Procès Oracle-SAP : Leo Apotheker toujours porté disparu

Alors que se terminent les audiences dans le procès TomorrowNow, du nom de l'ex-filiale de SAP spécialisée dans la maintenance low-cost des progiciels Oracle, Leo Apotheker, l'ex-patron de l'éditeur allemand passé chez HP, n'est pas apparu au tribunal. Et a dû éviter la Californie, siège de HP, pendant les audiences de peur d'être cité à comparaître.

La star du procès qui oppose Oracle à SAP, au sujet du vol de propriété intellectuelle commis par l'ex-filiale de l'Allemand TomorrowNow, est aussi son grand absent. Alors que les audiences se terminent aujourd'hui, l'ex-Pdg de SAP désormais à la tête de HP, Leo Apotheker, n'est pas apparu au procès, malgré les demandes pressantes d'Oracle qui estime que le dirigeant supervisait "un schéma d'espionnage industriel". Le groupe américain n'a toutefois produit aucune preuve formelle de l'implication d'Apotheker dans les agissements de TomorrowNow, qui avait téléchargé illégalement des millions de fichiers Oracle.

"Interférer avec son travail chez HP"

L'insistance d'Oracle à obtenir la déposition de son nouveau Pdg, et les accusations répétées de Larry Ellison à son encontre, embarrasse fortement HP. Son nouveau patron, qui a pris ses fonctions le 1er novembre, n'a pas pu se présenter au siège du groupe, en Californie, état où est également jugé le différend entre Oracle et SAP. "La position d'Oracle montre clairement qu'il cherche à harceler Leo et à interférer avec son travail chez HP", s'énerve le premier groupe mondial d'informatique, dans un communiqué datant de vendredi. Et de remarquer que la volonté d'Oracle de réclamer la déposition d'Apotheker correspond à sa nomination à la tête du constructeur. "Oracle a eu l'opportunité de questionner Leo pendant les deux ans qui ont suivi sa première déposition sur l'affaire. Leo n'a jamais alors reçu la moindre requête lui demandant une déposition supplémentaire".

Le procès doit clore une affaire qui remonte à plusieurs années déjà (SAP a fermé sa filiale TomorrowNow en 2008). Et doit déterminer le montant des dommages que SAP devra verser à Oracle : ce dernier estimant que la douloureuse doit se monter à 1,6 Md$ au minimum, tandis que l'éditeur européen la chiffre aux alentours de 40 millions.

En complément :

- Affaire TomorrowNow : SAP s’excuse devant le tribunal

- Procès TomorrowNow : SAP verse un premier chèque à Oracle, HP dépayse Apotheker

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close