Actualites

Apotheker chez HP : Larry Ellison crie au voleur

Reynald Fléchaux

La réconciliation entre HP et Oracle, mise en scène lors de la manifestation OpenWorld

L'accès à ce contenu nécessite un abonnement gratuit

En soumettant vos informations d'enregistrement à LeMagIT.fr vous acceptez de recevoir des communications par courriel de TechTarget et de ses partenaires. Nous vous encourageons à lire notre Politique de confidentialité qui contient des données importantes sur la façon dont nous recueillons et utilisons votre inscription et d'autres informations. Si vous résidez hors des États-Unis, en soumettant ces informations d'inscription, vous consentez à ce que vos données personnelles soient transférées et traitées aux États-Unis. Vous pouvez nous contacter à webmaster@TechTarget.com.

de l'éditeur, n'aura finalement duré que quelques jours. Le temps que le numéro un mondial de l'IT nomme à sa tête un spécialiste de l'applicatif, en la personne de l'ex-Pdg de SAP, Leo Apotheker. Une nomination accueillie par une volée de bois vert de la part de Larry Ellison. Ce dernier rappelle que Leo Apotheker était aux affaires quand SAP "volait" le logiciel d'Oracle, référence à l'affaire TommorowNow que SAP va devoir solder en signant un chèque à son rival.

"SAP a publiquement reconnu avoir systématiquement volé la propriété intellectuelle d'Oracle pendant une longue période et a accepté de payer des dommages pour cela. Une large part de cet espionnage industriel et de ce vol de propriété intellectuelle a eu lieu quand Leo était Pdg de SAP", écrit Larry Ellison, dans un e-mail à nos confrères du Financial Times. "Le conseil d'administration de HP devait être au courant de ces faits, mais a tout de même décidé de la nomination de Leo. Qu'est devenu le HP Way ?", ajoute-t-il, en référence au credo des deux fondateurs de HP.

Entre un Oracle qui vient de racheter Sun pour concevoir des systèmes intégrés et de recruter un spécialiste du matériel (qui n'est autre que l'ex-Pdg de HP, Mark Hurd) et un numéro un mondial du secteur qui répond par l'embauche d'un dirigeant tourné vers le monde du logiciel, les tensions s'exacerbent. Même si les 140 000 clients que les deux sociétés possèdent en commun devraient éviter un clash trop violent.





Réagir à cet article Commentaire

Partager
Commentaires

    Résultats

    Participez à la discussion

    Tous les champs sont obligatoires. Les commentaires apparaîtront sous l'article.