xiaoliangge - Fotolia

Apstra 4.0 : Juniper concrétise le réseau universel SONiC pour les entreprises

Il manquait au système réseau Open source SONiC des outils qui le rendent utilisable dans les datacenters. Juniper en livre une version finalisée, compatible le très convoité NSX-T 3.0 de VMware.

L’équipementier Juniper Networks lance enfin sa version revisitée d’Apstra, l’implémentation commerciale du système d’exploitation réseau SONiC qu’il avait rachetée en 2020. Parmi les points forts de cette nouvelle version, numérotée 4.0, citons la prise en charge de NSX-T, le réseau virtuel de VMware. L’objectif est de proposer un système qui standardise les équipements réseau dans les datacenters. SONiC avait été créé pour fonctionner exactement de la même manière, quel que soit le routeur ou le switch matériel sur lequel il est exécuté, mais il restait démuni d’outils taillés pour les entreprises.

Suite de l'article ci-dessous

Outre paramétrer les équipements sous-jacents, Apstra sert à monitorer les flux et fournit aux administrateurs des outils pour simuler des configurations avant de les déployer. Parmi les concurrents d’Apstra figurent les systèmes Forward Networks et Veriflow.

Le support de NSX-T 3.0 et des équipements génériques pour les entreprises

Selon les analystes, la prise en charge par Apstra 4.0 de NSX-T 3.0 est un point particulièrement intéressant, car nombre d’entreprises l’adoptent en redoutant de ne pas être suffisamment outillées. Lancé il y a un an, NSX-T 3.0 a apporté plus d’automatisation dans les réseaux virtuels de VMware, que ce soit au niveau du routage applicatif, comme dans le dépannage des

« Les équipementiers comme Juniper et Cisco ont compris que les grands fournisseurs de cloud ne voulaient plus dépendre d’eux et ils ont dû faire des concessions. »
Brad CasemoreAnalyste, IDC

L’attrait pour SONiC réside également dans sa capacité à séparer l’administration du matériel réseau sous-jacent, car cela permettrait aux entreprises de s’équiper librement de switches et routeurs génériques, sans redouter de former des équipes sur des solutions réseau qui ne seraient plus compétitives à terme.

« Les équipementiers comme Juniper et Cisco ont compris que les grands fournisseurs de cloud ne voulaient plus dépendre d’eux et ils ont dû faire des concessions. Cependant, Juniper va plus loin, car il fait les mêmes concessions pour toutes les entreprises en leur proposant SONiC », commente Brad Casemore, analyste chez IDC.

Séduire aussi les fournisseurs intermédiaires de cloud

Mais tout de même. Au-delà du commun des entreprises, Juniper espère bien aussi séduire les fournisseurs de cloud intermédiaires, gros consommateurs de réseau.

Pour mémoire, SONiC a été développé il y a plusieurs années par Microsoft pour assurer la couche réseau de son cloud public Azure. L’éditeur en a ensuite confié la tutelle à l’Open Compute Project, dans l’espoir de standardiser sa technologie. Si des hébergeurs de taille intermédiaires pourraient théoriquement être séduits par l’opportunité d’utiliser le même réseau que le géant Azure, le manque de finition de la solution a néanmoins refroidi les plus enthousiastes. La version packagée de SONiC par Juniper a vocation à gommer les imperfections de la version Open source.

À date, les entreprises qui se sont lancées dans le déploiement de SONiC sur leurs infrastructures réseau comprennent Critéo, l’expert français de la publicité en ligne, eBay, T-Mobile, les magasins américains Target, ou encore le câblo-opérateur américain Comcast.

D’autres acteurs des réseaux travaillent à faire de SONiC un produit clés en main. En particulier les telcos qui espèrent s’en servir pour modifier plus rapidement les paramètres de leurs infrastructures de routage 5G. Selon le cabinet 650 Group, le marché de SONiC est évalué aujourd’hui à 1,3 milliard de dollars et devrait peser 4,6 milliards de dollars d’ici à 2025.

Une déclinaison plus adaptée aux équipements Juniper, mais pas à Contrail

Parmi les autres fonctionnalités importantes d’Apstra 4.0 figurent les modèles de configuration prédéfinis, appelés « Building blocks ». Ces Building blocks servent à décliner sur les équipements des configurations déjà toutes faites pour les VLAN, les firewalls, les répartiteurs de charge, etc. En revanche, ces modèles ne sont pour l’heure compatibles qu’avec des équipements matériels de marque Juniper : les switches QFX et les routeurs SRX.

À l’inverse, Apstra 4.0 ne prend pas en charge Contrail, à savoir le propre système de virtualisation des réseaux de Juniper. Le fournisseur se refuse à tout commentaire à ce sujet, laissant de fait proliférer les questions quant à la pérennité de Contrail.

Pour approfondir sur Administration de réseaux

Close