Scalair mise sur la sécurité à la française

Pour sécuriser ses offres, l’opérateur de cloud français a choisi des solutions issues du club Hexatrust.

En début d’année, l’offre CloudSystem passait sous la bannière de Scalair, un intégrateur systèmes, réseaux et télécoms, afin de construire une offre IaaS, PaaS et DaaS locale, hexagonale, assortie d’accompagnement et de conseil.

Georges Lotigier, président de Scalair, souligne, en la matière, l’importance de la sécurité : lui-même fondateur de Netasq, entouré par des anciens de cet équipementier racheté à Airbus Defense & Space, est aujourd’hui à la tête de Vade Retro, un spécialiste de la protection de la messagerie électronique. Dès lors, selon lui, « la sécurité fait partie de l’ADN de Scalair ».

Jusqu’à récemment, la sécurité de l’infrastructure de CloudSystem était l’effet de solutions Open Source assemblée, « mais peu de partenariats ». Nouer de tels accords présentait alors plusieurs avantages : renforcer la sécurité globale, mais aussi ouvrir de nouvelles opportunités en s’appuyant sur le club Hexatrust pour communiquer et tenter de séduire les administrations françaises.

Et justement, « Vade Retro est membre d’Hexatrust. Et là, on choisit comme membres l’un des meilleurs dans son domaine. Surtout, je connais bien les entreprises et leurs technologies ». Pas de doute donc, quant à la pertinence de tels partenariats avec Wallix, pour la gestion des comptes à privilèges, avec 6cure pour la remédiation des attaques en déni de service (DDoS) – « avant, cela passait par nos fournisseurs de liens télécoms » – et pour DenyAll pour la protection applicative. Avant, celle-ci était assurée par les équipements de NetAsq, mais ceux-ci ne répondaient pas aux nouveaux besoins de Scalair, bien plus conséquents.

Alors, derrière ces choix, il y a bien sûr une dimension opportuniste : « nous souhaitons être hébergeur de confiance pour l’administration française », explique Georges Lotigier. Et là, les régulières révélations sur les activités de la NSA plaident en faveur des acteurs qui jouent la carte Hexagonale.

Mais il y a aussi une dimension militante : « j’ai un avis assez tranché sur la qualité des technologies françaises ; nous avons un vrai savoir-faire ; nous ne sommes bien sûr pas les seuls, mais il y a un pôle très fort dans la sécurité en France ». Et de souligner au passage que la technologie de Vade Retro est intégrée en OEM par Cisco. Alors pour lui, le vrai souci est un problème de confiance, de mentalités : « beaucoup n'y croient pas. On a un sentiment d'infériorité. Je voudrais que l'on arrête de penser que l'on est moins bon que les autres ».

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close