Toucan Toco veut rapprocher un peu plus la Dataviz des métiers

Le Français capture les données essentielles de l’entreprise pour proposer des tableaux de bord et du reporting centrés au plus près des usages métiers, tant en matière de création des applications que de l’interactivité.

« Combler un vide du côté de l’utilisateur final. » C’est ainsi que la société française Toucan Toco, spécialisée dans la visualisation des données, décrit son positionnement sur ce secteur qui connait depuis plusieurs années un véritable engouement auprès des entreprises. Le Français, né il y a 3 ans et demi, fait valoir une approche résolument centrée sur l’utilisateur final, plus proche des métiers, et compte bien donner du fil à retordre aux ténors du genre, que sont par exemple Tableau Software, Qlik, les spécialistes de la DataViz, mais également Cognos (IBM) ou encore BO (SAP) ,  cadres de la BI dite traditionnelle.

Son approche, Toucan Toco l’a puisée dans ses origines : le journalisme de données (Data Journalism) et cette faculté à raconter des histoires en croisant plusieurs sources. La société a ainsi  identifié chez les entreprises le besoin de scénariser simplement les données pour permettre aux utilisateurs métiers, qui ne sont ni analystes ni Data Scientists, d’élaborer rapidement des rapports et graphiques qui collent le plus à leurs activités – et qu’ils peuvent exploiter en rendez-vous ou en réunions internes.

« Il existe certes dans les entreprises des experts de la donnée qui utilisent des outils dédiés pour explorer des données. Des outils à base de requêtes complexes. Mais si ces personnes sont bien équipées, il reste à côté des néophytes qui ne disposent que de quelques secondes pour gérer leurs données. Ils ont besoin d’outils plus simples, avec des requêtes  plus simples », lance Kilian Bazin, le directeur général de Toucan Toco. Un outil capable d’apporter « une forte éditorialisation » aux données en somme. L’outil doit proposer une expérience très simple aux utilisateurs métiers, qui ont davantage l’habitude de s’appuyer sur des tableaux Excel que sur des notebooks de Data Scientists.

Ce sont là des dirigeants d’entreprise et des directeurs marketing, des commerciaux pour leur pilotage commercial, mais également des responsables RH pour leur bilan social, des directions financières  ou des achats, liste encore le responsable de la société. Toucan Toco a ainsi façonné une plateforme « sur laquelle on crée des applications fonctionnelles ». Le paramétrage y est allégé afin d’accélérer leur mise en service et leur mise à disposition auprès de la cible. Pour cela, la société a développé un studio pour accélérer la création et la configuration des applications, auquel est associée une méthodologie agile qui permet de coller aux desideratas des entreprises, mais aussi de sortir rapidement un livrable opérationnel.

Mais cela n’est que la partie immergée de l’iceberg. L’autre brique consiste à exploiter les données même de l’entreprise qui seront ré-agencées dans ces tableaux de bord. La plateforme Toucan Toco, qui s’appuie essentiellement sur un ensemble d’outils Open Source – l’un des moteurs principaux étant MongoDB – se câble aux SI en place dans les entreprises via une série de connecteurs.Celle-ci se déploie aussi bien dans le Cloud que sur site. Mais, dans une approche que la société souhaite pragmatique, elle s’est retirée la contrainte du temps réel pour se reposer sur une analyse du métier a priori : elle ingère donc une sélection précise des données à prendre en compte dans les visualisations. « Les données sont pré-calculées et se chargent très rapidement. On agit sur des données pré-sélectionnées », commente  Kilian Bazin, qui efface toute approche liée à la BI en self-service. Toucan Toco vient donc « s’intercaler entre les systèmes sources généralement plus lents, et la plateforme ». Ce qui vient résoudre les temps de réponses et de génération des rapports.

Mobilité et interactions métier comme différenciant

Reste alors à s’installer sur ce marché de la Dataviz. Un marché sur lequel Tableau Software et Qlik occupent déjà une place importante dans les entreprises. Pour Kilian Bazin, si en effet ces deux acteurs font la promesse de la simplicité d’usage, le résultat n’est finalement pas là. D’ailleurs « Toucan Toco est installé chez plus de 80 grands comptes en France ». Citons pêle-mêle Renault-Nissan, la SNCF, Total, Axa, EDF, JC Decaux, Vinci, LVMH ou encore Seb.

La mobilité est un autre facteur clé de l’adoption de Toucan Toco, résume le responsable. « Nous sommes rentrés chez les grands comptes par ce biais », ajoute-t-il. Les tableaux de bord générés par la plateforme reposent en effet sur une unique base de code adaptatif, quel que soit le support utilisé.

L’autre argument : le fait de pouvoir interagir avec ces visualisations via des actions centrées sur le métier. L’idée est de « favoriser une interactivité et d’avoir une vraie conversation autour des données », comme par exemple recommander des nouveaux produits à un commercial. D’ailleurs Toucan Toco souhaite décliner cela par métier pour affiner un peu plus les recommandations et définir précisément des bonnes actions à proposer.  « On quitte la BI vers l’excellence opérationnelle », conclut enfin Kilian Bazin.

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close