SkySQL accueille Intel Capital à son capital

Le spécialiste des services autour de MariaDB et de MySQL annonce avoir levé 20 millions de dollars dont 13 millions après d’Intel Capital.

Nouvelle étape dans la structuration de l’écosystème de MariaDB. SkySQL, la société spécialisée dans les services autour de MariaDB et de MySQL, a annoncé avoir réalisé une levée de fonds de quelque 20 millions de dollars. Un second tour de table clé dans l’évolution de la société, qui, on se le rappelle, sert aujourd’hui de référence dans le monde des services MariaDB. Car outre le fait d’apporter de l’argent frais à la société en pleine structuration de son offre et de son modèle économique, cette opération capitalistique lui permet d'accueillir le fonds Intel Capital en son sein, la filiale d’investissement du célèbre californien, qui y injecte 13 millions de dollars (10 millions d’euros environ). Les investisseurs historiques de la société, qui avaient participé à la première levée de fond de la société en 2012, ont également remis la main à la poche, rapporte SkySQL.

Il faut dire que cette levée de fonds tombe bien pour la société. En avril dernier, SkySQL a en effet annoncé fusionner avec Monty Program, la société de Monty Widenius, à l’origine des développements de MariaDB. Scellant dans le marbre une collaboration existante depuis la naissance de MariaDB, l’un pour les développements, l’autre pour les services. En fusionnant, SkySQL, nom de la nouvelle entité, avait également fait gonflé son effectif, pris de l’embonpoint dans la communauté et devenu un peu plus le référent service MariaDB, au côté de la MariaDB Foundation, qui conserve le coeur indépendant de la base de données Open Source - où Monty Widenius joue un rôle clé dans les développements.

A cette étape s’ajoute également une accélération de l’adoption de MariaDB. Si l'on se rappelle les décisions des communautés Fedora et OpenSuse d’inclure par défaut la base de données dans leur distribution Linux, il faut également noter que Google et Wikipedia, deux icônes du Web, ont également franchi le pas et rejoint le cercle des utilisateurs. Google, que l’on sait contributeur, utilise MariaDB pour certains des services coeurs de sa pharaonique infrastructure aux côtés d’autres bases, y compris NoSQL. La firme de Mountain View a également contribué du code qui apparaitra dans les fonctionnalités de la prochaine version de MariaDB, notamment autour de la réplication parallèle.

Donner de la visibilité à MariaDB

L’heure était ainsi à accompagner SkySQL. Ce nouvel apport d’argent frais servira ainsi à accélérer le projet MariaDB ainsi qu’à dynamiser la communauté autour de la base, nous confie Patrik Sallner (en illustration), le CEO de SkySQL, dans un entretien avec la rédaction. Il s’agira d’épauler des travaux pour favoriser son adoption, ses performances et «son déploiement dans les environnements plus complexes et à plus haute échelle», indique-t-il. Et ainsi mieux positionner techniquement MariaDB en frontal à MySQL. Mais ce n’est pas tout : il s’agira également de renforcer la visibilité de la base. «Aujourd’hui, MariaDB est peu connue en dehors de la communauté. Elle ne dispose pas d’une notoriété au niveau de MySQL ou Linux dans les entreprises, où elles en ont peu entendu parler». Fedora et OpenSuse ont certes décidé d’intégrer la base, mais leurs utilisateurs ne la connaissent pas forcément sur le marché. «A nous de fournir plus d’informations sur la question et sur ses avantages par rapport à MySQL», précise-t-il. Des travaux autour d’une base de connaissance seront par exemple menés. Des investissements seront également réalisés pour viser les distributions Cloud, à l’image d’OpenStack par exemple, pour en faire le SGDB par défaut, poursuit encore Patrik Sallner.

En parallèle, SkySQL entend également développer une offre commerciale de services, de produits et de composants pour MariaDB pour muscler la base notamment en matière de déploiement à grande échelle. Autre levier, «faciliter ses déploiements» dans des environnements différents. Il s’agit ainsi rendre l’accès à MariaDB aussi simple que ça l’est avec Oracle par exemple, note encore le CEO. Un développement de l’outillage, certes, mais également de la formation de DBA, qui ont un accès plus facile à Oracle.

Logiquement, la société entend recruter dans monde et augmenter la présence de la communauté. «Nous avons constaté un gros succès en Corée du sud», affirme Patrik Sallner. La société compte également renforcer ses initiatives sur certains marchés «où nous pensons qu’il y a un gros potentiel», citant notamment la Chine où des figures locales comme Alibaba montrent un certain intérêt.

Restera enfin une question : quid de la présence d’Intel Capital au capital de SkySQL ? Intel, qui développe sa propre distribution Hadoop, optimisée pour les processeurs du groupe, pourrait-il être intéressé par l’expertise de SkySQL en matière de base de données ouverte ? Pour Patrik Sallner, cet investissement d’Intel Capital est davantage d’ordre financier et n’est pas coeur de métier. Toutefois, ajoute-t-il, des discussions sont en cours autour de Hadoop.

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close