Halfpoint - Fotolia

Citrix : trois pressentis pour la succession de Templeton

N’importe qui peut jouer au jeu des devinettes pour tenter de trouver qui sera le prochain patron de Citrix. Mais voici trois noms qui reviennent régulièrement.

La question de savoir si Citrix va se vendre en entier, en partie, ou pas, anime de nombreuses conversations. Mais pour beaucoup, la question de son prochain Pdg est encore plus importante car elle va assurément affecter les investissements de l’éditeur.

Le successeur de Templeton va soit choisir de continuer dans d’investir dans la vision de son prédécesseur, concrétisée récemment avec Workspace, soit de miser sur des projets porteurs d’une rentabilité plus immédiate, pour le plus grand plaisir des actionnaires – au premier rang desquels Elliott Management.

Ce dernier avait justement, en juillet 2014, tenté de convaincre EMC de se séparer de VMware. Le fond a investi 1 Md$ dans EMC. EMC dispose de 80 % des parts de VMware, et de 62 % du capital de Pivotal, où VMware possède également une participation.

En quoi cela concerne-t-il Citrix ? Une personne a des liens avec toutes ces entreprises : Paul Maritz, dont le nom revient très régulièrement parmi les éventuels candidats à la succession de Mark Templeton.

Paul Maritz, de Pivotal

Dans une déclaration distincte, Elliott Management a clairement signifié que Maritz mérite de diriger une entreprise IT. Dans sa lettre au conseil d’administration d’EMC, l’an passé, Elliott Management a ainsi décrit Maritz – et d’autres qui rapportent directement à Joe Tucci, Pdg d’EMC, la holding de VMware et de Pivotal – comme des personnes « respectées, à la carrure de PDG, payées comme des PDG, et qui sont des capitaines d’industrie, qui peuvent partir n’importe où et qui, malgré tout, continuent de rapporter à un autre PDG ».

Coïncidence ou pas, Maritz a quitté ses fonctions de PDG de Pivotal le 18 août dernier, quelques semaines après qu’a été dévoilé le projet de départ de Mark Templeton. Maritz reste toutefois président exécutif du conseil d’administration de Pivotal.

Maritz a créé Pivotal en 2013, après avoir quitté ses fonctions de Pdg de VMware. Avant cela, il avait présidé la division infrastructure et services Cloud d’EMC, où il arrivé lorsque le groupe a racheté son entreprise, Pi, en 2008.

Avant de fonder celle-ci, Maritz a passé 14 ans chez Microsoft. Et justement, le prochain PDG de Citrix devrait poursuivre l’étroite relation qu’entretiennent les deux éditeurs. Pour Geoff Woollacott, analyste chez Technology Business Research, Maritz pourrait justement assurer cela : « c’est un visionnaire technologique. Lorsqu’il parle, j’écoute. J’ai personnellement beaucoup de respect pour lui. Il serait excellent pour Citrix, et ce serait excellent pour l’industrie qu’il reste actif ».

Surtout, Maritz pourrait apporter à Citrix ce dont l’éditeur a besoin pour continuer de concrétiser la vision articulée avec Workspace Cloud, notamment en amenant les investisseurs à plus de patience : « le niveau d’impatience des investisseurs dessert l’industrie IT ». Alors pour Woollacoott, Citrix a besoin d’être piloté par « un visionnaire stratégique » capable de s’attirer la confiance des investisseurs.

Maritz n’a pas répondu aux demandes de commentaires.

Brad Anderson, Microsoft

Mais compte tenu de la proximité de Citrix et de Microsoft, il est concevable que le prochain Pdg viennent directement de Redmond. Et l’un des noms qui reviennent régulièrement pour la succession de Mark Templeton n’est autre que celui de Brad Anderson, vice-président corporate de Microsoft en charge de son équipe poste client d’entreprise et mobilité.

L’équipe d’Anderson se concentre sur les produits destinés aux personnels fortement connectés, dans le cadre de la stratégie mobile-first, cloud-first de Satya Nadella. Et c’est également là que se concentre la stratégie de Citrix avec Workspace Services.

Anderson est un personnage énergique et remarqué lors des conférences de Microsoft. Il constituerait un choix naturel compte tenu de sa relation étroite avec Citrix, ainsi que sa connaissance des produits de l’éditeur et du marché de l’informatique de l’utilisateur final. Pour autant, certains estiment que Citrix n’aurait pas l’audace de chercher à recruter un important dirigeant d’un partenaire tel que Microsoft.

Anderson pourrait bien d’ailleurs ne pas être intéressé. La vision exprimée par Satya Nadella motive les employés de Microsoft et cela pourrait suffire à conduire Anderson à rester, estime Woollacott : « Je comprendrais qu’Anderson ait envie de suivre ce qui se passe chez Microsoft. Maritz, à l’inverse, a déjà indiqué son aspiration à passer à autre chose ».

Anderson n’a pas répondu aux demandes de commentaires.

Sanjay Poonen, VMware

Une troisième possibilité vient directement du concurrent VMware. L’an passé, Citrix a perdu plusieurs cadres au projet de son rival. Le phénomène inverse ne manquerait pas d’ironie, surtout pour remplacer le Pdg de Citrix.

Et là, les observateurs de l’industrie mentionnent en particulier Sanjay Poonen, le patron de l’activité EUC (informatique de l’utilisateur final) de VMware depuis août 2013. Avant cela, il dirigeait l’activité mobilité de SAP. Auparavant, Poonen a été ingénieur logiciel chez Microsoft et chez Apple.

Mais Sanjay Poonen ne semble pas enclin à changer de poste dans l’immédiat. Il a refusé d’indiquer si les chasseurs de têtes de Citrix l’avaient contacté, mais a tenu à exprimer son attachement à VMware : « je suis très heureux de construire une équipe remarquable et une activité fabuleuse, ici, chez VMware, et je ne vois aucune raison de changer cela. Je suis bien trop loin d’avoir terminé ce à quoi je veux aboutir ici en manière d’informatique de l’utilisateur final ».

Adapté de l’anglais.

Pour approfondir sur Editeurs

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close