Sergey Nivens - Fotolia

SQL Server 2019 s’aligne sur les tendances en matière de gestion des données

Big Data et PolyBase, Linux, containers, cloud sont autant de points clés qui bénéficieront d’améliorations dans la version 2019 du serveur de base de données de Microsoft.

SQL Server est un environnement qui évolue rapidement. Moins de deux ans après la sortie de SQL Server 2017, Microsoft va mettre prochainement sur les rails l’édition 2019 de son système de gestion de bases de données. Disponible d’ores et déjà dans une version de test (Preview), cette mouture en dit long sur l'orientation de la technologie et sur les évolutions de ce segment de marché à rebondissement, poussé dans ses retranchements avec le Big Data.

Si évidemment, la gestion et le traitement de ces données en volume formeront une grande partie des cas d’usage des environnements SQL Server, ce n'est certainement pas le seul changement à attendre. Cet article passe en revue quelques-unes des principales fonctions auxquelles les administrateurs de bases de données SQL Server (DBA) et les développeurs peuvent s'attendre.

Les Big Data deviennent les données de SQL Server

Autrefois un simple point sur le radar du DBA SQL Server, le Big Data et les capacités analytiques avancées qui en découlent sont de plus en plus courantes dans les applications d'entreprise. Les entreprises associent souvent des données relationnelles structurées aux données non relationnelles qui sont habituellement non structurées ou semi-structurées ; dans de nombreux cas, elles doivent consolider toute cette information à des fins d'analyse et de reporting.

Reflétant ce changement, l'intégration des Big Data est l'un des principaux éléments de SQL Server 2019.  Le nombre de sources de données externes auxquelles PolyBase peut accéder est plus étendu et permet aux utilisateurs de construire de grands clusters de données qui combinent SQL Server avec Spark, HDFS, mais également MongoDB, Oracle et Teradata. Cela doit aider les entreprises à intégrer de nouveaux traitements de données et faciliter le recours à l’IA avec leurs environnements SQL Server.

Plus de SQL Server sous Linux et dans des containers

Bien que son taux d'adoption actuel soit encore assez faible par rapport à sa version Windows, SQL Server sous Linux va sans aucun doute continuer à gagner des utilisateurs cette année. Avec SQL Server 2019, Microsoft vise la parité fonctionnelle : les fonctionnalités disponibles pour Linux doivent être au même niveau que celles pour Windows, y compris le support pour la réplication des données, les transactions distribuées et les outils de Machine Learning. SQL Server sous Linux pourrait être une option plus rentable que son homologue Windows ou encore qu’Oracle Database.

En 2019, les containers se présenteront comme une option de déploiement de plus en plus aboutie. SQL server n’échappera pas à cette tendance. Les containers Docker permettent en effet des déploiements de SQL Server rapides et faciles. Les développeurs lancent de nouvelles instances containerisées de leur base en quelques secondes. Cela devient clé pour les entreprises surtout si elles mettent en place des processus DevOps des méthodologies d'intégration continue et de déploiement continu (CI/CD).

Si les containers deviennent l’option qui grimpe, le besoin de les gérer et de les orchestrer devient lui-aussi essentiel. Kubernetes est logiquement un composant fondamental de SQL Server 2019. Sa version Linux permet de créer des groupes de disponibilité Always On pour SQL Server dans des containers gérés par Kubernetes. Cela apporte une capacité de haute disponibilité plus robuste que le failover d’instances de containers dans SQL Server 2017.

Déplacement des bases SQL Server vers le cloud

Si les DBA ne sont pas généralement enthousiastes à l'idée de basculer vers le cloud, la migration des environnements SQL Server vers cet environnement va s’accélérer en 2019. Le cloud offre des avantages en termes de coût et d'évolutivité que l’on ne peut ignorer. Les obstacles au cloud continuent quant à eux à se réduire- en général et pour les utilisateurs de SQL Server en particulier.

Microsoft a adopté un modèle de développement qui privilégie le cloud. Les nouvelles fonctionnalités de SQL Server y sont testées et implémentées dans le service Azure SQL Database avant d'être transférées dans la version sur site de la base. La plupart des fonctionnalités de Transact-SQL sont maintenant entièrement supportées dans SQL Server et Azure SQL Database. Selon Microsoft, la version Managed Instance du service cloud, lancé fin 2018,  peut aussi exécuter les applications SQL Server existantes, sans aucune modification.

Il est également à noter que SQL Server 2017 et 2019 ont tous deux des fonctions intégrées pour le cloud hybride qui peuvent couvrir des instances sur site et des instances du serveur dans le cloud.

Dernière mise à jour de cet article : février 2019

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close