Solutions Linux : Talend et PetalsLink rapprochent l’intégration de données de l’ESB

Poussés par un gros projet commun auprès du ministère de Défense, Talend et PetalsLink, deux membres du consortium Open Source OW2, ont décidé d’unir leurs technologies respectives et de rapprocher l’intégration de données du bus de service (ESB).

Rapprocher l’intégration de données de l’ESB (Enterprise Service Bus ou bus de service). A l’occasion de Solutions Linux 2010, PetalsLink, éditeur de solutions d’intégration de flux entre applications, et Talend, spécialiste de l’intégration de données et du MDM, ont annoncé un partenariat technologique.

Les partenaires, tous deux membres d’OW2 (consortium spécialisé dans le middleware Open Source), mettent en avant la complémentarité de leurs solutions. Bertrand Escudié, président de PetalsLink (30 personnes localisées à Toulouse), explique : “on ne se marche pas sur les pieds avec Talend. Ils se positionnent sur l’intégration de données tandis que nous nous focalisons sur l’intégration de flux d’applications. Mais, surtout, ce partenariat est né d’une demande d'un client, qui souhaitait être capable d’intégrer de la base de données dans un flux de processus entre applications”. Ce client, c’est le ministère de la Défense. Les deux partenaires se sont associés autour du développement d’une application de gestion des travaux et du patrimoine, distribuée dans 80 sites et permettant de gérer les plans des bâtiments du ministère ainsi que les travaux.

Une forme de réponse à la vague de rachats du monde propriétaire

Plus globalement, cette alliance, dont l’Open Source devient coutumière, permet à PetalsLink d’apporter des solutions d’accès aux bases de données rapides à mettre en œuvre avec la facilité d'usage des outils Talend, affirme Bertrand Escudié. De son côté, Talend hérite une solution orientée vers l’intégration des applications.

Ce type de partenariat constitue une forme de réponse aux rachats qui entourent le segment de l’infrastructure. Notons le rachat de Lombardi par IBM, ainsi que celui de Savvion par Progress Software. Ou plus loin encore celui de BEA par Oracle. ”Dans l’Open Source, on doit être capable de se rapprocher technologiquement.[...] Le fait de travailler dans les mêmes communautés permet de proposer des niveaux d’intégration supérieusr à ceux des offres issues de rachats”, explique Bertrand Escudié.

Open Source : l’avantage des coûts

Selon lui, le gros point fort de l’Open Source dans les architectures SOA réside dans la possibilité de réduire la facture finale de projets généralement de grande échelle. “Il existe sur le marché des briques technologiques propriétaires. Et dans une architecture SOA, ces briques sont vouées à être déployées à grande échelle. Pour être performants, nous allons avoir une solution distribuée sur des dizaines de serveurs. Avec des solutions propriétaires, ce type de projets va se traduire par des montants assez importants." Selon lui, l’Open Source permet également de faire monter progressivement en puissance le SI vers la SOA; ce qui au final reste fortement lié à la facture.

En complément :

Talend fait son entrée dans le MDM, en convertissant du code propriétaire à l'Open Source

Pour approfondir sur Architectures logicielles (SOA)

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close