur à déterminer si les modifications apportées ont causé des problèmes.

Dernière amélioration, Virtual Wisdom 6.2 a désormais la main sur les caractéristiques complètes des environnements utilisant des baies NAS Isilon de Dell EMC. Le nombre de métriques ici relevées se compte en centaines et le logiciel est capable de montrer les dépendances qui existent entre les applications et leurs ressources de stockage.

Du dépannage des SAN à la maintenance proactive du cloud public

Virtual Instruments a bâti sa réputation sur le monitoring des infrastructures SAN, d’abord avec des sondes physiques qui se posaient sur les réseaux Fibre Channel. Il a ensuite enrichi son catalogue avec la surveillance des NAS, suite au rachat en 2016 de Load DynamiX, puis avec celle des machines virtuelles exécutées sur vSphere, après le rachat de Xangati, un spécialiste des points de contention sur le réseau.

Au fil des ans, Virtual Instruments a su passer d’une clientèle de PME, qui n’achetait ses outils que pour résoudre un problème de performances existant, à des plus grands comptes qui ont besoin de maintenance prédictive et laissent tourner des fonctions de monitoring en permanence pour recevoir des alertes.

Selon Tim van Ash, le directeur des produits chez Virtual Instrument, l’étape suivante était de pouvoir appliquer directement les reconfigurations nécessaires, afin de passer d’une maintenance prédictive à une maintenance proactive. Cette étape est aujourd’hui franchie avec Virtual Wisdom 6.2. « Nous sommes passés d’un outil que l’on consulte épisodiquement à un véritable tableau de bord analytique qui automatise la gestion des capacités », se félicite-t-il.

Le rachat en août dernier de l’éditeur Metricly devrait bientôt permettre à Virtual Instrument d’ajouter à sa fourchette de possibilités la surveillance des ressources en cloud. Metricly sait entre autres optimiser les configurations CPU, mémoire, stockage et bande passante des VMs sur AWS afin de permettre aux entreprises de réduire leurs factures.

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close