Guido Vrola - Fotolia

Citrix revoit à la baisse les prix de Workspace Cloud

Citrix avait visé haut, trop haut, pour les tarifs de son offre de DaaS à son lancement. Elle s’apprête à les ajuster à la baisse pour tenter de couper l’herbe sous le pied de VMware.

Workspace Cloud, lancé fin août dernier, pourrait être le futur de Citrix, mais l’éditeur va devoir en casser les prix pour convaincre les administrateurs de recourir à sa plateforme d’administration en mode Cloud.

La vérité est que le Desktop as a Service (DaaS) n’a pas encore décollé. Et que personne ne sait ni quand, ni s’il le fera. Beaucoup sont curieux, mais personne ne semble réellement accepter l’idée de postes de travail dans le Cloud. Pour beaucoup de DSI, le DaaS n’apporte pas de réponse majeure à leurs problèmes ; ce n’est qu’une autre façon de fournir des postes de travail virtuels. Hors, le problème de beaucoup d’administrateur est moins d’exécuter des postes de travail que d’assembler tous les composants de leur administration.

Citrix Workspace Cloud (CWC) rassemble ces composants au sein d’une seule plateforme et revendique ainsi la capacité de simplifier l’administration des postes de travail. En outre, l’éditeur met à jour sa plateforme CWC en continu ; ses utilisateurs profitent toujours de la version la plus récente. De quoi bénéficier, au passage, des toutes dernières fonctionnalités développées par Citrix.

Citrix revoie sa copie tarifaire

Sur le plan technique, il est difficile de trouver des défauts à CWC. Mais sa tarification est sans conteste de nature à favoriser la concurrence. La comparaison entre la tarificaiton à l’abonnement par utilisateur entre CWC et XenDesktop Enterprise est édifiante : le premier coûte 304 $ de plus par utilisateur et par an, à fonctionnalités identiques. Et les coûts associés au client Windows ou aux licences d’hyperviseur client ne sont pas inclus.

La justification de cet écart est à chercher du côté de l’infrastructure nécessaire pour supporter CWC, en l’occurrence SQL Azure, le service de bases de données en mode Cloud de Microsoft. Il ne fait pas de doute que les clients comprennent qu’il faille payer plus cher pour ne pas avoir à déployer et exploiter toute l’infrastructure sous-jacente eux-mêmes. Mais si l’on estime que 36 $ par utilisateur et par an vont à cette infrastructure, la différence reste encore de 268 $.

Le DaaS est nouveau, et Citrix sonde probablement le marché pour savoir jusqu’où aller. Mais cela laisse beaucoup de marge à la concurrence pour se montrer plus agressif. A commencer par VMware qui prépare le lancement de son projet Enzo, que l’on peut globalement décrire comme comparable à CWC. De quoi expliquer que Citrix ait profité de sa conférence partenaires annuelle, le Summit, qui se déroulait début janvier à Las Vegas, pour annoncer la prochaine révision à la baisse de la tarification de CWC.

L’éditeur n’a toutefois pas précisé les détails de cet ajustement. Mais la marge apparaît telle que l’on peut s’attendre à une baisse significative. Citrix prévoit de rendre cette baisse effective dans le courant du premier trimestre. Il est alors raisonnable de s’attendre à en savoir plus sur les tarifs d’Enzo d’ici là.

Adapté de l’anglais.

Pour approfondir sur Virtualisation du poste de travail

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close