Pour Infosys et Wipro, Satyam a cessé d’être un concurrent crédible

La vente aux enchères de Satyam à Tech Mahindra aura-t-elle suffi à sauver celle qui était, il y a encore six mois, la 4ème SSII indienne ? Pas sûr. Du mois ses concurrents Infosys et Wipro semblent-ils l’estimer… à moins qu’ils ne s’autorisent enfin à sortir de leur réserve pour profiter à plein de l’hémorragie que connaît le portefeuille de clients de Satyam.

Est-il réellement possible de sauver Satyam comme le gouvernement indien l’a tenté en mettant en vente, aux enchères, la SSII pour la marier, in fine, à son concurrent Tech Mahindra ? Alors que le scandale déclenché par les malversation de Ramalinga Raju, l’ancien PDG de Satyam, lui aurait fait perdre un tiers de ses clients… La question semble se poser cruellement.

Dans la déclaration de leurs résultats annuels au gendarme des marchés boursiers américains, la SEC, Infosys et Wipro ont tout simplement retiré Satyam de la liste de concurrents significatifs. Pour Wipro, la concurrence, c’est notamment Accenture, IBM Global Services, Cognizant, Infosys et TCS. L’an passé, cette liste intégrant encore Satyam. De son côté, Infosys fait également l’impasse sur celle qui fut la quatrième SSII indienne, évoquant notamment TCS et Wipro aux côtés d’Accenture, Atos Origin, Cap Gemini, Genpact, HP, IBM, Oracle, SAP et WNS.

Jusqu’ici, Infosys, Wipro et TCS s’étaient plutôt efforcés de rester ouvertement sur la réserve. Une pudeur déplacée ? De fait, l’hémorragie semble continuer chez Satyam. Selon nos confrères indiens du Times of India, les américains Agilent Technologies et Lowe’s, ainsi  qu’Euronet Worldwide viennent de mettre un terme à leurs relations avec la SSII. Satyam fournissait notamment à Agilent un service de support technique 24h/24 avec un effectif dédié de près de 300 personnes. Quant à Lowe’s, la SSII lui consacrait plus d’une centaine de salariés. Plus petit, le contrat avec Euronet Worldwide – un spécialiste des services financiers – n’occupait qu’une trentaine de personnes.

C’est dans ce contexte loin de l’euphorie que Satyam s’apprête à dégraisser les équipes des fonctions de support de son activité de BPO (externalisation de processus métier) – 3000 personnes : selon nos confrères de DNA India, le ratio entre personnel facturable et personnel de support serait de 35:1 ; il devrait passer à 80:1. Le département des ressources humaines pourrait être lourdement touché. Au total, Tech Mahindra chercherait à économiser 200 M$ par an. Des économies qui devraient passer par une sévère réduction des effectifs de la SSII - proches des 40 000 personnes -, réduction qui pourrait affecter près de 10 000 salariés.

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close