Gartner confirme la déprime du marché des serveurs

Au troisième trimestre, les ventes de serveurs dans le monde ont reculé de 5,4 % en valeur malgré une hausse de 4,4 % des livraisons. La déprime du marché des serveurs est notamment liée à la chute des livraisons de machines Unix. Une chute qu'indiquait déjà les résultats financiers des grands des serveurs comme Sun, IBM et HP. Exception à la règle, Bull est le seul a enregistrer une croissance positive de ses ventes sur ce segment.

Le dernier baromètre serveurs de Gartner confirme ce que l'on soupçonnait déjà à la lecture des résultats des grands de l'informatique, comme IBM : le marché des serveurs a connu un trimestre calamiteux avec un recul de 5,4 % des ventes en valeur au niveau mondial. Un tassement similaire à celui du marché en Europe, Moyen-Orient et Afrique. Selon Jeffrey Hewitt, le vice-président de Gartner en charge de l'étude, les ventes de serveurs Risc Unix ont le plus souffert avec un recul de 16,1 % des livraisons mondiales et une baisse de 10,8 % des ventes en valeur. Les ventes de mainframe ont en revanche poursuivi leur croissance, une tendance déjà observée depuis plusieurs trimestres et qui confirme la résistance de cette plate-forme et la capacité d'IBM à contrôler sa base installée.

gartner

En Europe, le recul des serveurs Unix a encore été plus marqué, avec une baisse de 20,1 % en valeur et de 11,3 % du nombre des livraisons. Si l'on excepte Bull, seul à voir ses ventes de serveurs Unix progresser en Europe, tous les grands constructeurs ont enregistré une croissance négative. Le plus mauvais résultat étant à mettre au crédit de Sun Microsystems, dont le chiffre d'affaires serveurs Unix a reculé de 20,1 %.

IBM premier grâce aux mainframes

Au niveau mondial, IBM conserve son leadership mondial en valeur avec 30,3 % des ventes de serveurs en valeur (un titre qu'il doit largement à la bonne santé de son activité grands systèmes), devant HP qui s'octroie 29,8 % des ventes. Dell conforte son rang de numéro trois mondial avec 11,8 % des ventes, suivi de Sun (9,1 %) et Fujitsu (4,8 %). IBM a toutefois vu ses ventes en valeur reculer de 4,2 %, tandis que celles d'HP reculaient de 3,9 %. Le chiffre d'affaires serveur de Dell a quant à lui reculé de 5,2 %, tandis que celui de Sun plongeait de 13,7 %. Fujitsu, enfin, a vu son CA baisser de 7,3 %.

On notera avec intérêt que, malgré la crise, les ventes de serveurs en unités ont continué à progresser du fait du dynamisme des ventes de x86. Cette croissance n'a toutefois pas suffi à endiguer le recul du CA global des constructeurs de serveurs. Au jeu des livraisons, HP tire son épingle du jeu avec des ventes mondiales en hausse de 11,4 % en volume, devant Dell (+ 3,3 %) et Sun (+ 2,9 %). IBM poursuit son recul avec des livraisons en baisse de 3,5 %, tandis que Fujitsu enregistre une baisse de 3,8 % de ses ventes en unités.

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close