Cet article fait partie de notre guide: 5 conseils pour administrer et configurer Exchange

Les principales questions à propos de VMware VADP et VDP

Les API vStorage for Data Protection ont remplacé VMware Consolidated Backup depuis plusieurs années. LeMagIT fait le point sur l’état de la sauvegarde dans vSphere.

Depuis vSphere 4.1, les API vStorage for Data Protection (VADP) - introduites dans vSphere 4.0 - ont définitivement remplacé le framework VMware Consolidated Backup (VCB), le précédent mécanisme de sauvegarde fourni par vSphere. Parallèlement à l’évolution de ses API, VMware a aussi refondu en profondeur son offre d’outils intégrés de sauvegarde dans vSphere. Les outils VMware Consolidated Backup ont disparu dans vSphere 4.1 pour céder la place à VMware Data Recovery (VDR), un logiciel de sauvegarde dont les limitations ont finalement conduit à son remplacement par vSphere Data Protection dans la version 5.1 de vSphere.

Afin de sauvegarder leurs environnements virtuels, les administrateurs vSphere ont aujourd'hui le choix entre vSphere Data Protection et une kyrielle d’outils de sauvegarde tiers – supportant tous les API vStorage for Data Protection. Avec SearchVMware, LeMagIT fait le tour des questions les plus couramment posées par les utilisateurs sur VADP et VDP

Qu’est-ce au juste que VADP ?

VADP est une des 4 API cœurs du jeu d’API VMware vStorage, qui comprend VADP,VASRM (vStorage API for Site Recovery Manager), VAMP (vStorage API for Multi-pathing) et VAAI (vStorage API for Array Integration). Ces interfaces de programmation permettent aux éditeurs et constructeurs tiers d’intégrer leurs produits avec vSphere.

VMware VADP permet de sauvegarder et de restaurer des machines virtuelles vSphere et fournit des capacités très supérieures à celles de VCB dont :

  • Copie en une étape de la source à la destination
  • Suivi des changements de blocs (Change block tracking ou CBT)
  • Support du Volume Shadow Copy Service quiescing pour Windows Server
  • Sauvegarde et restauration au niveau fichier pour les environnements clients Linux
  • Capacité de restauration de VM sans VMware Converter.

Un backup VADP requiert-il le même niveau de ressources de stockage que VCB ?

Avec VCB, un serveur proxy permettait de relier le logiciel de sauvegarde aux LUN stockant le fichier de la machine virtuelle. Les snapshots des images du disque de la VM étaient envoyés au proxy afin de minimiser l’impact sur les performances des VM, mais au prix d’une consommation accrue de ressources de stockage.

VMware VADP permet de réaliser des sauvegardes sans agent au travers de proxy virtuels. Chaque hôte ESXi utilise autant de proxy virtuels que nécessaire. VADP s'appuie sur les capacités de snapshot de VMFS et envoie les snapshots de VM snapshots vers le stockage comme le faisait VCB, mais le support du Change Block Tracking lui permet de n’envoyer que les blocs de données qui ont été modifiés depuis le précédent snapshot. Les sauvegardes transitent via le proxy le plus disponible sans avoir à se soucier de savoir quel est le proxy assigné à quel hôte.

Les sauvegardes prennent-elles moins de temps qu’avec VCB ?

Le support du Changed Block Tracking permet de réduire de 99 % le volume de données copié durant le processus de sauvegarde. D’un point de vue conceptuel, le principe est le même que celui d’un snapshot différentiel ou de la sauvegarde incrémentale. En identifiant les blocs modifiés depuis le précédent backup - typiquement 0,5 % à 1 % dans le cas d’une application typique -, VADP permet de réduire la charge pour les applications de sauvegarde tierces ou pour l’application intégrée de VMware, vSphere Data Protection.

Avec VDP, ai-je toujours besoin d’un logiciel de sauvegarde ?

L’appliance VDP intégrée à vSphere depuis vSphere 5.1 est totalement intégrée avec la console vCenter. Elle permet, sans installation d’agent dans les VM clientes, d’effectuer une sauvegarde dédupliquée des machines virtuelles vers un datastore du choix du client. Le logiciel permet aussi d’effectuer des restaurations granulaires au niveau du fichier dans les VM. VDP se pilote directement via le client Web vSphere et chaque instance vCenter Server peut en théorie gérer la protection d’un maximum de 1 000 VM via VDP. VDP s’appuie sur la technologie du logiciel de sauvegarde Avamar d’EMC, mais la taille du magasin de sauvegarde dédupliqué est limitée à 2 To par appliance VDP.

Quelles sont les solutions de sauvegarde tierces

La plupart des logiciels de sauvegarde du marché sont aujourd’hui intégrés avec les API vStorage APIs et donc VADP. Parmi les éditeurs clés figurent notamment ArcServe, Arkeia Software (Acquis par WD), CommVault Systems (Simpana), Dell Software (Quest vRanger et Netwault, Dell AppAssure), EMC (Avamar et Networker), HP (Data Protector), IBM (Tivoli Storage Manager), Symantec (NetBackup, Backup Exec), Unitrends et Veeam Software.

 

Adapté d'un article en anglais de Meredith Courtemanche, SearchVMware, et enrichi par la rédaction du MagIT. 

Dernière mise à jour de cet article : octobre 2014

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close