nd3000 - stock.adobe.com

Power BI Premium : Microsoft mise sur une tarification à l’utilisateur

Microsoft a dévoilé Power BI Premium Gen 2. Cette version de la plateforme BI comprend pour la première fois un nouveau modèle de tarification basé sur le nombre d’utilisateurs.

Le 2 avril, Power BI Premium Gen 2 sera disponible au prix de 16,90 euros par utilisateur et par mois. Cette offre proposée depuis juin 2017 était auparavant accessible sous un modèle de licence capacitaire facturé à partir de 4 212,30 euros par mois.

Suite de l'article ci-dessous

En comparaison, Power BI Pro coûte 8,40 euros par utilisateur et par mois, ou est fourni gratuitement avec un abonnement à Microsoft Office 365 E5, qui vaut 34,40 euros par utilisateur et par mois. Les usagers de Power BI Pro pourront ajouter Power BI Premium pour 8,40 euros par tête et par mois.

La nouvelle a été révélée le 2 mars lors de Microsoft Ignite 2021, une conférence virtuelle organisée par Microsoft.

« Depuis que nous avons lancé Premium, nous avions une requête qui revenait sans cesse », déclare Arun Ulag, vice-président corporate Power BI chez Microsoft. « Les clients nous ont toujours demandé de porter le tarif de Premium à un niveau par utilisateur ».

La tarification, quant à elle, est un facteur de différenciation important pour Power BI, selon Rita Sallam, vice-présidente analyste chez Gartner.

Bien que les capacités de Power BI soient conformes à celles des concurrents de Microsoft et que la plateforme BI s’adapte rapidement lorsque d’autres éditeurs introduisent des innovations sur le marché, son faible prix peut en faire une option intéressante pour les organisations.

Qlik, l’un des rivaux de Microsoft, ne rend pas publiques ses informations tarifaires, mais Tableau Explorer coûte 35 dollars par utilisateur et par mois et Tableau Creator 70 dollars par utilisateur et par mois.

« Microsoft fait en sorte qu’il soit de plus en plus facile pour les gens d’acheter Power BI et d’y réussir, en particulier s’ils sont dans un environnement Azure », a déclaré Rita Sallam peu avant le début d’Ignite.

AutoML et sécurité dans Power BI Premium

Avec Power BI Premium Gen 2, les clients bénéficient d’une série de fonctionnalités qui ne sont pas disponibles dans Power BI Pro. Elles comprennent :

  • une capacité de machine learning automatisée (AutoML) pour construire des modèles sans avoir à écrire de code ;
  • La possibilité des offres d’Azure Cognitive Services dont l’analyse de sentiments, l’extraction de mots ou de phrases clé, la détection de langue et la labélisation d’images ;
  • la préparation des données no-code à l’aide d’une interface visuelle par-dessus Azure Data Lake Storage Gen 2 ;
  • des pipelines de déploiement qui permettent aux équipes de gérer leur contenu et de tester les rapports, tableaux de bord et ensembles de données avant qu’ils ne soient consommés par les utilisateurs finaux ;
  • des rapports paginés « à la perfection » à l’aide de SQL Server Reporting Services (SSRS) ;
  • la capacité de traiter de plus grands volumes de données par l’optimisation des points de terminaisons XMLA ; et
  • des fonctions de sécurité améliorées par le biais d’intégrations natives avec Microsoft Information Protection (MIP) et Microsoft App Security (MCAS) et la possibilité d’enclencher un mode de chiffrement BYOK (Bring Your Own Key).

En plus de Power BI Premium Gen 2, Microsoft a dévoilé des facultés de Power BI en « version préliminaire ».

Tous les usagers de Power BI peuvent maintenant essayer le nouveau terrain de jeu analytique embarqué dans Power BI, un hub qui comprend un bac à sable pour les développeurs afin de créer des rapports à l’aide des interfaces de programmation d’applications de Power BI, un référentiel pour explorer les API et un tableau de bord où les programmeurs peuvent voir les API en action.

En outre, les utilisateurs de Power BI Premium peuvent parcourir les connectivités de réseau virtuel pour les jeux de données de Power BI. Les administrateurs, eux, accèdent à une capacité de mise à l’échelle qui ajoute automatiquement un cœur virtuel – à un coût qui peut être imputé à un compte Azure à la demande (71,68 euros par vCore/24 heures). Cela doit permettre d’augmenter les ressources allouées au serveur Premium lors de pics de trafic, puis le vCore est supprimé après un retour à la normale.

Pour approfondir sur SaaS

Close