HP Discover 2011 : HP invite à la transition vers le Cloud

Cloud. Le mot met un peu de temps à être lâché mais il arrive. Il faut dire que, dans son jargon marketing, HP a un autre mot pour ça : l’entreprise Instant-On. Certes, ce n’est pas que du Cloud Computing, mais c’en est aussi. Ce terme répété à l’envi par HP depuis l’automne dernier est donc revenu sans surprise. Bonne nouvelle, après plusieurs rachats, il commence à prendre véritablement corps dans les offres du groupe.

2«Chacun veut une expérience [IT] transparente, au travail comme dans sa vie personnelle [...] nous n’avons plus aucune tolérance pour les problèmes IT conventionnels », commence Leo Apotheker, nouveau Pdg de HP, reprenant la stratégie déroulée avec les analystes en mars dernier, mais cette fois-ci devant un parterre de quelques milliers de partenaires, employés et clients (et journalistes). La clé de tout cela, selon lui, c’est le Cloud Computing, «la force la plus disruptive depuis l’invention de l’ordinateur personnel», estime-t-il avant de vanter son approche qui, si elle ne fait pas une croix sur le passé, doit tout de même préparer à un futur inéluctable : «la production hybride, mêlant grille de calcul d’entreprise et Cloud Computing est le meilleur compromis. [...] Ce n’est que le début.» Une première étape où HP entend affirmer sa légitimité avec des solutions intégrées construites autour de son architecture convergée, avant de lancer, plus tard, ses propres offres de PaaS et sa place de marché applicative en ligne. Pour Leo Apotheker, les entreprises doivent donc s’inscrire dans la rupture avant d’être emportées par celle-ci. Et de se dire, au nom de HP, prêt à tendre la main : «nous voulons lever tous obstacles, y compris financiers. Pour cela, nous avons provisionné 2 Md$ de fonds pour des projets Cloud d’entreprise, des fonds accessibles via notre division de services financiers.» Le reste du concret tient en les annonces du jour, ainsi que quelques unes des récentes semaines passées.

Le stockage ? Plus rapide, plus fexible, moins cher à administrer

Et cela commence par le stockage et la cinquième génération de la baie virtualisée EVA P6000. Celle-ci se distingue notamment par le support de la migration dynamique de volumes logiques (LUN) : un volume RAID 1 prend trop de place pour son niveau d’utilisation ? Il peut être converti en RAID 5 de manière transparente, tout en restant disponible. L’opération s’appuie sur un clonage suivi d’une synchronisation. L’EVA P6000 supporte en outre Fiber Channel, FCoE et iSCSI en 10 Gbps. Et elle offre le double de capacité à densité égale par rapport à la génération précédente en misant sur des disques SAS2 2,5 pouces plutôt que sur des disques 3,5 pouces. Au final, le modèle P6500 atteint une capacité totale de 480 To, mais avec des disques... 3,5 pouces de 2 To chacun. Le Thin Provisionning est là pour optimiser l’utilisation des ressources de stockage. Pour HP, c’est bien simple, cette nouvelle génération d’EVA P6000 est parfaite pour gérer des données non structurées, en mode multi-tenant, «pour le monde de la virtualisation et des charges de traitement imprévisibles». Bref, l’outil idéal, selon le constructeur, pour consolider son stockage : «l’époque des silos est terminée », assure-t-il d’ailleurs.

Cette baie s’intègre dans une approche plus vaste du stockage, celle du stockage «convergé», basé sur des architectures BladeSystem ou ProLiant et où tout est intégré, du stockage aux applications en passant par les outils d’administration. Avec deux offres : l’une taillée pour les PME et l’autre conçue pour les grandes entreprises et établie à partir de produits 3Par, Ibrix, et StoreOnce. De quoi permettre, toujours selon constructeur, de mêler, selon les besoins, stockage en attachement direct, NAS et SAN, pour serveurs physiques et virtuels. Dans le haut de gamme, c’est le système Ibrix X9000 qui doit prendre la place, avec le support de 16 To et 1000 noeuds - le tout administré via une unique console. Un produit complété par le X5000 G2 qui se veut taillé spécifiquement pour les environnements Microsoft. HP a même pensé à la conformité en prévoyant l’implémentation du standard WORM (écrire une fois, lire plusieurs fois) pour protéger les données une fois qu’elles ont été écrites. 

Le Cloud, en douceur

Vient enfin le triptyque AppSystem, VirtualSystem et CloudSystem de systèmes intégrés taillés sur mesure, visant notamment à permettre de migrer en douceur vers le Cloud sur des applications ou des domaines précises. Et là, pour la gamme AppSystem, HP souligne un investissement de 250 M$ conjoint avec Microsoft. Et, surtout, insiste sur la concrétisation du rachat de Vertica, mi février dernier, en présentant une appliance spécialisée dans l’analyse de gros volumes de données et conçue, précisément, à partir des solutions de Vertica. Cette solution se veut surtout simple avec «littéralement 5 câbles à connecter, 5 clics de souris» pour démarrer, selon Paul Miller, patron des offres systèmes convergés. Et pour couronner le tout, un outil de consolidation des mises à jour à validation automatique des dépendances - «jusqu’à 2000 composants pouvant être mis à jour en un seul clic.» 

Plus loin, Leo Apotheker finit de boucler la boucle et rassemble les pièces du puzzle, avec bien sûr les terminaux d’accès et WebOS - «conçu pour l’entreprise car les services IT sont intégrés au niveau des couches logiques du Web et gérés de manière centralisée par la DSI» - mais aussi la sécurité. Là, il y a bien sûr TippingPoint - entre autres. Mais plus loin, le Pdg de HP affirme «investir là où va le marché de la sécurité ».

Bref, le groupe semble donc en train de donner un dessein à son offre, à la mettre en cohérence, comme le souligne Leo Apotheker : «nous voulons être la plateforme du Cloud. C’est notre stratégie pour aujourd’hui, et notre stratégie pour demain. Nous voulons permettre d’aller vers le Cloud en optimisant les investissements existants [...], en permettant une transformation transparente des entreprises.»

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close