adzicnatasa - stock.adobe.com

Planification dynamique : Anaplan étend sa stratégie de cloud public avec AWS

Après Google, l’éditeur spécialiste de la planification dynamique Anaplan signe aussi avec AWS. L’accord lui amène une couverture géographique étendue, de nouveaux outils de ML, et un débouché clef pour cibler de nouveaux secteurs et les ETIs.

Anaplan, l’éditeur d’outils de planifications dynamiques (ou connectées), vient d’annoncer un second partenariat stratégique dans le cloud public avec AWS. Le premier avait été passé en 2020 avec Google Cloud.

Suite de l'article ci-dessous

Jusqu’ici, l’éditeur d’origine anglaise opérait son SaaS sur son infrastructure de quatre centres de données. AWS en particulier, et le cloud public en général, lui « permet de disposer de zones géographiques supplémentaires, d’accéder à de nouveaux clients et de viser de nouveaux segments […] sans forcément y avoir des datacenters en propre », résume Ana Pinczuk, Chief Development Officer chez Anaplan dans un échange avec la presse IT européenne.

Aller là où les clients veulent aller

« La beauté de la chose, c’est de pouvoir aider [nos clients] là où ils sont », continue la responsable. « De nombreux clients ont déjà leurs données ou leurs data lakes sur Amazon. Ce que nous pouvons faire à présent, c’est prendre ces données et les faire ingérer directement dans Anaplan ».

« Notre but c’est de donner le choix aux clients. Certains préfèrent AWS. D’autres préfèrent Google », lance la Chief Development Officer. Ana Pinczuk n’évoque pas ouvertement Azure. Mais on devine qu’Anaplan parle déjà à Microsoft pour cette stratégie multicloud. « Au fil du temps, nous aurons la capacité de mettre nos clients où ils veulent – ou où nous voulons – en fonction du coût, de la valeur, ou d’autres critères ».

L’éditeur précise que dans le cadre de ces partenariats, il continue à gérer lui-même l’application.

Le recours aux hyperscalers est devenu courant dans le monde des éditeurs, constate Liz Herbert, analyste chez Forrester. « Regardez ce que Salesforce a annoncé récemment sur Hyperforce, qui est une expansion de sa stratégie de partenariat antérieure avec des entreprises comme AWS et Alibaba », explique-t-elle au MagIT. « Autre exemple : regardez l’utilisation d’AWS par Workday pour des zones géographiques comme le Canada. C’est logique, car cela permet de laisser la gestion de l’infrastructure critique à ceux qui la font le mieux et qui ont la plus grande échelle, tout en offrant plus rapidement plus d’options pour les besoins réglementaires ».

Liz Herbert pense en particulier à la localisation des données pour répondre aux exigences réglementaires. Or les données que brasse Anaplan sont souvent critiques (financières, RH, etc.).

« D’une manière générale, ce type de stratégies s’est avéré très utile pour les entreprises européennes, car il permet aux fournisseurs de logiciels de proposer davantage d’options nationales et d’options répondant à des besoins réglementaires spécifiques », confirme Liz Herbert.

L’IA des hyperscalers en renfort de la planification

Au-delà de l’infrastructure, le partenariat permet à l’éditeur de s’intégrer plus intimement avec les services d’AWS : S3, Redshift ou Amazon Forecast.

Anaplan avait annoncé en septembre 2020 un outil de planification infusé au Machine Learning baptisé « Plan IQ ». Avec Amazon Forecast, les clients d’Anaplan sur AWS devraient pouvoir faire plus facilement des prévisions à base d’IA « sans nécessairement avoir une énorme équipe de data scientists », promet la Chief Development Officer de l’éditeur.

« Nous voyons des résultats où nos modèles AI ML avec Amazon Forecast sont mieux à même de faire des prévisions », constate Ana Pinczuk. « Et nous pouvons passer en mode AutoML. Nous avons un ensemble d’algorithmes et nous pouvons dire [au logiciel] : “OK, choisis le meilleur algorithme ou calcule avec ces algorithmes et détermine quel est le meilleur” ».

