Cloud public : Google casse les prix

Google a présenté un nouveau modèle d’instance de VM pour des traitements dits de courte de durée et entend répercuter la baisse de coûts de son hardware sur les prix de ses VM.

Google a revisité  la grille tarifaire de sa Cloud Platform, assurant que désormais les clients pouvaient faire tourner leurs workloads dans son Cloud, pour un prix 40% moins élevé que chez ses concurrents…

Cette dernière coupure des prix est devenue effective ce 18 mai et s’applique à chaque type d’instance de Google Compute Engine, a confirmé la firme de Mountain View dans un billet de blog. « Comparé aux autres fournisseurs de Cloud public, Google Cloud Platform est désormais 40% moins chère pour nombre de workloads », explique-t-il. Le coût lié au fonctionnement des VM a quant à lui chuté de 30%.

« Avec nos rabais automatiques, la facturation à la minute, l’absence de pénalité pour le changement de type de machine et celle de ne pas souscrire sur le long terme et un engagement à prix fixe, il est facile de voir pourquoi nous sommes devant en  termes de rapport prix / performances. »

Au vue des précédentes réductions de prix, cette initiative de Google devrait probablement être suivie par une réaction de Microsoft et Amazon, qui forment à eux trois le groupe de tête des fournisseurs de Cloud publics.

Des VM à prix fixe

Google a également présenté une variante de machine virtuelle conçue pour fournir de la capacité à court terme et un coût fixe. Le groupe assure qu’elles sont également moins chères en termes opérationnels. «  Notre nouvelle Preemptible VM supportera vos tâches en mode batch de courte durée, pour un coût 70% plus bas qu’avec une VM classique », note le billet de blog. « Les Preemptible VM sont identiques aux VM classiques, sauf que la disponibilité est sujette à l’offre et à la demande. Puisqu’elles exploitent des ressources qui seraient de toute façon restées inactives, nous pouvons les proposer à un tarif réduit », poursuit Google.

Selon lui, ces VM trouvent leur usages avec les traitements de type Hadoop MapReduce, l’analytique financière, le rendu d’effets visuels et d’autres tâches très gourmandes en ressources de calculs.

Une baisse des prix qui suit la Loi de Moore

Cette baisse de prix est en ligne droite avec l’engagement pris par Google en mars 2014 : celui de baisser les prix de ses services Cloud au rythme de la Loi de Moore et de ainsi répercuter la baisse des coûts liés au hardware. « Depuis que le Cloud Computing est devenu plus répandu, ses prix, dans sa déclinaison publique, ont baissé de 6 à 8 % par an. Sur la même période, les coûts du hardware qui soutient le Cloud ont baissé de 20 à 30% par an – suivant les principes de la Loi de Moore », avait expliqué Google à l’époque.

« Pour que le Cloud public soit une vraie alternative au système Legacy, nous pensons que le prix doit refléter au plus près ces économies. »

Traduit par la rédaction

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close