Bases de données : l’open source bien installée dans les entreprises

Les technologies open source ont gagné en performance face aux bases de données relationnelles classiques - et le cloud en facilite l’accès. Pour qui est la question des coûts est primordiale, elles constituent une véritable option.

La croissance exponentielle des données pose un problème aux spécialistes : la facture des bases de données doit-elle, elle aussi, suivre cette même tendance à la hausse ? Et pour certaines DSI au budget limité,  les SGBDR open source se présentent là comme une alternative aux technologies propriétaires de bases de données relationnelles.

Les fournisseurs de cloud supportent de plus en plus les bases de données relationnelles open source et cela incite les utilisateurs à en explorer les fonctionnalités qui pourraient remplacer Oracle et SQL Server, explique en substance Rick Sherman, associé directeur de la société de conseil Athena IT Solutions. « Les bases de données open source existent depuis déjà un certain temps. Les développeurs Web utilisent MySQL, PostgreSQL et d'autres technologies identiques. Mais aujourd'hui, le fait que des fournisseurs de cloud tels qu’AWS, Google et Microsoft proposent ces systèmes, facilite l’accès aux logiciels libres. »

Conséquence directe,  les entreprises « peuvent éviter les coûts d'Oracle et SQL Server » sans avoir à déployer une nouvelle infrastructure pour supporter une base de données open source, ajoute le spécialiste, également professeur à la Graduate School of Engineering de la Northeastern University.

Moins de résistance à l'open source

Guy Harrison,  directeur technique de Southbank Software, un fournisseur d'outils de développement et d'administration de bases de données, également l'auteur de Next Generation Databases : NoSQL, NewSQL et Big Data, le rejoint sur ce point. Pour lui, les versions cloud des RDBMS open source ont atteint un tournant en matière d’adoption, en grande partie sous l'impulsion du leader du cloud,  AWS. « Amazon a créé un modèle qui s’adosse essentiellement à des versions certifiées de logiciels libres », lance-t-il. « Cela a permis de supprimer un point de résistance des bases de données open source, à savoir : la responsabilité en cas de problème. » 

Si Gartner pointe AWS comme le n°1 des bases de données open source dans le cloud, que ce soit les systèmes relationnels ou NoSQL, AWS n’est pas le seul sur le marché. Microsoft et Google proposent également MySQL et PostgreSQL en services managés et Microsoft travaille à ajouter le support de MariaDB, un fork compatible de MySQL. Parmi les autres concurrents de SGBDR open source, citons Oracle lui-même, propriétaire de la technologie MySQL, grâce à l'acquisition de Sun Microsystems en 2010 ; MariaDB; et EnterpriseDB bâti sur PostgreSQL.

Les technologies et services open source offerts par ces fournisseurs ne sont pas gratuits,  fait remarquer Guy Harrison. Par exemple, les utilisateurs doivent payer pour le support technique. « Bien que les bases de données open source soient moins chères, elles ne sont pas gratuites. »

Cependant, dans une note de recherche publiée en février et mise à jour en mai, les analystes de Gartner Merv Adrian et Donald Feinberg mettent en avant les économies potentielles réalisées en  déployant un SGBDR (système de gestion de base de données relationnelle) open source. En comparant les prix (à configuration égale), il apparait que MySQL, MariaDB et EDB Postgres Enterprise de EnterpriseDB coûteraient nettement moins cher qu'une base de données Oracle (frais de licence et de support) sur une période de trois ans.

Des chemins de migration vers les bases de données open source

La réduction des coûts et la disponibilité dans le cloud étaient deux critères qui ont poussé la société  Financial Network à remplacer Oracle par MariaDB, souligne William Wood, son directeur de l'architecture de base de données.

Lorsque Wood a débuté chez FNI en 2010, la société de St. Louis utilisait essentiellement Oracle, en partie parce qu'il était impératif de chiffrer les données. Mais les fournisseurs de bases de données open source se sont aussi mis à ajouter ces capacités à leurs produits. Si bien que FNI a commencé à transférer ses systèmes vers MariaDB en 2016.

Certains systèmes ne pourront probablement pas être entièrement convertis en MariaDB – ceux dont la logique repose essentiellement sur Oracle, assure le responsable. Mais la technologie open source est devenue la principale plate-forme  de données chez FNI. « Notre avenir repose sur MariaDB », reconnait William Wood.

Cette migration n'est pas seulement motivée par des économies de coûts, mais aussi par la volonté d'alléger les frais généraux dûs à la gestion des licences. Dans le monde Oracle, l'utilisation d'un outil comme le chiffrement s’ajoute à la facture et implique que les administrateurs suivent son utilisation sur chaque processeur, affirme encore le spécialiste.

« Avec Oracle, vous payez un supplément pour chaque petite chose. Mais si vous voulez utiliser le chiffrement avec MariaDB, vous n'avez pas à compter chaque CPU. Vous passez beaucoup de temps à gérer les licences avec Oracle. Ce n’est pas simple. »

Le processus de migration a été relativement facile, ajoute-t-il. « MariaDB est presque un substitut à Oracle », souligne-t-il.

La généralisation du cloud est encore un projet pour FNI, même si l’entreprise a mis en place un plan de reprise après sinistre dans le cloud  - en associant sauvegardes et réplication en direct sur un système MariaDB. Cela constitue un PoC (Proof of Concept) pour une potentielle transition complète vers le cloud, fait-il remarquer.

Nouvelles fonctionnalités

Du côté de l’open source, les améliorations se poursuivent à un rythme soutenu. Le mois dernier, par exemple, EnterpriseDB a lancé une version bêta d'un outil conçu pour simplifier les migrations d’ Oracle vers EDB Postgres.

En mai dernier, une mise à jour de la version 3.0 du logiciel MariaDB TX a également renforcé la compatibilité avec Oracle, ainsi que le support du traitement des données temporelles.

Un autre signe de la montée en puissance des bases de données open source est leur position dans le classement mensuel de DB-Engines (bâti sur la popularité). MySQL et PostgreSQL étaient classés deuxième et quatrième parmi toutes les bases de données  en août 2018, tandis que MariaDB était 14e.

Attention toutefois : certains éléments pourraient ralentir l'expansion des bases de données relationnelles open source. Rick Sherman d'Athena IT pense par exemple que l’open source pourrait avoir du mal à égaler le rythme d'innovation tenu par Oracle et Microsoft. Mais même si c'est le cas, « Elles sont plus que suffisantes pour beaucoup de petites et moyennes entreprises et beaucoup d’applications ».

Dernière mise à jour de cet article : août 2018

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close