Fotolia

Sumo Logic livre ses solutions d’observabilité pour AWS et Kubernetes

Sumo Logic a déployé des outils d’observabilité AWS et Kubernetes avec analyse automatisée des causes profondes. Les utilisateurs disent qu’ils offrent une configuration facile à un prix abordable.

Sumo Logic a enrichi ses outils d’observabilité cette semaine, se positionnant comme une alternative conviviale et moins coûteuse par rapport à ses concurrents plus établis.

Suite de l'article ci-dessous

AWS Observabilty Solution et Microservices Observability Solution, annoncées pour la première fois début août, sont maintenant disponibles. L’observabilité est un terme qui désigne les techniques de surveillance informatique qui font apparaître automatiquement des signaux utiles au milieu de volumes importants de données variées. Ces solutions effectuent ou aident à effectuer des requêtes personnalisées détaillées sur les performances du système pour le dépannage.

Dans le passé, Sumo Logic avait une approche moins unifiée. Les services AWS individuels affichaient les données de surveillance des logs dans des tableaux de bord séparés, et les alertes sur les données des logs étaient définies séparément des métriques. Les nouveaux outils intègrent également le suivi distribué des données, basé sur le projet open source OpenTelemetry.

Les nouveaux outils d’observabilité Sumo Logic introduisent également les premières capacités d’analyse automatisée des causes profondes de l’éditeur, qui peuvent identifier de manière proactive les problèmes conduisant à des erreurs dans les systèmes dépendants, et alerter les responsables des opérations IT de leur présence. De telles fonctionnalités sont proposées par des concurrents de premier plan tels que Splunk et Elastic depuis 2018. Toutefois, Sumo Logic vise à réduire le prix de Splunk et à le concurrencer par sa facilité d’utilisation, alors que la pression économique sur les départements IT s’accroît dans le contexte de la pandémie COVID-19.

Selon Andy Makings, responsable DevSecOps chez Snoop, une start-up fintech britannique, Sumo Logic a trouvé la bonne formule.

« Je peux intégrer [la surveillance Sumo Logic] dans les services du pipeline CI/CD grâce à Terraform, et les logs et les métriques sont automatiquement transférés dans des tableaux de bord standard qui couvrent environ 80 % des cas d’utilisation », déclare Andy Makings.

Pour le reste, la mise en place de requêtes personnalisées ne nécessiterait pas une courbe d’apprentissage abrupte. « Même si vous ne savez pas ce que vous recherchez, vous pouvez simplement mettre un mot-clé dans la recherche », témoigne le responsable DevSecOps.

Les nouveaux tableaux de bord d’observabilité pour AWS représentent toujours une grande amélioration par rapport à l’approche précédente de Sumo Logic, selon Andy Makings. Cette approche nécessitait des alertes séparées pour les logs et les métriques, et affichait chaque service AWS séparément plutôt que de corréler les données entre eux.

Sumo Logic joue sur les prix

Les applications natives du cloud et les architectures de microservices devenant de plus en plus complexes, les utilisateurs doivent ingérer des volumes de données toujours plus importants, ce qui peut rapidement faire exploser les coûts de stockage des données. Tous les fournisseurs d’observabilité sont confrontés à ce problème, mais adoptent des approches différentes pour le résoudre.

Andy Makings assure qu’il a utilisé la plupart des principaux outils d’observabilité dans le cadre de sa carrière, mais qu’il trouvait Sumo Logic le plus abordable, même comparé à AWS CloudWatch Insights. Il a refusé de donner des chiffres précis sur les coûts, mais a déclaré que les recherches excessives dans CloudWatch Logs Insights avaient fait gonfler les factures mensuelles liées à AWS de manière inattendue dans le passé.

« L’avantage de Sumo est que nous n’avons pas à nous en soucier », assure le responsable DevSecOps. Sumo Logic comprend LogReduce, une fonctionnalité basée sur un algorithme de logique floue (fuzzy logic) qui corrèle les données de logs back-end pour mieux cibler les recherches, plutôt que de lancer des requêtes potentiellement coûteuses sur des téraoctets de données. « Nous pouvons nous permettre de tout ingérer, ce qui signifie que nous pouvons tout voir, et scanner à travers tous nos environnements ».

