IBM profite de sa stratégie sur un marché décisionnel croissant en 2009

Comme prévu, les chiffres du marché du décisionnel pour 2009 sont positifs. La Business Intelligence n’a pas vraiment connu la crise. En revanche, le sort de chacun des leaders du marché n’a pas été le même. IBM s’en tire très bien, SAP beaucoup moins.

Avec 9,3 milliards de dollars de chiffre d’affaires mais surtout une croissance de plus de 4% le marché de la Business Intelligence a fait mieux que résister à la crise en 2009. Selon Gartner, la BI n’a pas retrouvé son rythme de 2008 mais a su prouver que son marché n’était pas aussi cyclique que celui des autres couches logicielles.
Pour autant, chacun des champions du secteur a connu une année différente. Si le leader demeure SAP - fort du rachat de Business Object, numéro un mondial d’origine française en 2008 -, l’éditeur allemand a bien connu une année très difficile. Sur le décisionnel, cela s’est traduit par une perte de part de marché de 1 point à 22,4% avec un chiffre d’affaires en recul de 0,6% à 2,08 milliards de dollars. Derrière, Oracle se maintient en seconde position en grapillant un peu de terrain, avec une croissance en ligne avec celle du marché (1,35 milliard de dollars en hausse de 5,3% pour 14,5% du marché) tandis que SAS - seule offre indépendante à ce niveau - marque le pas avec une croissance en deçà de la moyenne (à 3%) pour un chiffre d’affaires de 1,32 milliard et 14,2% du marché. Au coude à coude pour la deuxième place avec Oracle, l’éditeur semble cependant désormais légèrement distancé.


A la 4ème place, la grosse progression revient surtout à IBM fort de sa stratégie très orientée services et métier. Big Blue n’a pas cessé en 2009 de communiquer tant sur ces produits – fondés sur de nombreux rachats dont Cognos en 2008 – que sur ses retours d’expérience et enregistre une croissance spectaculaire de 14% à 1,135 milliard de dollars. Big blue dépasse désormais les 12% de parts de marché et à ce rythme, pourrait bien talonner prochainement SAS et Oracle.


Autre belle progression du côté de chez Microsoft qui profite d’une offre plus lisible, moins haut de gamme, et surtout d'un début d’adoption du côté des grosses PME. En hausse de 8% avec un chiffre d’affaires de 739 millions de dollars, l’éditeur de Windows s’octroie désormais pas loin de 8% du marché et distance un peu plus Microstrategy, 6e larron fort de 3,1% du marché avec un chiffre d’affaires de 295 millions de dollars en hausse de 5,4%.

En creusant un peu plus dans les sous-couches du décisionnel, Gartner explique cependant que dans le trio de tête, chacun demeure en réalité un spécialiste en dépit d’offres qui se veulent intégrées. SAP maintient une avance confortable sur la BI pure tandis qu’Oracle – s’appuyant sur son offre Hyperion – demeure très fort dans le CPM (Corporate performance management) et que SAS conserve son leadership dans les outils d’analyse. Seul IBM arrive à se positionner en challenger sérieux sur l’ensemble des trois segments.


Sur ces segments justement, les plates-formes BI – notamment du fait des performances de Microsoft et IBM – ont vu leur croissance atteindre 4,8% pour 5,98 milliards de dollars de revenus (64,2% de l’ensemble du marché décisionnel) tandis que le CPM (+3,6%) et les applications analytiques (+2,3%) progressaient moins rapidement pour représenter respectivement 20,8% et 15% du marché.

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close