Outsourcing : télécoms et megadeals dopent le marché, l'Europe à la traîne

Selon le cabinet TPI, qui scrute les contrats de plus de 25 millions de dollars, le troisième trimestre a été faste pour l'outsourcing. Mais ce niveau inattendu résulte avant tout de quelques grands contrats d'externalisation entre opérateurs télécoms. Et certainement pas de l'activité en Europe, qui demeure très faible.

tpiq309Selon l'indice publié par TPI, un cabinet de conseil spécialiste des opérations d'externalisation, le troisième trimestre 2009 a été un bon crû pour les contrats d'outsourcing. Pour ce cabinet qui répertorie les signatures de plus 25 millions de dollars (sur la durée totale du contrat), le trimestre est le troisième meilleur exercice depuis que TPI suit ce marché, soit depuis 28 trimestres. A 24,7 milliards, les trois mois d'activité dans l'outsourcing dépassent allégrement le niveau enregistré un an plus tôt (17,7) ou celui du second trimestre (20,4).

Un niveau certes flatteur, mais largement gonflé par les signatures de contrats entre opérateurs de télécommunications. Ces opérations, consistant pour un opérateur à confier son réseau à un homologue, ont représenté 30 % du total sur ce trimestre, comme l'explique Mark Mayo, associé chez TPI. Une véritable explosion : la taille de ce marché ayant été multiplié par plus de sept par rapport au troisième trimestre 2008. Sans cet élément, le niveau enregistré est en ligne avec le marché sur les quatre derniers trimestres.

Fin d'année : TPI optimiste
Si, sur les neuf premiers mois de l'année, il s'est signé moins de gros contrats d'outsourcing qu'en 2008, le cabinet TPI se montre confiant pour la fin d'année. Se basant sur les discussions en cours - et laissant entendre que d'autres megadeals pourraient être signés -, le cabinet anticipe une bonne fin d'année, qui pourrait amener le marché de 2009 pas si loin du niveau de 2008. Mark Mayo, associé chez TPI, se dit par ailleurs optimiste quant à l'évolution du marché de l'outsourcing dans les 6 à 9 mois qui viennent.
Cliquez pour dérouler

Retour des mega-deals à plus d'un milliard

Si ce segment explique à lui seul la croissance, TPI confirme également le retour des megadeals, ces contrats géants dépassant le milliard de dollars. Au troisième trimestre, ces derniers dégagent à eux seuls 6,5 milliards (hors secteur des télécoms). Un niveau qui n'avait plus été atteint depuis 5 trimestres.

Même avec ce bon résultat, le niveau des neuf premiers mois de 2009 reste inférieur à la même période de 2008. A 62,6 milliards de dollars, le volume des contrats d'outsourcing recule d'un peu plus de 10 % par rapport à la période ayant précédé la faillite de Lehman Brothers. Sans les deals entre opérateurs de télécommunications, la chute atteint même 23 %.

BPO : un recul de 45 % en valeur

Dans le détail, ce redécollage, orchestré avant tout par les opérateurs de téléphonie, profite à l'infogérance (d'infrastructures et applicative). A 20,1 milliards, ce marché enregistre son meilleur trimestre depuis la fin 2003. Même si, télécoms exclus, l'infogérance a connu neuf premiers mois de 2009 moins bons que la période équivalente de 2008 (-12,6 %). A l'inverse, le marché du BPO (externalisation de processus métier) reste déprimé. Avec trois trimestres sur trois très faibles en 2009. Selon TPI, la décroissance atteint 25 % en nombre de contrats signés (de plus de 25 millions de dollars) et 45 % en valeur. Avec un effondrement des contrats dans la finance/comptabilité ou les ressources humaines. Mais, à l'inverse, des segments en pleine explosion, comme la chaîne logistique.

Reste que ce constat ne s'applique guère à l'Hexagone, où ce segment est "quasi-inexistant", selon Frédéric Giron, directeur des études au cabinet Pierre Audoin Consultants (PAC). "Nombre de grands comptes, dans la banque ou la distribution par exemple, ont entamé des réflexions sur le sujet. Mais ces opérations s'accompagnent d'externalisation de personnels et, en période de crise, le volet social pose d'énormes problèmes".

Europe : un recul de 44 % sur les neuf premiers mois de 2009

Si les Amériques et l'Asie enregistrent un troisième trimestre de bon niveau, l'Europe peine à relever la tête. A 6,6 milliards, le marché du Vieux Continent accuse une baisse par rapport au second trimestre (voir ci-dessous). Reste que, traditionnellement, ces trois mois incluant l'été marquent un creux dans les signatures de contrats, comme l'indique l'historique de l'indice TPI. Mais, même en élargissant la perspective aux neuf premiers mois de l'année, le marché européen reste très faible, avec un recul de 44 % de la somme des contrats signés par rapport à 2008.

tpi emeaParti plus tard que son voisin britannique et adepte des contrats d'infogérance sélective, le marché français reste lui dynamique, selon Frédéric Giron. Le cabinet table toujours sur une croissance de 5 ou 6 % de l'infogérance en France sur l'année 2009. "Avec un segment de la TMA qui devrait tirer l'ensemble, avec une progression de 8 %, explique Frédéric Giron. Le tout dans un contexte de forte pression sur les prix, qui a pourtant pour effet de rogner cette croissance."

En complément :

- Outsourcing : quelques "megadeals" ne font pas le printemps

- Infogérance : Alcatel-Lucent confirme le retour des megadeals

- Exclusif : Sanofi-Aventis attrape le virus de l'infogérance

Pour approfondir sur BPO

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close