VMware Horizon 6 avec View : des fonctions nouvelles et d’autres en moins

Qu’apporte VMware Horizon 6 avec View ? Les applications à distance, deux nouveaux types d’accélération matérielle, et l’architecture Cloud Pod, notamment. Mais View Client avec mode local et la gestion intégrée des profils utilisateurs sont absents.

VMware Horizon 6 avec View offre plus qu’un nouveau nom. Le logiciel embarque également de nouvelles fonctions. Avec lui, VMware a finalement ajouté une fonction d’accès aux applications à distance, deux nouveaux types d’accélération graphique matérielle, des améliorations à Virtual SAN et la nouvelle architecture Cloud Pod.

Mais cette version 6.0 ne tient pas toutes ses promesses. Au programme, quelques abonnés absents : VMware s’est débarrassé du mode local de View Client, et Horizon 6 n’embarque pas d’outil de gestion des profils utilisateurs à proprement parler.

Accès aux applications à distance

La nouvelle fonctionnalité de VMware Horizon 6 qui a probablement reçu le plus d’attention est l’accès aux applications à distance. Celle-ci s’appuie sur RDSH (Remote Desktop Session Host) et la technologie RemoteApp de Windows Server. RemoteApp est apparu avec la version 2008 de ce dernier pour offrir un moyen aux postes clients d’accéder à des applications s’exécutant à distance sur Windows Server.

Pour autant, Horizon 6 n’est pas limité à Windows Server 2008 : VMware a ajouté sa compatibilité avec Windows Server 2012 R2.

Pour offrir la fonctionnalité RemoteApp avec Horizon 6, il faut donc disposer de Windows Server (2008 ou plus), configuré pour exécuter les Remote Desktop Services. Les applications que l’on veut mettre à la disposition des utilisateurs doivent être installées sur le Windows Server.

Il y a deux avantages à rendre disponibles les applications distantes via Horizon 6, plutôt que de se contenter d’utiliser la fonctionnalité de base de Windows. Le premier est qu’Horizon 6 permet de construire des groupes d’applications, facilitant leur administration. Le second est que les utilisateurs autorisés peuvent utiliser les applications à partir de n’importe quel terminal exécutant un client Horizon View 6.0. Ce qui permet d’accéder à des applications Windows à partir de terminaux variés, tel qu’un iPad.

Accélération graphique matérielle

VMware a également doté Horizon 6 de nouvelles capacités d’accélération graphique matérielle. Celles-ci permettent aux postes de travail virtuels d’utiliser une carte graphique installée sur un hôte ESXi. Rien de bien exceptionnel à première vue, sinon que VMware a rendu cette fonctionnalité un peu plus intéressante en supportant deux modes d’accélération graphique différents.

La première option est appelée Virtual Dedicated Graphics Acceleration (vDGA). Cette option vise les postes exécutant des applications fortement consommatrices de ressources graphiques, telles que les logiciels de CAO. Avec vDGA, il existe un lien direct entre le poste virtuel et le GPU : le poste bénéficie ainsi d’une exclusivité totale sur le GPU qui lui a été assigné.

Le second mode est appelé Virtual Shared Graphics Acceleration (vSGA). Comme son nom l’indique, ce mode permet de profiter d’une accélération graphique matérielle partagée : plusieurs postes profitent des ressources d’un même GPU.

Virtual SAN

Horizon 6 embarque une autre fonctionnalité attirante : Virtual SAN. View 5.3.1 supportait vSAN 5.5, mais VMware a significativement amélioré ce support avec Horizon 6. Ainsi, ce dernier automatise l’association de règles de stockage en fonction du type de groupe de postes virtuels. Par exemple, il est possible de définir une stratégie spécifiant que les disques système de clones liés doivent utiliser le thin provisioning alors que les groupes de postes virtuels complets utilisent le provisioning classique. Ces règles de stockage précisent le nombre de data stripes à utiliser, le nombre de défaillances d’hôtes ESXi à tolérer, le type de provisioning de stockage et le volume de cache à réserver.

L’architecture Cloud Pod

L’architecture Cloud Pod compte également parmi les nouveautés d’Horizon qui méritent d’être mentionnées. Avant Horizon 6, un pod View était considéré comme une entité complètement indépendante. Avec Horizon 6, les pods peuvent être administrés de manière indépendante, mais ils constituent désormais une couche de gestion complète – et un canal de communication – ce qui rend possible leur administration via une seule interface.

Cette nouvelle architecture ajoute en outre une couche supplémentaire de tolérance de panne. Il est ainsi possible de permettre aux utilisateurs d’accéder aux postes virtuels sur des pods multiples : si l’un d’entre eux est indisponible, les utilisateurs peuvent utiliser un poste virtuel situé sur un autre pod.

Ce qui manque

Si VMware Horizon 6 introduit de nombreuses nouveautés, il manque toutefois certaines fonctionnalités. En particulier, la gestion des profils utilisateur avec View Persona ne supporte pas les applications distantes : il n’y a donc pas de gestion intégrée des profils. Et la fonction de publication d’applications avec RDSH ne sait pas conserver les réglages utilisateur avec les clones liés. VMware n’a pas donné de calendrier quant aux améliorations qu’il entend apporter aux prochaines versions d’Horizon, mais on peut s'attendre à ce que ces lacunes soient comblées.

Enfin, VMware a supprimé un utilitaire ancien. Précédemment, le mode local de View Client permettait aux utilisateurs de procéder à un check out de leur poste virtuel pour l’exécuter en local sur le poste Windows hors connexion réseau.

Adapté de l’anglais.

Pour approfondir sur Virtualisation du poste de travail

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close