3dkombinat - stock.adobe.com

Atos ouvre « Atos OneCloud », son nouveau guichet unique pour ses services cloud

L’offre OneCloud centralise tous les services cloud de l’ESN, qui vont du conseil à l’orchestration, en passant par la feuille de route de migration ou le Green IT. Atos la veut technologiquement agnostique et personnalisée par secteur et industrie.

Atos cherche à accélérer les plans de migrations vers le cloud de ses clients. « Atos OneCloud », lancé hier, est présenté officiellement comme un « guichet unique d’offres, de capacités sectorielles spécifiques de mise sur le marché, le tout avec une organisation dédiée ».

Suite de l'article ci-dessous

Atos OneCloud « intègre dans un ensemble de services de bout en bout une capacité de conseil sectoriel et une expertise dans la transformation d’applications », résume Elie Girard, Directeur général de l’ESN. « La feuille de route pour la transformation des entreprises sera entièrement construite et fournie par Atos [en 90 jours], avec l’aide d’un puissant écosystème de partenaires », ajoute-t-il. La démarche sera néanmoins le fruit d’une « co-création » (sic).

Atos souligne que le but de cette nouvelle offre de services – puisqu’il s’agit bien de services (orchestration, DevSecOps, automatisation, etc.) – est de permettre aux entreprises d’être « modulaires » dans leurs migrations, en mettant dans le cloud soit leur environnement entier en une fois, soit progressivement ou partiellement, « bloc par bloc ».

Atos OneCloud techniquement agnostique

Atos se veut également agnostique en termes de cloud (public, privé ou hybride) et de fournisseurs (multi-cloud). L’ESN évoque même la possibilité de gérer « une plateforme de cloud privé et souverain de nouvelle génération, prête à être déployée et gérée dans n’importe quel datacenter ». Atos est, pour mémoire, un des membres fondateurs du projet de cloud souverain européen GAIA-X.

Les partenaires d’Atos qui ont participé à la présentation sont des partenaires de longue date de l’ESN : Google Cloud, Microsoft, AWS, IBM ou encore Dell et SAP. Atos évoque également sa relation privilégiée et sa collaboration avec ServiceNow et Salesforce.

En résumé, Atos jouera un rôle d’agrégateur pour ses clients en leur proposant de choisir le fournisseur (ou les fournisseurs) de cloud qu’ils souhaitent et en packageant les services cloud de ses partenaires avec du conseil dédié à un secteur ou à une industrie. Le tout s’accompagne d’un engagement sur le Green IT (décarboner le cloud) et de cybersécurité.

Atos s’engage par ailleurs à investir deux milliards d’euros pour renforcer ses capacités cloud, étendre son vivier de certifications d’experts, accélérer sa R&D et faire de nouvelles acquisitions (en complément, par exemple, de celles des sociétés de conseils Maven Wave et Edifixio).

Répondre aux nouvelles attentes de services IT à l’heure du cloud

« Les entreprises accélèrent fortement leur adoption des technologies cloud [d’IA et de Machine Learning, ce qui] transforme les attentes en matière de prestation de services », constate Tom Reuner, Senior VP chez HFS Research. « Atos réagit à cette évolution en regroupant tous ses actifs cloud dans une nouvelle unité ».

« La construction de cas d’usage, d’architectures de référence et de feuilles de route, est l’un des principaux facteurs de différenciation [de l’offre]. »
John LahertyNelsonHall

Pour l’analyste – invité par Atos –, les atouts et les signes différenciants de l’ESN française résident dans ses investissements au sein de l’initiative européenne GAIA-X et de son Centre d’Excellence Mondial pour la décarbonation.

Pour John Laherty, Senior Research Analyst chez NelsonHall – lui aussi invité par Atos – l’ESN française dispose d’un autre atout de taille : « “Votre Plan Atos OneCloud”, qui permet une approche de co-conception en 90 jours, ainsi que la construction de cas d’usage, d’architectures de référence et de feuilles de route, est l’un des principaux facteurs de différenciation et un engagement fort pour les clients ».

Atos joue la carte Green IT

Lors de la conférence de presse virtuelle, à l’occasion du lancement d’Atos OneCloud, Elie Girard a pour sa part mis l’emphase sur les nombreuses attentes autour du cloud – et en creux les freins potentiels qu’il entend lever avec Atos OneCloud. Dont l’écologie (un constat que partage d’ailleurs SAP France).

« Tous les clients ont des objectifs de réduction de leur empreinte carbone ; ils ont besoin d'une aide concrète. »
Elie GirardAtos

« Lorsque nous avons interrogé nos clients, [ils nous ont dit] que ce qu’ils voulaient c’était plus de flexibilité, plus d’agilité, réduire leurs temps de mise sur le marché (time-to-market), plus de fiabilité, en particulier pour leurs applications critiques », liste le Directeur général.

« Ils veulent tout cela tout en améliorant leur compétitivité, y compris sur le plan des coûts. Et ils veulent la sécurité, l’indépendance technologique, la souveraineté, mais aussi maintenant… définitivement… la décarbonatation. Ils ont tous des objectifs forts de réduction de leur empreinte carbone, et ils ont besoin qu’on les aide concrètement pour les réaliser ».

Pour approfondir sur Administration et supervision du Cloud

Close