Cisco muscle son offre hyperconvergée HyperFlex

Le constructeur a dévoilé des versions 100% Flash de son offre, dopé sa connectique réseau et ajouté des fonctions de réplication native entre clusters. Il a aussi renforcé sa console d'administration et intégré HyperFlex à son portail de gestion de cloud hybride.

Cisco a récemment enrichi son offre HyperFlex en ajoutant une console unifiée d’administration pour ses clusters hyperconvergés et en intégrant HyperFlex avec son portail de cloud hybride CloudCenter. Le constructeur a également dopé la performance de ses systèmes en annonçant des configurations 100 % Flash et une option d’interconnexion à 40 Gbit/s pour ses clusters hyperconvergés.

Cisco a officiellement dévoilé HyperFlex il y a près d’un an et a initialement positionné son offre comme une réponse aux besoins des PME et des agences de grands groupes.

Selon Cisco, quelque 1100 clients utilisent aujourd’hui les solutions HyperFlex. Deux tiers d’entre eux sont des clients préexistants de l’offre UCS. Les autres, pour la plupart des PME, sont de nouveaux clients. « Tous ont notamment été séduits par la simplicité et l’approche tout-en-un d’HyperFlex », explique Todd Brannon, le directeur du marketing de Cisco.

Mais avec la dernière mouture de son offre, le constructeur affiche des ambitions élargies. Il estime désormais qu’HyperFlex peut répondre aux besoins d’applications critiques telles que les bases de données ou les progiciels. Ce changement de discours n’est pas un hasard : selon Gartner, 20 % des applications critiques d’entreprises fonctionnant aujourd’hui sur des architectures traditionnelles auront migré vers des architectures hyperconvergées d’ici à 2020.

Des systèmes 100% Flash, un réseau dopé et la réplication intégrée 

À CiscoLive Berlin, le constructeur a dévoilé deux nouveaux nœuds 100 % Flash, les HyperFlex 220c All Flash M4 (1U) et HyperFlex 240c All Flash M4 (2U). Le premier supporte jusqu’à 6 SSD de 3,8 To, tandis que le second peut en accueillir 10, en plus de l’habituel SSD SAS pour le système et les métadonnées.

Cisco a aussi dopé la fabric réseau qui interconnecte les nœuds HyperFlex. Il est désormais possible d’opter pour des modules Ethernet à 40 Gigabit afin d’améliorer encore les performances. Cisco annonce ainsi une latence en baisse de 80 % et un accroissement du nombre d’IOPS par un facteur de six en combinant Flash et fabric Ethernet plus rapide.

En plus de ces améliorations en termes de performance, Cisco a aussi ajouté des fonctions natives de réplication locale et distante à HyperFlex. Les clients HyperFlex peuvent ainsi désormais répliquer leurs VM d’un cluster à un autre à des fins de reprise après sinistre. 

HyperFlex Connect : une console d’administration unifiée

Avec la dernière mouture d’HyperFlex, Cisco a ajouté une console d’administration centralisée, HyperFlex Connect, qui permet de gérer plusieurs clusters depuis un même écran. HyperFlex Connect permet aussi de centraliser la télémétrie des différents nœuds HyperFlex et via des fonctions analytiques de présenter des tableaux de bord sur l’état de santé des clusters.

Cisco a également intégré HyperFlex avec sa technologie CloudCenter qui permet désormais d’administrer et d’orchestrer le mouvement de workloads entre des clusters HyperFlex et des clouds publics, comme Amazon Web Services et Microsoft Azure. CloudCenter est le fruit de l’acquisition des technologies de CliQr Technologies, en mars 2016. 

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close