HP s'allie aux solutions d'optimisation énergétique d'EDF pour ses datacenters en conteneurs

Des datacenters en conteneurs couplés à des solutions modulables pour l'alimentation, le refroidissement et le secours. HP s'allie à une filiale d'EDF pour assurer une mise en service rapide de ses POD, des salles machines livrées prêtes à l'emploi.

hp pod datacenterCréer un guichet unique. Fruit d'un travail commun des deux sociétés sur les premières livraisons de POD (Performance Optimized Datacenter, les salles machines en conteneurs de HP), HP France a officialisé ce matin son partenariat avec EDF Optimal Solutions, la filiale du distributeur d'énergie (150 personnes) spécialisée dans les solutions améliorant l'efficacité énergétique. Via ce partenariat hexagonal, le constructeur californien dispose, pour mettre en oeuvre ses POD, d'une gamme de solutions pour l'alimentation, le refroidissement et le secours des salles en conteneurs (ci-dessus une architecture à trois POD conçue par les deux sociétés). "Des solutions modulables et conformes aux objectifs d'efficacité énergétique des POD", précise Sylvie Moulet, directrice commerciale de la filiale du distributeur d'électricité.

"Dans le monde et aussi en France, nous estimons que 30 % des datacenters en fonctionnement vont être revus ou reconstruits dans les 10 ans à venir, explique Jean-Paul Alibert, qui dirige les services aux infrastructures chez HP France (Technology Services). Les POD représentent une solution complémentaire à la construction de nouvelles salles", activité sur laquelle est également positionné HP depuis le rachat d'un spécialiste américain du design de datacenters, EYP. C'est d'ailleurs ce cabinet qui a aidé le géant à mettre au point son offre en conteneurs, sortie à l'été 2008, soit après les conteneurs mis sur le marché par certains des grands concurrents du constructeur (Sun, avec son BlackBox, IBM, avec iDataPlex Container, ou encore Rackable, devenu aujourd'hui SGI).

2 W perdus pour 1 W consommé par les serveurs dans un datacenter sur deux

image 1Les arguments de cette solution sont attendus : mise en place ultra-rapide (HP explique avoir livré en 4 mois un des deux premiers POD mis en service en France, alors qu'un chantier de construction prend au minimum 2 ans), compacité et efficacité énergétique. "Les meilleurs datacenters modernes au monde affichent un PUE (coefficient d'efficacité énergétique) compris entre 1,25 et 1,4, soit 25 à 40 % de perte avant l'alimentation des équipements informatiques", explique Jean-Paul Alibert (en photo). Selon HP, le POD se situe dans les meilleures eaux en la matière avec un PUE de 1,25 à 1,3. Signalons tout de même qu'un grand gestionnaire de datacenters comme Google avait mesuré en 2008 le PUE moyen de ses six centres de calcul à 1,21 (avec un minima à 1,13).

Reste que le gain de ces nouvelles architectures par rapport aux installations existantes reste très net. "90 % des datacenters dans le monde et en France affichent un PUE supérieur à 2,2. Et un centre de données sur deux dépasse même un PUE de trois", affirme Jean-Paul Alibert. Sur la base des audits que le constructeur réalise pour ses clients en France, Pascal Lecoq, directeur de l'activité datacenters, affirme même que les résultats sont "assez alarmants". Il n'en reste pas moins que le PUE ne doit pas être la seule indication de mesure de l'efficacité des datacenters, puisqu'elle n'est au fond qu'un indicateur de performance électrique. Un datacenter avec un mauvais PUE mais des serveurs utilisés à 60% offre ainsi un meilleur rendement qu'un datacenter avec un bon PUE plein de serveurs utilisés à 30%...

L'équivalent de 600 à 800 mètres carrés

Proposé en deux versions (6 mètres et 12 mètres de long), un POD peut accueillir jusqu'à 1 760 serveurs lames (de toutes marques) ou 12 000 disques durs (5 à 7 Po de stockage). "Soit une puissance de 600 Kwh, ce qui équivaut, pour un datacenter datant de dix ou quinze ans, à entre 600 et 800 mètres carrés de salle", calcule Pascal Lecoq. Ou encore l'équivalent de 300 mètres carrés dans une installation moderne (délivrant une puissance de 2 Kwh par mètre carré).

Un POD, intégrant les éléments pour installer le matériel et la distribution secondaire pour l'alimentation et le froid (onduleurs, batterie, alimentation primaire et production de froid sont situés à l'extérieur du conteneur), coûte entre 3 et 5 M€ selon la taille (avec un niveau de disponibilité Tier3). Selon HP, une économie de 30 % sur la consommation énergétique peut alléger la facture d'électricité de 100 000 euros par an environ. Selon Pascal Lecoq, l'intérêt pour ce type de solutions irait croissant sur le marché français : "pour un projet de construction de datacenter, nous identifions environ trois opportunités pour les POD". Reste désormais à concrétiser.

En complément :

- Crédit Agricole, EDF, FT, Natixis, etc. : quand les grands comptes font sortir de terre de nouveaux datacenters "verts"

- SGI renforce son offre de serveurs en conteneurs

- HP lance à son tour un datacenter prêt à l'emploi en conteneur

- HP : un datacenter réfrigéré grâce à l’air froid de la Mer du Nord

- HP imagine le datacenter alimenté à la bouse de vache

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close