Dopé par ses nouvelles architectures processeurs, AMD retrouve la santé

Après plusieurs années de convalescence, AMD redresse la tête. La firme qui a récemment mis à jour l'ensemble de ses architectures CPU desktop et serveurs ainsi que ses puces graphiques a ainsi vu ses ventes bondir de 19% sur le dernier trimestre.

Dopé par le lancement de sa dernière architecture processeur « Zen », AMD a présenté des résultats en nette amélioration - supérieurs à ses prévisions - pour son second trimestre fiscal 2017. Le fondeur a vu son chiffre d’affaires progresser de 19 % à 1,22 Md$ et a vu son bénéfice opérationnel renoué avec le vert à 25 M$, contre une perte opérationnelle de 8 M$ à la même époque l’an passé.

Le résultat net reste toutefois légèrement négatif à -16 M$, contre 69 M$ de profit l’an passé (un chiffre toutefois dopé exceptionnellement par la formation d’une coentreprise avec Fujitsu, qui avait permis à AMD de récolter un revenu exceptionnel de 150 M$).

 Sans surprise,  la forte hausse de ses ventes de processeurs et de cartes graphiques explique largement l’amélioration de la situation de la firme. Les nouveaux processeurs Ryzen motorisés par la nouvelle architecture « Zen » et  le succès de ses puces graphiques Radeon ont dopé les revenus de la division « computing and graphics » d’AMD. Cette dernière affiche ainsi un chiffre d’affaires de 659 M$ sur le second trimestre fiscal contre 435 M$ l’an passé.

Ce fort rebond des ventes (+51,5 %) a permis à la division de renouer avec les profits opérationnels (+7 M$ contre -81 M$ à la même période de l’an passé) et il est aussi de bon augure alors que la rentrée approche et que la firme voit ses processeurs Ryzen adoptés dans un nombre croissant de PC grand public et professionnels. AMD devrait d’ailleurs présenter une ligne complète de PC professionnels motorisés par la déclinaison professionnelle de ses puces (les Ryzen Pro) en partenariat avec plusieurs grands constructeurs à la fin août.

La division entreprise, embarqué et puces sur mesure a en revanche vu son CA reculer légèrement (-4,9 % sur un an) et son bénéfice opérationnel chuter de moitié. Cette contre-performance s’explique largement par la transition en cours vers les puces EPYC dévoilées à la fin du mois de juin. Ces dernières ont été qualifiées par de nombreux constructeurs asiatiques, par plusieurs géants du cloud ainsi que par HPE et Dell EMC. Elles devraient apparaitre dans plusieurs serveurs d'entreprise de grands constructeurs (dont plusieurs modèles HPE et Dell EMC) d’ici la fin du 3e trimestre.

Le lancement des architectures CPU "Zen"et des GPU "Vega", clé du redressement d'AMD

Comme le laisse entendre la CEO d’AMD, Lisa Su, ce trimestre est un indicateur de la résurrection en cours d’AMD sur le marché des processeurs : « Tous les grands constructeurs ont annoncé des PC premium à base de puces Ryzen et ces systèmes devraient faire leur apparition en masse dans les rayons à la rentrée. Alors que nous entrons dans le second semestre, nous sommes sur le point de compléter la famille Ryzen, avec les Ryzen 3 pour le marché de masse et celui des PC économiques (…), et les Ryzen Threadripper, pour le marché des PC haut de gamme attendus au début août. Les Ryzen Pro, destiné au marché de l’entreprise seront disponibles au 3e trimestre tandis que les APU Ryzen arriveront sur le marché plus tard, dans des machines prévues pour les fêtes de fin d’année".

Il est à noter que le lancement des Ryzen a non seulement permis à AMD de regagner des parts de marché face à Intel, mais il lui ont surtout permis d’augmenter ses prix de ventes moyens, ce qui devrait se traduire mécaniquement dans les profits.

Côté serveurs, il est encore trop tôt pour savoir si AMD pourra regagner de sa superbe (la firme a contrôlé jusqu’à près de 30 % du marché des processeurs pour serveurs dans la seconde moitié des années 2000). Mais la firme a retenu l’attention d’une vingtaine d’acteurs du cloud et l’hyperscale comme Dropbox et mise sur le gain d’une vingtaine d’autres grands clients d’ici la fin de l’année. Sur le marché des entreprises, elle devrait aussi voir ses ventes progresser peu à peu au cours des prochains trimestres. Selon Lisa Su, les cycles de qualification chez les grands acteurs cloud et dans les entreprises peuvent nécessiter 3 à 4 trimestres, ce qui veut dire qu’il faudra sans doute attendre le premier semestre 2018 pour voir EPYC avoir un réel effet sur les revenus d’AMD. L’objectif affiché par la firme est de repasser au-dessus de la barre des 20 % de parts du marché des puces pour serveurs dans les deux ans.

Sur le segment des puces graphiques, les ventes ont aussi progressé par rapport à l’an passé (AMD parle d’une croissance à deux chiffres, sans plus de précisions). Elles ont notamment été soutenues par la forte demande en GPU pour le marché du “mining” de monnaie cryptographique et par le marché du jeu. Mais AMD mise aussi pour les trimestres à venir sur sa nouvelle architecture GPU Vega, pour le marché du HPC et des stations de travail. Plusieurs acteurs hyperscale auraient ainsi retenu ses puces pour leurs architectures.

Le bon accueil de ses nouvelles puces pousse AMD à l’optimisme. La firme a ainsi profité de l’annonce de ses résultats pour revoir à la hausse ses prévisions pour l’année. Alors que le fondeur prévoyait à l’origine une croissance de son CA légèrement supérieure à 10 % sur l’année, elle table désormais sur une croissance comprise entre 15 et 20 % (avec pour l’instant une espérance moyenne de 16 à 17 %).

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close