JiSign - Fotolia

T-Systems propose un hébergement Cloud à Paris

Les utilisateurs français de SAP, Oracle et autres serveurs Microsoft ont désormais une solution pour basculer leur datacenter vers le Cloud de l’allemand sans sortir du territoire.

Après s’être lancé dans les offres de cloud public en mars dernier, la SSII allemande T-Systems (entre autres spécialiste européenne de l’infogérence d’infrastructures SAP) a ouvert un datacenter en France.

Hébergé chez Equinix en région parisienne, cette infrastructure a vocation à exécuter des ressources en cloud privé (dédiées) ou public (mutualisées). Par rapport aux infrastructures allemandes jusqu’ici disponibles, les clients français de T-Systems y gagneront une latence réduite et le respect des éventuelles contraintes réglementaires concernant la localisation des données de certaines industries sur le territoire national.

Un datacenter parisien pour les nouveaux projets de migration du SI vers le cloud

« Nous allons proposer aux entreprises la facilité du cloud pour des composants SAP, Oracle ou Microsoft que nous hébergeons nous-mêmes, loin du Patriot Act, avec des services supplémentaires d’accompagnement, de support téléphonique », expose Jean-Paul Alibert, le président de T-Systems France. Celui-ci avait auparavant affiché son ambition de faire entrer sa filiale dans le Top 10 des SSII françaises.

Il précise que, concernant les services IaaS, PaaS et SaaS de Microsoft, il s’agira de proposer les vraies fonctions d’Azure ou d’Office 365, comme si l’utilisateur utilisait les clouds américains de Microsoft lui-même. « Il ne s’agit pas de simuler des fonctions équivalentes comme nombre d’opérateurs le font en hébergeant du SQL Server ou de l’Exchange. Nous nous prévalons d’une qualité maximale », insiste-t-il.

Il n’est pour l’heure pas question de migrer vers Paris les éventuels clients français des offres de cloud ou d’infogérence localisées en Allemagne. Le datacenter hébergé chez Equinix en Seine-Saint-Denis a vocation à accueillir de nouveaux projets et T-Systems France prend dès aujourd’hui son bâton de pèlerin pour prospecter sa clientèle.

« Nous allons au-delà de l’habituelle infogérance. Notre propos est d’accompagner les entreprises françaises qui veulent basculer leur datacenter dans le cloud. Ce sont des projets qui prennent de 18 à 24 mois ».

Et de poursuivre : « nombre d’entreprises françaises ont leurs datacenters déjà hébergé chez Equinix. Pour ces clients-là, il est pertinent de passer en cloud avec T-Systems, car la migration de leur SI va se résumer à déplacer leurs données et leurs VM en réseau sur quelques mètres, sans sortir du bâtiment », fait remarquer Régis Castagne, directeur général d’Equinix.

10 000 utilisateurs SAP par block vSphere/RedShift/NetApp

LeMagIT a pu avoir accès aux spécificités techniques du datacenter parisien de T-Systems, qui se targue d’avoir assemblé le meilleur des technologies disponibles.

Les offres Cloud tournent sur des serveurs Dell qui exécutent des machines virtuelles au moyen de VMware vSphere et qui mettent à disposition des composants SAP, Oracle ou Microsoft grâce à la plateforme PaaS OpenShift de Red Hat. Le réseau est incarné par de l’équipement Cisco et la sécurité est assurée par Fortinet.

A noter : alors que les fournisseurs de matériels vantent les mérites des infrastructures hyperconvergées (tout-en-un), T-Systems a fait ici le choix à contrecourant d’utiliser des baies de stockage externe NetApp.

 « Nous ne croyons pas aux appliances, façon infrastructures hyperconvergées, car elles sont pré-intégrées par leurs fournisseurs et nous ne pouvons pas les personnaliser selon nos besoins », explique Jean-Paul Alibert.

« Nous avons mené de nombreux tests. Il s’avère que seule une baie de stockage externe NetApp nous permet de nous engager sur un niveau d’IOPS par client. Et, ce, y compris dans le cas des offres mutualisées ». Jean-Paul Alibert précise que les baies NetApp 100% Flash choisies affichent 500.000 IOPS par nœud, avec la possibilité d’installer 24 nœuds dans un même pool de ressources mutualisées.

Selon T-System, chaque pool de ressources - ou « block » - peut accueillir jusqu’à 10 000 utilisateurs SAP. Il est possible de réserver des blocks entiers pour disposer d’un cloud privé et il existe une formule « twin block », qui correspond à une offre de PRA avec un second pool de ressources qui sauvegarde le premier.

Equinix ayant sept bâtiments en région parisienne, reliés entre eux par des liaisons spécialisées en fibre, il est possible de faire fonctionner le block de production à Saint-Denis et celui de secours à Pantin.

Pour approfondir sur SSII

- ANNONCES GOOGLE

Close