kentoh - Fotolia

Augmenter le stockage des systèmes hyperconvergés : ce qu’il faut savoir dès le départ

Dans un système hyperconvergé, augmenter la capacité de stockage est facile. Revers de la médaille : vous pouvez vous retrouver à payer des ressources de traitement superflues.

L'un des principaux inconvénients que rencontrent les administrateurs de stockage lorsqu'ils utilisent des systèmes hyperconvergés tient à ce que le contrôle du stockage n'est pas granulaire comme il le serait avec un autre type de système.

Prenons, par exemple, un hôte de virtualisation autonome qui utilise un stockage directement rattaché (DAS). Si un administrateur souhaite augmenter la capacité de stockage pour ce type de serveur, il peut installer des disques supplémentaires ou remplacer les disques existants par des disques de plus grande capacité. Cette philosophie de base s'applique également aux serveurs qui s’appuient sur un stockage distant.

Les systèmes hyperconvergés fonctionnent différemment parce que la plupart des fournisseurs ne permettent pas à leurs clients d'augmenter la capacité de stockage en ajoutant des disques ou en se connectant à une batterie de stockage distante. En effet, ces systèmes sont vendus comme des offres intégrées regroupant matériel et logiciels.

Un système hyperconvergé est composé d'une série de noeuds. Dans tous les cas pratiques, un nœud peut être considéré comme un module matériel. Chaque noeud comprend un processeur (traitement), une mémoire et des ressources de stockage (type DAS). Ces ressources matérielles sont accordées entre elles pour garantir la compatibilité et des performances optimales.

La couche logicielle est l'un des composants qui différencient un système hyperconvergé des autres types de serveurs. Elle se compose généralement d'une appliance virtuelle dont la fonction consiste à gérer les noeuds existants.

Chaque fournisseur aborde la question un peu différemment, mais tous prévoient des clauses relatives au nombre total de noeuds que peut contenir un système hyperconvergé. De plus, il existe généralement des règles qui fixent la manière dont les noeuds doivent être ajoutés au système. Par exemple, certains fournisseurs exigent l'ajout de quatre noeuds à la fois, jusqu'à ce que le système atteigne le nombre maximal de 32 noeuds. Dans certains déploiements, le rapport appliqué est d'une appliance pour quatre blocs de noeuds.

Mise à niveau des systèmes hyperconvergés : scale-up ou scale-out

Cette approche facilite l'ajout de capacités de stockage, mais ne va pas sans difficultés. Pour en comprendre les raisons, vous devez savoir faire la différence entre « scale-up » et « scale-out ».

Revenons un moment sur l'exemple ci-dessus du serveur autonome équipé d'un DAS. Si vous vouliez augmenter la capacité de ce serveur, vous pourriez opter pour un scale-up – évolution en capacité – grâce à l'installation d'un matériel de stockage supplémentaire (plus de disques).

En revanche, le scale-out – évolution en déploiement – consiste à ajouter des noeuds plutôt que des disques. Ainsi, au lieu d'augmenter la capacité d'un seul serveur, vous augmentez celle de l'ensemble du système en connectant plus de noeuds.

La mise à niveau d'un système hyperconvergé doit se faire à l'aide d'un scale-out plutôt que d'un scale-up. Un administrateur ne peut pas se contenter d'ajouter des disques sur un noeud ; il doit ajouter des noeuds au système.

Inconvénients

Bien que l'ajout de noeuds à un système hyperconvergé soit facile, cette opération présente quelques inconvénients :

  • En effet, les noeuds sont composés de ressources de stockage, ainsi que de ressources de traitement et de mémoire. Cela signifie qu'une entreprise peut avoir à payer pour des ressources de traitement dont elle n'a pas besoin, simplement pour augmenter la capacité de stockage.
  • Certains systèmes hyperconvergés ne permettent pas aux administrateurs d'ajouter un seul noeud et peuvent les obliger à installer les nouveaux noeuds quatre par quatre.

L'un des moyens de contrer ces limitations consiste à créer son propre système hyperconvergé au lieu d'opter pour un système préinstallé. Il existe des architectures de référence qui permettent aux entreprises de mettre en oeuvre des systèmes hyperconvergés en fonction de leurs besoins spécifiques.

Si vous utilisez un système hyperconvergé préinstallé, il est très important que vous trouviez un équilibre entre capacité de stockage et performances. Et n'oubliez pas : l'ajout d'une capacité de stockage supplémentaire signifie l'achat de noeuds supplémentaires !

De même, l'amélioration des performances de stockage peut également nécessiter l'achat de noeuds supplémentaires.

Les systèmes hyperconvergés sont pratiques, mais le prix à payer est l'impossibilité d'effectuer des mises à niveau matérielles granulaires. Il est important de choisir un système qui assure un bon équilibre entre capacité et performances afin d'éviter les mises à niveau fréquentes. Il est également essentiel d'évaluer soigneusement les besoins en matériel de l'entreprise avant d'acheter un système hyperconvergé.

Pour approfondir sur Infrastructure hyperconvergée

- ANNONCES GOOGLE

Close