La responsable insiste sur le fait qu’Anaplan travaille en parallèle sur l’explicabilité des modèles, pour des raisons légales, mais aussi pour des raisons de confiance des utilisateurs dans les résultats (une planification n’ayant de sens que si elle est suivie de décisions et d’actions).

Plusieurs clients testent actuellement Plan IQ, dont un gros acteur de l’industrie pharmaceutique. « Ils cherchent à affiner les prévisions dans leur application de planification de la demande. Ils sont capables de prendre les données qu’ils ont dans AWS, et de les intégrer facilement dans Anaplan, et d’améliorer leurs prévisions en s’appuyant sur le ML pour déterminer les besoins des hôpitaux (quels types de médicaments, comment les fournir, etc.) » illustre Ana Pinczuk.

« Je pense que nous sommes assez en avance sur nos concurrents dans ce domaine de l’IA », se félicite-t-elle au passage.

La même logique était à l’œuvre dans l’accord avec Google pour BigQuery par exemple. « Avec le partenariat Google Cloud, nous nous étions intéressés – et nous sommes en train de concrétiser cela [dans le produit] – à ses capacités AI/ML », confirme Ana Pinczuk.

Anaplan sur la AWS Marketplace pour mieux cibler les ETI

Troisième pan de l’accord, Anaplan va intégrer la « AWS Marketplace ». Historiquement, Anaplan cible les très grands groupes. Cette présence dans la boutique d’AWS sera un bon moyen d’élargir son marché aux ETI et PME.

La stratégie d’élargissement du marché ciblé passe aussi par des « templates » clef en main (qui recoupe une tactique de verticaux). « Aujourd’hui, nous sommes une plate-forme horizontale [avec] la planification et analyse financière (FP&A), la planification de projet (P&L), la planification des rémunérations, la prévision de la demande et de la chaîne d’approvisionnement », rappelle Ana Pinczuk. Au cours de l’année prochaine, Anaplan devrait proposer des solutions plus verticalisées, promet-elle en évoquant le secteur de la production de biens de grande consommation (CPG) et la grande distribution.

« Vous nous verrez proposer aussi des solutions pour des cas d’utilisation bien spécifiques, comme des cas d’utilisation hautement sécurisés ou liés au secteur public », lance la responsable. « Au fil du temps, nous serons en mesure de fournir des solutions pour des segments particuliers du marché ».

Tous ces verticaux sont réalisés avec des partenaires, comme Deloitte.

Pour Forrester, cette approche « clef en main » est centrale. « Anaplan s’est fait connaître comme un outil spécialisé de planification et d’analyse basé sur le cloud. Nous l’avons présenté il y a plusieurs années comme un fournisseur SaaS “avant-gardiste” [N.D.R. : breakout] dans son domaine. Depuis, il a continué à connaître le succès à cet égard. Anaplan est conçu pour être facile à utiliser et pour offrir des fonctionnalités prêtes à l’emploi à toute une série de décideurs métiers, dans toute une série de secteurs », résume Liz Herbert.

Face à une concurrence large – allant des éditeurs « généralistes » d’ERP qui vantent les bénéfices des suites intégrées, aux solutions spécifiques à une industrie, en passant par des outils très pointus issus de la BI, mais qui demandent beaucoup plus de paramétrages, dixit l’analyste de Forrester – ce sillon des « templates » est donc un différenciant que le « best of breed » Anaplan continue de creuser. Et qu’AWS devrait, espère-t-il, lui permettre de faire prospérer.

« En étant sur la AWS Marketplace, une partie de notre objectif est de construire des solutions prêtes à l’emploi [N.D.R. : “templatized”] et de pouvoir dire [aux clients] : “voici une solution standard de planification de la demande, une solution standard de FP&A, une solution standard de gestion des performances de vente”. Elle est sur la place de marché avec AWS. Et par la suite, un partenaire ou un client peut s’appuyer sur ces [gabarits] de solutions. C’est un excellent moyen pour nous de servir le marché des ETI et des PME (midmarket) ».

Pour approfondir sur Applications métiers

Close