Les grandes entreprises utilisatrices de Splunk ont exprimé des inquiétudes quant au coût dans le passé, bien que le responsable de la gestion des opérations informatiques ait apporté des changements au cours de l’année dernière en réponse. En septembre 2019, elle a introduit de nouvelles options de tarification pour l’adoption rapide de ses produits SaaS sur site et Splunk Cloud, qui commencent à 10 000 dollars pour trois à cinq cas d’usage, comprenant les opérations informatiques et la sécurité.

Dans le même temps, Splunk a introduit des options de tarification basées sur la capacité de calcul consommée, appelée tarification basée sur l’infrastructure, plutôt que sur le volume de données ingérées ; et une tarification prédictive, qui vise à atténuer les dépassements de coûts que les entreprises clientes rencontrent parfois, lorsqu’elles essaient d’ingérer plus que leur allocation mensuelle de données.

Les utilisateurs de Splunk Cloud sur AWS ne paient que les frais d’infrastructure, et non le logiciel Splunk lui-même. Néanmoins, la suite Splunk Enterprise complète est proposée à partir de 1 800 dollars par gigaoctet ingéré et par an, avec des remises sur le volume.

Les grandes entreprises informatiques ont bénéficié d’un certain allègement des prix par rapport à la solution traditionnelle Splunk Enterprise sur Elastic, qui ne facture pas séparément ses outils d’analyse des logs et SIEM. Mais Sumo Logic regroupe également les outils SecOps et SIEM dans sa suite Enterprise, avec des forfaits à partir de 4,75 dollars par gigaoctet par mois, auxquels s’ajoutent des frais supplémentaires pour les recherches illimitées à partir de 2,14 dollars par gigaoctet par mois.

Les produits Sumo Logic AWS Observability et Microservices Observability n’ont pas non plus de coût de licence séparé pour les logiciels – les utilisateurs existants seront facturés uniquement pour les données supplémentaires qu’ils ingèrent pour utiliser les nouvelles fonctionnalités. Enfin, les utilisateurs de Sumo Logic peuvent indiquer qu’ils souhaitent accéder à certaines données de façon peu fréquente et les stocker pour 0,10 $ par gigaoctet par mois.

Une concurrence forte sur un marché qui n’est pas encore mature

Sumo n’est pas le seul à offrir des capacités d’analyse automatisée des causes profondes, ni à élargir les ensembles de données qu’il peut collecter. Des concurrents tels que Dynatrace, New Relic, Datadog et AppDynamics de Cisco ont tous fait des efforts similaires au cours des 18 derniers mois. New Relic a également réduit de manière drastique les prix de son logiciel AIOps en juillet, tandis qu’Oracle vient de lancer sa propre plateforme d’observabilité dans le cloud.

Les entreprises sont déjà bombardées par le marketing de ces éditeurs, et Sumo Logic doit se battre pour développer et maintenir ses propres relations avec ses clients et partenaires au milieu du bruit, selon un analyste.

« Le coût est un élément important de la concurrence, mais le point essentiel est de savoir s’il est possible d’avoir une conversation avec les contacts appropriés au sein d’une organisation [client] », estime Stephen O’Grady, analyste principal et co-fondateur de RedMonk. « Ces [mises à jour] visent à s’assurer que Sumo Logic continue à avoir des conversations crédibles avec ses partenaires [tels que AWS] sur des problèmes complexes, et qu’ils leur accordent l’attention qu’ils méritent ».

Alors que l’observabilité et l’analyse automatisée des causes profondes sont des fonctionnalités très médiatisées, l’utilisation réelle en production n’est pas encore généralisée, affirme Stephen O’Grady.

« Personne n’est encore en mesure de s’approprier l’ensemble du marché ou une majorité du marché », estime-t-il. « Sumo Logic évolue comme il se doit, mais c’est un marché surchargé et il continuera de l’être dans un avenir proche ».

Pour approfondir sur Administration et supervision du Cloud

Close