Cadres informatiques : chute des recrutements en 2008, flou pour 2009

L’Apec vient de sortir son enquête Panel Entreprise 2009. Une étude qui peine à donner une vision claire de l’emploi informatique. Le secteur y est présenté comme un eldorado… pour les petites annonces ! Beaucoup moins d’embauches à la clé en revanche pour les cadres avec un recul de 26 % des recrutements en 2008. Du coup difficile de croire les projections optimistes pour 2009.

L’informatique, eldorado de l’emploi des cadres pour les 5 ans à venir ? C’est ce que semble indiquer l’étude annuelle « Panel » publiée par l’Apec qui estime que, dans un contexte morose, la fonction « Informatique » résistera, notamment 2009. Selon l’agence pour l’emploi des cadres, « il existe une dynamique de la création d’emplois cadres » dans le secteur. Conséquence, l’agence pour l’emploi des cadres estime que les recrutements augmenteront de 6 à 15 % pour atteindre au mieux 30 500 unités par an. Un niveau élevé au regard des autres secteurs, mais surtout un niveau en trompe l’œil tant la fin de l’an passé aura été désastreuse.

Forte décrue des recrutements fin 2008

Sur 2008, l’emploi des cadres informatique a subi un très fort repli avec une diminution des recrutements de l’ordre de 26 %. Pour l’Apec, « le nombre d’embauches s’est ainsi établi à 26 500, niveau qui reste cependant élevé. Ce ralentissement est lié au fait que de nombreuses entreprises ont mis en « stand by » certains projets informatiques, dès que les effets de la crise se sont faits sentir ». Ce qui ne les a pas empêchées d’investir dans les petites annonces ! Car si les recrutements effectifs ont fortement chuté, l’Apec annonce que les offres d’emploi publiées par ses services et concernant les cadres dans l’informatique ont, elles, augmentées de 21 % en 2008 pour atteindre le niveau record de 92 112.

De fait, les SSII – qui rassemblent le gros des troupes d’informaticiens en France – sont toujours à la recherche de profils rares dans le cadre de projets à venir… qui ne viennent pas toujours. De la même manière, les appels d’offres sont également l’occasion de pré-campagnes de recrutement. Mais ils débouchent sur un seul vainqueur là où l’ensemble du secteur concourait à la recherche des mêmes profils. Enfin, phénomène bien connu, les SSII cherchent par le biais de ces campagnes à conforter une image de dynamisme parfois bien déconnectée de la réalité.

Des chiffres contradictoires

D’où les interrogations du Munci (Mouvement pour une union nationale et collégiale des informaticiens), en pointe sur les problématiques d'emploi et de salaire dans le secteur : « le site de l’Apec deviendrait-il le jobboard-leader des offres d’emploi « fictives » (non suivies d’un recrutement) en informatique ? », s'interroge l'association. Cette dernière affirme que le problème du décalage entre annonces et embauches réelles est récurrent mais que « c’est la première fois cependant qu’on assiste à un tel dérapage entre la « fiction et la réalité ». Et l’association de s’inquiéter du fait qu’une mauvaise évaluation de notre marché du travail, « basée uniquement sur les volumes d’offres d’emploi, peut avoir des conséquences assez dommageables en termes de politiques publiques : flexibilité accrue, formations de non-informaticiens financées par les Assedic et non par les SSII, offshore mieux légitimé, immigration économique injustifiée ».

Augmentation du chômage des informaticiens

Le Munci rappelle également que « c’est précisément sur les volumes d’offres d’emplois que s’est basé le gouvernement pour établir en 2008 les listes de métiers en tension ouverts à l’immigration économique, en premier lieu les métiers de l’informatique ». Car l’idée d’un secteur informatique épargné par la crise est largement promue depuis le mois de septembre. Si personne dans les SSII ne se risque à pronostiquer une bonne année 2009, la tendance est régulièrement à l’apaisement.

Pour autant les signes de dégradation, notamment sur les nouveaux projets, sont bien réels. Et les chiffres qui tombent mois après mois en provenance de la Dares (Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques du ministère de l’Emploi) font surtout état d’une augmentation du chômage chez les informaticiens. A la fin 2008, on recensait 20 845 demandeurs d’emploi dans la catégorie "Professionnels informatiques", soit 2,4 % de plus qu’en novembre. Mais la progression des demandeurs d’emploi de cette catégorie est surtout spectaculaire sur le dernier trimestre 2008, avec une croissance de 7% entre le 30 septembre et le 31 décembre. Sur une population estimée à 500 000, le taux de chômage atteint désormais 4,2 %.

Pour approfondir sur Recrutement

- ANNONCES GOOGLE

Close