vectorfusionart - Fotolia

SDS : Nexenta lève 20 M$ de plus et annonce ses services Cloud

Le pionnier du Software Defined Storage vient de réaliser une ultime levée de fonds menée par SoftBank et annonce le lancement de services de stockage Cloud sur Amazon AWS et sur SoftBank Cloud. Après avoir levé 140 M$ depuis sa création en 2005, il espère être rentable en 2018.

Soutenu par SoftBank, Nexenta a levé 20 M$ additionnels la semaine passée pour accélérer le développement de ses offres cloud. Né en 2005, Nexenta s’est fait initialement fait connaître pour sa solution de stockage logicielle SAN/NAS NexentaStor, basée sur le système de fichiers ZFS développé par Sun. Depuis, la firme a enrichi son catalogue de solutions avec une solution de stockage objet distribuée, Nexenta Edge, et avec une console unifiée pour la gestion de ses solutions de stockage logicielle, baptisée Nexenta Fusion.

Comme l’indique Tarkan Maner, le CEO de la firme, Nexenta travaille actuellement sur son offre NexentaCloud pour Amazon Web Services (AWS), une offre attendue au premier semestre 2018. L’objectif est de permettre aux clients de la société de déployer des solutions de stockage hybrides. Par exemple, une entreprise utilisant NexentaStor « on premises » pourra sauvegarder des données sur une instance NexentaStor fonctionnant sur le service IaaS Elastic Cloud Compute (EC2) d’Amazon et consommant du stockage sur S3, a indiqué M. Maner. Elle pourra aussiutiliser NexentaFusion pour l’administration et l’analyse de ses données dans les deux environnements, a-t-il noté.

« Il s’agit d’un service de sauvegarde et de reprise après sinistre conçu pour permettre aux clients Nexenta de déplacer leurs sauvegardes vers un environnement cloud pour certains types de données », a déclaré Maner. La société prévoit toutefois de proposer la technologie NexentaCloud via AWS Marketplace à des clients qui ne disposeraient pas de Nexenta sur site.

Accord stratégique avec le géant japonais SoftBank

M. Maner a expliqué que SoftBank Cloud va déployer NexentaCloud pour les clients japonais en 2018 et que le support de clouds additionnels suivra.

SoftBank, basée à Tokyo, a également conclu un accord de distribution stratégique avec Nexenta. La firme nippone, qui est un client de longue date de Nexenta, prévoit de distribuer les logiciels Nexenta au Japon, et ses sociétés affiliées ont obtenu des droits d’achat préférentiels sur les solutions de Nexenta fonctionnant sur les serveurs de Dell, Lenovo, Supermicro et d’autres fournisseurs. Softbank Cloud prévoit également d’utiliser les logiciels Nexenta avec de nouveaux OEM tels que Huawei et Foxconn.

« C’est important pour nous parce que le Japon est le deuxième plus grand marché du stockage », a déclaré M. Maner. « SoftBank a une très large base de clients en tant que fournisseur de services de téléphonie et de téléphonie mobile, et ils contrôlent aussi près de 1 300 entreprises affiliées, allant de Sprint à Yahoo Japan en passant par ARM. » 

Nexenta a levé plus de 140 millions de dollars depuis 2005. Parmi les autres investisseurs du nouveau tour de table figurent des sociétés comme Javelin Venture Partners, SV Booth Investments, SAB Capital, Lake Trail Capital, TRB Equity et Tarkan Manner, le PDG de Nexenta.

Nexenta enfin rentable ?

Maner a indiqué que Nexenta devrait être rentable en 2018. Selon le CEO, 2017 a été une bonne année pour l’entreprise, qui a vu son chiffre d’affaires progresser de 80 % d’une année sur l’autre. Plus significatif, environ 50 % de ce revenu a été généré avec de nouveaux clients.

Nexenta compte environ 3 000 clients et ses solutions gèrent actuellement environ deux exaoctets de données sur la planète. Selon Maner, ses solutions ont généré plus de 100 millions de dollars en revenus cumulés pour la société depuis sa création en 2005.

Il convient de prendre ce chiffre avec une pincée de sel. En 2012, le CEO de Nexenta de l’époque, Evan Powell expliquait ainsi déjà avoir un CA proche de 50 M$ et misait sur un CA de 200 M$ pour 2014. La firme avait alors indiqué avoir un flux de trésorerie positif et miser sur un profit net pour 2013… Peu après sa nomination, Tarkan Maner expliquait lui-même en 2014 que Nexenta avait 5000 clients (dont déjà SoftBank) et indiquait vouloir multiplier par 10 la taille de la société en trois ans. Il promettait alors la rentabilité pour la fin 2014. Clairement, tout ne s’est pas déroulé comme prévu…

 

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

En soumettant ces informations à LeMagIT.fr, vous acceptez de recevoir des emails de TechTarget et ses partenaires. Si vous résidez hors des Etats-Unis, vous consentez à ce que vos données personnelles soient transférées et traitées aux Etats-Unis. Politique de confidentialité

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close