Dell EMC lance une nouvelle gamme de serveurs pour le Edge

Les PowerEdge XE2420 et XR2 sont conçus pour fonctionner dans des conditions extrêmes, sans informaticien sur site. Ils s’accompagneront d’une appliance SDP pour remonter leurs données.

Dell EMC redouble d’efforts pour occuper le marché des serveurs sur le terrain (« edge computing »). Il lancera d’ici à cet été des machines de taille réduite, éventuellement installables dans un microdatacenter guère plus gros qu’un frigo, ainsi qu’une appliance dédiée à la remontée d’informations, ou encore une baie rack à installer au siège pour faire du post-traitement de données. 

Il s’agit respectivement des serveurs PowerEdge XE2420, PowerEdge XR2, du micro- datacenter MDC Micro 415, de l’appliance « Streaming Data Platform », et de la baie « Ready Architecture for AI and DataAnalytics ».

Jusque-là, Dell EMC se contentait de proposer en Edge de petites passerelles, les Edge Gateways, qui se chargeaient de remonter au siège des données simples et pouvaient décider toutes seules d’enclencher des processus sur le terrain dans le cas d’une urgence (bascule sur une alimentation de secours, etc.).

Deux serveurs tout-terrain

Les trois premiers nouveaux équipements seront dits « renforcés », comprendre conçus avec des boîtiers qui résistent aux chocs, à l’eau et à la poussière. Premiers modèles d’une future gamme connue pour l’heure sous le nom de « Project Nautilus », ils seront destinés à collecter des données dans les lieux de production les plus extrêmes : navires, plates-formes pétrolières, nœuds de raccordement pour opérateurs télécoms.

« Le terrain est l’endroit où seront produits 75 % des données d’ici à 2022. Nous considérons donc que le Edge fait partie de la chaîne des traitements de données au même titre que le datacenter du siège et le cloud. Sauf que les serveurs situés sur le terrain ont des contraintes particulières, comme la bande passante limitée et un environnement difficile. Nous avons voulu que notre catalogue de produits reflète ces défis », indique Matt Baker, en charge de la stratégie de Dell Technologie, lors d’une conférence en ligne.

Les serveurs ne mesureront que 50 cm de profondeur, contre plus de 70 cm d’ordinaire. Ils supporteront des températures ambiantes de -15 °C à 45 °C et, ce, pendant huit heures d’affilée pour les valeurs les plus extrêmes. Ils pourront être installés à 4 500 mètres d’altitude et encaisseront des accélérations de 40G dans les configurations uniquement SSD.

Le PowerEdge XE2420 est orienté calcul, comprendre transformation à la volée de signaux en flux continu, au pied d’une antenne 5G, en aval d’un sonar sur un navire, ou à côté d’une chaîne de montage dans une usine. Au format rack 2U, il acceptera 2 Xeon 24 cœurs, 1 GPU de 300 watts ou 4 GPUs de 75 watts chacun, 16 barrettes DIMM DDR4 pour une capacité maximale de 1 To de RAM et 6 disques durs, dont éventuellement 2 SSD en NVMe, pour un stockage maximal de 92 To.

Le PowerEdge XR2 est pour sa part dédié au traitement sur site des données volumineuses, typiquement les flux vidéo des caméras de vidéosurveillance. Au format 1U, il est livré idéalement avec un système SDS, il contiendra 8 SSD 2,5 pouces extractibles plus 2 SSD NVMe ; la capacité maximale indiquée est de 30 To du fait de la capacité inférieure des SSD. Les données seront chiffrées matériellement et Dell a prévu de conditionner leur accès à l’insertion d’une carte d’authentification dans un lecteur idoine en façade. Également fournie avec deux Xeon 24 cœurs, cette machine ne pourra avoir que 512 Go de RAM.

Un environnement Edge complet au-delà des serveurs

Ces deux machines seront contrôlées par le système iDRAC (integrated Dell Remote Access Controller) de Dell, ici en une nouvelle version 9. Ce système sait désormais, à distance, scanner le bios des machines et y installer des clés logiques de chiffrement, comme des certificats de sécurité. En charge de toutes les fonctions d’administration, il évite de devoir demander à quelqu’un sur site d’intervenir sur les machines lors des opérations de maintenance.

Conçus pour être déployés dans les environnements les plus hostiles, les deux serveurs pourront aussi être installés dans la baie Modular Data Center Micro 415 (MDC Micro 415). Elle offre un espace de stockage de 14U au format Rack.

Lors de sa présentation, Dell a expliqué que l’appliance Streaming Data Platform (SDP) servirait à la fois à étendre le volume de stockage des serveurs Edge vers un NAS Isilon et à interfacer ces serveurs avec une baie de calcul. A priori, ces deux services seraient respectivement assurés par les logiciels Open source Pravega et Flink. Ils seraient tous deux exécutés en containers, par-dessus l’implémentation Kubernetes de VMware.

En revanche, la forme exacte de cette appliance n’est pas très claire. Les documents de Dell suggèrent qu’il s’agira d’une machine physique, mais ses explications laissent penser qu’elle ne sera distribuée que sous la forme d’une machine virtuelle. De même, savoir si cette appliance devra être installée sur le terrain ou dans le datacenter du siège est une question qui reste en suspens.

Manquent également à ce stade les détails de la baie de calcul, censée analyser au siège les données produites par les serveurs du terrain et transmises par l’appliance SDP. Cette machine devant arriver sur le marché d’ici à la rentrée prochaine, Dell devrait communiquer plus d’informations d’ici à cet été.

Pour approfondir sur Edge Computing

- ANNONCES GOOGLE

Close