Emploi en SSII : les profils expérimentés s'arrachent, le salaire moyen stagne

L’Apec livre son étude annuelle sur l'embauche des cadres. Avec un focus sur les SSII. En exergue, la difficulté des recruteurs à trouver les profils idoines, difficulté qui provoque une inflation des salaires sur les populations expérimentées. Dans près d’un recrutement sur trois, la SSII ne parvient pas à trouver le profil initialement recherché.

L’expérience est la clé de la valorisation salariale lors de l’embauche des informaticiens en SSII. C'est la principale conclusion de la dernière étude annuelle de l’Apec, qui pour cette édition a décidé de faire un zoom sur les SSII. En creux, l'étude laisse entrevoir la pénurie sur certaines compétences dont se plaint le monde des services depuis des mois. Mais sans que cette tension se traduise par une inflation globale des salaires.

Si « par rapport à l’année dernière, le niveau moyen des rémunérations d’embauche [en SSII ndlr] est le même, à 34 k€ » note l’agence, le niveau de salaire proposé est supérieur dans 56 % des cas à celui qui est envisagé dès lors que le cadre est expérimenté, avec plus de 10 ans d’expérience. « Les cadres qui ont plus de dix ans d’expérience arrivent peut être à faire davantage valoir cette expérience auprès des SSII, dont la cible de recrutement reste l’informaticien avec 2 à 5 ans d’expérience ». Une prime qui joue plus facilement pour les hommes que pour les femmes… Mais ces dernières ne représentent que 10 % des cadres informaticiens recrutés en SSII.

Inflation des salaires... toute relative

Alors que la crise a déjà gagné certains secteurs et qu’elle pourrait s’étendre, les SSII affichent de trimestre en trimestre leur excellente santé. Pour l'instant du moins. Au niveau de l’emploi, cela se traduit pas des tensions favorables aux recrues. Ainsi, selon l’Apec, « le marché est ici en première ligne pour expliquer les ajustements de salaire à la hausse, avec en premier lieu la difficulté à trouver les bons profils ». Un phénomène de pénurie que l’agence souhaite cependant relativiser, en soulignant la stabilité du salaire moyen en SSII. Et de préciser que « le fait que les SSII interviennent sur un marché hyper concurrentiel, sur lequel le prix des prestations dépend essentiellement des salaires, participe certainement de cette relative inertie ».

Explications des ajustements à la hausse du salaire à l’embauche par rapport au salaire envisagé en amont du recrutement

apec 221008
Source : Apec - 2008

Reste que la difficulté à trouver le bon profil entraîne un recrutement « sous-dimensionné » par rapport à la recherche envisagée dans 29 % des cas. Autrement dit, le salarié finalement embauché possède un profil moins développé que celui envisagé par les recruteurs. Mais, si la moitié des recruteurs déclarent qu’il existe un écart entre le profil de la personne recrutée et le profil recherché, ils ne sont que 10 % à considérer cet écart comme important.

Selon l’Apec, « les profils sous-dimensionnés, en termes d’expérience comme en termes de diplôme, sont ceux pour lesquels il y a le plus d’ajustements à la baisse entre le salaire envisagé et le salaire à l’embauche ».

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close