rocketclips - stock.adobe.com

Visioconférence : BlueJeans muscle ses options d’accès aux réunions

En attendant le chiffrement de bout en bout - sur lequel il assure travailler – BlueJeans s’est doté d’une nouvelle salle d’attente et d’une fonction de code d'accès à usage unique. L’outil multiplie également les interactions possibles entre participants.

BlueJeans, le concurrent de WebEx et de Teams dans les entreprises, a vu son utilisation augmenter de 300 % avec le COVID-19. Avant cette crise, l’éditeur américain de la Nouvelle Vague de la viso-conférence avec Zoom avait annoncé plusieurs nouveautés comme une extension pour résumer les réunions (Smart Meetings) et avait promis les verbatim (en anglais).

Suite de l'article ci-dessous

Les déboires de Zoom ont néanmoins posé de manière soutenue deux autres questions pour le secteur tout entier : celle des bonnes pratiques et celle de la sécurité.

Pour y répondre, BlueJeans a lancé ce trimestre plusieurs nouveautés.

Fonctionnalités de sécurité améliorées

La première se nomme « Restricted Meetings ». Comme son nom l’indique, il s’agit d’un mode d'authentification supplémentaires pour restreindre l'accès aux réunions. « Il garantit que seuls les invités se connectent grâce à un code d'accès à usage unique », explique BlueJeans.

Ce code peut être validé via une confirmation par mail ou en se connectant à un compte BlueJeans.

« Restricted Meetings garantit un accès sécurisé, aussi bien aux employés qu’aux participants extérieurs (membres du conseil d'administration, clients, partenaires, etc.), ce qui constitue un facteur de différenciation essentiel », affirme BlueJeans (même si d’autres éditeurs proposent aussi l’identification unique temporaire).

Un (relatif) trou dans la raquette de BlueJeans est également comblée dans cette mise à jour avec une « Waiting Room » ; en français : les « salles d’attentes » qui permettent de filtrer ou de faire patienter les participant avant l’arrivée du « host ».

Côté chiffrement, dans un contexte de débat sur les points clairs et alors que le secteur se dirige vers le chiffrement de bout en bout (E2EE), BlueJeans annonce que « le transfert de tous les contenus vidéo, audio et autres sera [désormais] chiffré à l'aide du cryptage AES-256 GCM afin d'offrir davantage de sécurité et de meilleures performances ».

« Nous avons bien prévu d’adresser le sujet du chiffrement de bout en bout. Le timing et le scope doivent encore être précisés »
Matthieu DouvenouBlueJeans

Pas encore de E2EE ? Non, mais « nous avons bien prévu d’adresser le sujet du chiffrement de bout en bout », nous assure Matthieu Douvenou, responsable de BlueJeans en France. « Le timing et le scope doivent encore être précisés », ajoute-t-il avant d’expliquer que cette fonctionnalité pose un certain nombre de défis qu’il faut prendre le temps d’aborder sereinement. Une stratégie placide – que permet encore plus le rachat de BlueJeans par Verizon – là où un Zoom a décidé d’aller vite, quitte à courir le risque de faire des bourdes.

Parmi les autres nouveautés annoncées par BlueJeans, on citera le contrôle du partage d'écran (pour contrôler qui a accès au partage d'écran de manière globale, par utilisateur et au niveau de chaque réunion) ou encore « Quick Lock » qui verrouille en un clic une salle de réunions virtuelles.

Petites nouveautés d’ergonomie

Moins axé sécurité, BlueJeans s’enrichit également d’interactions (aimer, lever la main, etc.) ainsi que d’unefonctionnalité mineure mais bienvenue pour le télétravail : les fonds virtuels pour cacher le lieu où l’on se trouve (chambre, cuisine, etc.).

« Les participants peuvent choisir leur propre densité de flou ou télécharger leur propre arrière-plan qui servira de fond d’écran pendant la conférence. BlueJeans s’associe également à Shutterstock pour fournir un ensemble préchargé d’images de fond de haute qualité que les participants peuvent utiliser sans avoir à télécharger les leurs ».

Verbatim mais pas (encore) en français

Enfin, la retranscription (verbatim) promise en début d’année est désormais opérationnelle, en option dans l’extension Smart Meetings.

Ces verbatims « permettent aux absents de rechercher et de parcourir rapidement une transcription post-réunion […], sans avoir à passer au crible les bavardages inutiles », résume BlueJeans.

La langue de Molière n’est pas supportée mais devrait arriver dans les mois qui viennent. « Pour le français, la roadmap a été repriorisée par rapport au contexte post-COVID dans lequel nous nous trouvons », explique Matthieu Douvenou au MagIT.

« Le support de langues supplémentaires est pour le moment repoussé au mieux au Q4 2020 », continue-t-il. « La priorité ayant été donnée aux fonctions de sécurité (Meeting Lock, Restricted Meeting) et d’interaction (émojis, clap hands, blur, virtual background) ».

Pour approfondir sur Outils collaboratifs

Close