Red Hat détaille la feuille de route de RHEV, mais s'interroge sur son avenir

Red Hat enrichit certes son hyperviseur mais s'interroge sur la montée en puissance du Cloud et des conteneurs.

A l'occasion du Red Hat  Summit qui s'est tenu cette semaine à Boston, l'éditeur Open Source a levé le voile sur ce que sera le futur Red Hat Entreprise Virtualization (RHEV). Outre les traditionnelles fonctions à venir, la firme au chapeau rouge s'attend à ce que son hyperviseur finisse par perdre des parts de marché au profit des conteneurs et du Cloud.

La version 3.6 RHEV devrait être lancée au 4e trimestre de cette année. Mais celle-ci ne comportera que peu d'améliorations clés comparées à la version précédente, lancée en février . Elle comportera en revanche certaines des mises à jour les plus demandées ainsi que d'autres portant sur une amélioration des performances, rappelle Scott Herold, chef de projet principal chez Red Hat, qui intervenait lors de l'événement annuel de l'éditeur.

Parmi les nouvelles fonctions de RHEV 3.6, on retrouve la compression pour la migration à chaud, disponible pour certains types de workloads, l'amélioration des connexions entre VMs et la capacité à assigner des terminaux PCI physiques à des VMs individuelles. Autre fonction mise en avant par le chef de projet, l'ajout de mémoire à chaud à une VMs - une fonction qui fait encore défaut aux principaux hyperviseurs du marché. Lorsqu'une VM se met à manquer de mémoire virtuelle, la plupart des hyperviseurs modernes ont la capacité d'emprunter de la mémoire aux autres VMs de l'hôte - ce que l'on appelle Memory Ballooning. SI l'hyperviseur ne peut pas récupérer suffisamment de mémoire pour répondre à la demande de la VM, il peut passer les pages de mémoire sur le disque - ce qui impacte alors les performances.

"il n'existe pas d'autres moyens plus rapides, si vous souhaitez dégrader vos performances", lance-t-il. " Notre approche consiste à nous éloigner de cela. Dans RHEV 3.6, vous pouvez ajouter de la mémoire à chaud, pour répondre à la demande…L'ajout et le retrait de mémoire à la demande est ainsi plus clair."

Pour Sanjeev Saldhi, ingénieur système chez California ISO (utilité aux US), cette fonction d'ajout de mémoire à chaud fait partie des nouveautés qui a attiré son attention lorsqu'il testait la version. Sa société n'est certes pas un client de RHEV, mais il s'est rendu au Red Hat Summit pour voir si la solution de gestion de la virtualisation pouvait être une alternative meilleure marché à VMware.

"Concernant le memory ballooning, nous avons eu des soucis avec VMware par le passé, affirme-t-il. Il semblerait qu'avec cette fonction de RHEV nous puissions éviter le problème."

OpenStack, conteneur et hyperviseur maudit

Lors de cette même session, certains pans du futur RHEV 4.0, prévu pour le second trimestre 2016, ont été dévoilés. La prochaine version devrait ainsi voir son intégration à OpenStack renforcée. Ce support continu d'OpenStack par l'éditeur a d'ailleurs été salué par les personnes présentes à la session, à commencer par Jürg Gerber, CTO adjoint chez Puzzle ITC, un prestataire de services installé en Suisse.

"Ce qui est intéressant est que vous pouvez associer RHEV et OpenStack pour créer un Iaas pour l'ensemble du datacenter pour supporter les workloads classiques ainsi que le Cloud", affirme-t-il. "Vous pouvez utiliser OpenStack pour certaines workloads, mais vous ne pouvez pas déployer tout sur OpenStack."

Un point sur lequel s'accorde Scott Herold, expliquant que Red Hat prévoit plutôt de faire fonctionner RHEV et OpenStack ensemble au sein d'un même environnement.

Toutefois il admet que certaines workloads migreront vers OpenStack. L'hyperviseur du groupe et sa solution de gestion de la virtualisation vont affronter d'autres difficultés."Nous sommes conscients que la virtualisation traditionnelle d'entreprise va perdre des parts de marché. Nous ne savons pas à quel rythme cela va changer. Mais il se peut que nous ayons besoin de changer fondamentalement notre approche en termes de virtualisation d'entreprise."

 

Traduit et adapté par la rédaction

Pour approfondir sur Architectures virtualisées

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close