L'électronique grand public cale Linux sur son cycle de vie

La Linux Foundation a inauguré lors de la LinuxCon Europe le projet Long Term Support Initiative (LTSI). Un projet lancé par le groupe de travail électronique grand public de la fondation dont l'objectif est de créer un rythme de publication du noyau Linux ainsi qu'un support adapté au cycle de vie des produits grand public. Ce projet, hébergé à la fondation, sera également la référence Linux pour ce segment de marché.

Quand l'électronique grand public fait entendre sa voix à la Linux Foundation. La très sérieuse institution Open Source, en charge de la promotion de Linux, a profité de la conférence LinuxCon Europe, qui se tient actuellement à Prague, pour annoncer la création d'une nouvelle branche au noyau Linux, dédiée au monde de l'électronique grand public.

Le projet, initié par le groupe de travail Consumer Electronics de la fondation et baptisé Long Term Support Initiative (LTSI), a décidé de caler les rythmes de publication du noyau Linux sur le cycle de vie des produits du monde de l'électronique grand public. Et d'y associer une forme de support, plus étendu, également adapté à ce secteur. En clair, LTSI propose de publier et de maintenir un noyau stable tous les ans, de lui assurer une qualité adéquate via des mises à jour régulières et enfin de garantir un support qui couvre la durée de vie d'un produit de l'électronique grand public, à savoir entre 2 et 3 ans (sic !). Un Linux pour l'embarqué grand public en somme. Et, naturellement, les ténors du secteur - membres du groupe de travail Consumer Electronics de la fondation - supportent le projet : on y trouve Hitachi, LG Electronics, NEC, Panasonic, Qualcomm Atheros, Renesas Electronics Corporation, Samsung Electronics, Sony et enfin Toshiba.

Il faut dire que, face à la montée en puissance de Linux dans les appareils grand public, comme les boxes Internet ou les appareils photo numériques, par exemple, le secteur avait dû s'organiser afin de faire front commun et éviter certains chevauchements d'activités. En octobre 2010, par exemple, le Consumer Electronics Linux Forum (CELF), qui regroupaient le monde de l'embarqué Linux grand public, et la Linux Foundation avaient décidé de fusionner leurs activités. L'objectif avancé était notamment de faciliter le développement collaboratif et de pousser, tous dans le même sens, pour promouvoir Linux.

LTSI est quelque peu la concrétisation de cette stratégie. Car, outre le fait de proposer un Linux taillé sur mesure au secteur de l'électronique grand public, la Linux Foundation servira également de plate-forme centrale d'hébergement du projet. Un point qualifié de "capital" par la fondation qui explique que les constructeurs d'appareils réalisaient des portages, des tests de bugs et des développements de pilotes, chacun de leur côté. Engendrant ainsi des coût substantiels lors de la mise sur le marché, ainsi que des efforts en termes de développement et d'ingénierie pour maintenir ses noyaux personnalisés".

LTSI vise ainsi à bannir la multiplication des projets isolés de développement et de maintenance chez les fabricants de terminaux. Cet effort de collaboration autour d'un noyau spécifique et de sa maintenance, censé également favoriser les contributions des acteurs, devrait au final accélérer l'adoption de Linux dans ce secteur d'activité, explique Jim Zemlin, le directeur de la Linux Foundation.

Une aubaine donc, d'autant plus que les contributions ne semblaient pas être monnaie courante dans les communautés de l'embarqué Open Source, comme nous le soulignaient les organisateurs de la conférence Embedded Linux Conference en 2009.

En complément sur LeMagIT.fr

Mobilité : Tizen, un projet Open Source fédérateur pour faire vaciller Android 

Embarqué : en route vers une unification de Linux

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close