Cet article fait partie de notre guide: L’offre des baies de stockage SAN/NAS en 2021

Stockage : IBM étend les baies ESS vers les containers

La nouvelle baie ESS 3200 est deux fois plus rapide, l’ESS 5000 supporte plus de tiroirs et leur système Spectrum Scale mute en une plateforme d’infrastructure hyperconvergée orientée containers.

Dans la catégorie des NAS super élastiques, IBM met à jour sa gamme de baies ESS basées sur son système de fichiers parallélisé Spectrum Scale (ex-Elastic Storage). Dans le même temps, le fournisseur entend décliner Spectrum Scale en une plateforme logicielle complète, Spectrum Fusion, qui servirait à construire des infrastructures hyperconvergées. En plus d’offrir des services de stockage, Spectrum Fusion sera capable d’exécuter dans son cluster des applications, non pas en machines virtuelles, mais au format container, via le Kubernetes de Red Hat.

Dans le même boîtier 2U qui contient 24 SSD NVMe, la nouvelle baie de disques ESS 3200 apporte un débit global de 80 Go/s, soit le double de l’ESS 3000 à laquelle elle succède. Elle supporte par ailleurs des SSD plus capacitifs pour grimper jusqu’à 367 To de capacité, contre 260 To auparavant. Il est possible de mettre huit de ces baies en cluster en les reliant entre elles, avec une connectique Infiniband HDR-200 ou Ethernet 100 Gbit/s.

En haut de gamme, l’ESS 5000 n’est pas remplacée, mais mise à jour. Cette machine qui se compose de deux nœuds serveur à base de processeurs Power, chacun mesurant 2U de haut, supporte à présent jusqu’à neuf tiroirs de 24 SSD NVMe pour atteindre une capacité maximale de 15,2 Po, contre 13,5 Po précédemment avec huit tiroirs de SSD NVMe.

À l’instar des dernières baies de stockage Dell EMC PowerStore et HPE Primera, chaque fonction de ces ESS est exécutée dans un container, ce qui permet à l’administrateur de les mettre à jour individuellement. Ces containers sont administrables depuis Ansible, l’outil d’automatisation des configurations de Red Hat. Par ailleurs, les deux baies sont livrées avec tout le nécessaire pour être utilisées avec des clusters de containers Kubernetes : pilotes CSI, mais également des fonctions de snapshots (sauvegarde) et de clonage (haute disponibilité) adaptées.

Spectrum Fusion, la version hyperconvergée de Spectrum Scale

Plus tard cette année, à partir de cet été, IBM déclinera le système Spectrum Scale de ses ESS en une plateforme plus complète. Appelée Spectrum Fusion, elle intégrera le logiciel de sauvegarde Spectrum Scale Protect, ainsi que le logiciel Spectrum Discover qui indexe avec des métadonnées les contenus gérés par Spectrum Scale, mais aussi ceux d’autres NAS ou stockage objets présents dans le datacenter. Surtout la solution Spectrum Fusion sera livrée a priori par-dessus un environnement OpenShift, le Kubernetes très outillé de Red Hat, qui permet d’exécuter des applications en containers.

De fait, Spectrum Fusion sera bien plus qu’un système de stockage, ce sera un système d’infrastructures hyperconvergées. Rappelons que l’intérêt premier d’une infrastructure hyperconvergée par rapport à un cluster de serveurs applicatifs est qu’elle intègre le stockage de manière à tout gérer depuis une seule interface et à donner aux volumes la même élasticité que celles des applications.

La différence de Spectrum Fusion par rapport aux autres infrastructures hyperconvergées est que cette solution privilégiera plus les applications au format container, typique de celles écrites pour le cloud, qu’à l’habituel format machine virtuelle.

« Nous voulons être au-devant des tendances et le fait est que les entreprises se dirigent toutes vers les containers. »
Eric HerzogEn charge du développement commercial, division Stockage, IBM

« Nous voulons être au-devant des tendances et le fait est que les entreprises se dirigent toutes vers les containers. Après, bien évidemment, notre solution sera aussi capable d’exécuter des machines virtuelles. Mais le point important est que nous serons mieux positionnés pour les applications écrites nativement pour le cloud », indique lors de l’annonce Eric Herzog, en charge du développement commercial de la division Stockage chez IBM.

