La RATP embrasse finalement le mouvement Open Data

La RATP a décidé d’ouvrir certains jeux de données et de créer sur un site dédié. La régie des transports parisiens rejoint ainsi la SNCF - pour la partie transports publics - qui s’était également convertie aux données publiques et avait lancé un concours afin d'encourager le développement d’applications.

La RATP a décidé d’ouvrir certains jeux de données et de créer sur un site dédié. La régie des transports parisiens rejoint ainsi la SNCF - pour la partie transports publics - qui s’était également convertie aux données publiques et avait lancé un concours afin d'encourager le développement d’applications.

Des données liées aux positions géographiques des stations, aux correspondances, à la qualité de l’air ainsi qu’une liste des commerces agréés sont ainsi disponibles sur le site gouvernemental data.gouv.fr, initié par la mission Etalab et ouvert en décembre dernier. Ces jeux de données sont ainsi encadrés par une licence libre Etalab (Open Licence).

Un temps frileuse à l’idée d’ouvrir ses jeux de données, la RATP change ainsi de cap. La régie parisienne s’était fermement opposée à un projet d’application de plan de métro interactif baptisé CheckMyMetro. Brandissant l’argument de la propriété intellectuelle de son plan et de ses horaires. L’application avait été retirée de l’Appstore d'Apple.

Pour Benjamin Suchar, initiateur de l’application en question, la RATP fait alors aujourd’hui «volte-face». La régie tient par ailleurs à disposition plusieurs plans et éléments graphiques en guise de support des développements à venir (un plan schématique du métro, un plan schématique Île-de-France et des indices et couleurs de lignes du réseau RATP).

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close