L’UFC-Que choisir monte au créneau de l’illimité

L’UFC-Que choisir ne plaisante pas avec la définition du terme « illimité ». L’association de consommateurs a en effet assigné en justice 10 opérateurs mobiles (B&You, Coriolis, Free Mobile, La Poste Mobile (LPM), Prixtel, Sfr, Simplus, Sosh, Virgin Mobile et Zéroforfait) pour qu’ils retirent les clauses abusives de leurs contrats et cessent l’utilisation trompeuse du mot « illimité ». L’UFC-Que choisir leur reproche en effet des limites d’usages floues (mauvais usage, usage excessif, envoi en masse sans précision), des limitations de leur responsabilité vis à vis de leurs clients, le maintien de facturations intermédiaires, et des clauses pénales abusives (comme des frais de retard de paiement pouvant aller jusqu’à 4 fois le prix mensuel de l’abonnement).

L’UFC-Que choisir ne plaisante pas avec la définition du terme « illimité ». L’association de consommateurs a en effet assigné en justice 10 opérateurs mobiles (B&You, Coriolis, Free Mobile, La Poste Mobile (LPM), Prixtel, Sfr, Simplus, Sosh, Virgin Mobile et Zéroforfait) pour qu’ils retirent les clauses abusives de leurs contrats et cessent l’utilisation trompeuse du mot « illimité ».

L’UFC-Que choisir leur reproche en effet des limites d’usages floues (mauvais usage, usage excessif, envoi en masse sans précision), des limitations de leur responsabilité vis à vis de leurs clients, le maintien de facturations intermédiaires, et des clauses pénales abusives (comme des frais de retard de paiement pouvant aller jusqu’à 4 fois le prix mensuel de l’abonnement).

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close