Spectrum Fusion sera dans un premier temps livré sur des matériels IBM Power. En 2022, il sera proposé en version logicielle seule, que les entreprises pourront déployer sur leurs propres clusters de serveurs x86. Il est également prévu un service Spectrum Fusion qui reviendrait à cloner dans un cloud public une appliance Spectrum Fusion du datacenter.

Rappelons que Spectrum Scale est, de la même manière, aussi bien vendu intégré dans les baies ESS qu’en logiciel seul – il s’agit alors d’un SDS, ou système Software Defined Storage, que les entreprises peuvent installer sur les matériels de leur choix.

Un stockage prêt à l’emploi pour les applications natives du cloud, en containers

Les analystes accueillent plutôt très favorablement l’évolution de Spectrum Scale en Spectrum Fusion et, au-delà, l’évolution de la gamme de baies ESS vers des infrastructures hyperconvergées orientées containers.

« Spectrum Fusion, va au-delà de la simple plateforme de stockage, voire au-delà d’une infrastructure hyperconvergée traditionnelle. En s’appuyant sur Red Hat OpenShift, IBM veut proposer un produit qui simplifie considérablement l’administration des environnements applicatifs conçus pour le cloud, c’est-à-dire qui simplifie, en somme, le cloud hybride », commente Scott Sinclair, analyste chez Enterprise Strategy Group, une division de TechTarget, la maison mère à laquelle appartient également LeMagIT.

Selon Randy Kerns, analyste chez Evaluator Group, deux tiers des entreprises vont soit déployer un nouveau cloud hybride basé sur des containers, soit s’efforcer d’intégrer à leur datacenter un environnement natif du cloud et basé sur des containers. « Les développeurs ont déjà déployé des infrastructures en cloud public pour leurs besoins. Mais les DSI ont vocation à intégrer ces ressources dans leur support. Et pour ce faire, les DSI souhaitent passer par un fournisseur dont elles savent qu’il maintiendra toujours la même offre dans cinq ans. Leur plus grande crainte est de devoir embaucher des compétences très particulières sur des technologies éphémères. »

« À l’heure actuelle, le domaine du stockage pour les environnements en containers est encore assez chaotique, car chaque fournisseur poursuit une stratégie différente. Ils s’attaquent tous à une partie différente du problème », ajoute pour sa part Ashish Nadkarni, analyste spécialiste des infrastructures chez IDC. Selon lui, il faut voir Spectrum Fusion comme un moyen de mieux packager OpenShift pour les besoins particuliers de stockage dans les applications analytiques.

« Avant Spectrum Fusion, tous les éléments du stockage étaient compatibles ou prêts pour les containers. Désormais, ils sont nativement conçus pour les containers. »
Ashish NadkarniAnalyste, IDC

« Pour résumer ma pensée, avant Spectrum Fusion, tous les éléments du stockage étaient compatibles ou prêts pour les containers. Désormais, ils sont nativement conçus pour les containers. Parce que Spectrum Scale fonctionne ici lui-même en containers », dit-il.

Randy Kerns considère que le concurrent le plus proche de l’offre Spectrum Fusion est le logiciel Longhorn de Rancher, aujourd’hui sous l’égide de Suse. Suse est le compétiteur historique de Red Hat, lui-même étant désormais la propriété d’IBM. Il cite également vSphere Tanzu de VMware, Ezmeral de HPE, voire Portworx de Pure Storage.

Cela dit, il soulève un paradoxe : d’un point de vue fonctionnel, le produit le plus similaire à Spectrum Fusion, qui revient à Spectrum Scale d’IBM et OpenShift de Red Hat, est en fin de compte OpenShift Container Storage (OCS) conjugué à OpenShift, tous deux de Red Hat. Spectrum Scale est basé sur le système de fichiers GPFS historique d’IBM, tandis qu’OCS est basé sur le système Ceph de Red Hat.

Pour approfondir sur Flash

Close