freshidea - Fotolia

MariaDB Corp : le retour de Monty Widenius

Monty Widenius reprend les rênes techniques de MariaDB suite à la nomination d’un nouveau CEO et d’une levée de fonds de 9 millions de dollars.

Une reprise en main du chef pour une dernière chance ? C’est un peu la question que l’on se pose d’abord à l’annonce par MariaDB, ex SkySQL, de la nomination d’un nouveau CEO et d’une levée de fonds de 9 millions de dollars, réalisée auprès de fonds américains. Mais, celle-ci devient plus précise quand on apprend que cette levée de fond s’accompagne du retour de Monty Widenius, figure emblématique des bases de données Open Source et créateur historique de la base MariaDB,  aux commandes techniques (CTO) de la société. Bref, une étape charnière pour la société.

Pour mémoire, MariaDB est d’abord une base de données initiée par Monty Widenius, l’un des fondateurs de MySQL, en réaction à l’immobilisme d’Oracle face à MySQL, tombé dans le giron du Californien avec le rachat de Sun. Parti de chez Oracle, Monty Widenius avait alors monté sa propre société, Monty Program, pour faire vivre les développements de MariaDB.

En 2010 naît un premier acteur clé de l’écosystème MariaDB dont le parcours allait être étroitement lié à l’évolution de la base de données. SkySQL prend alors forme, bâtie avec les membres clés de la communauté MySQL, réunis pour proposer des services autour de MariaDB et MySQL. Cette société compte Monty Widenius parmi ses actionnaires.

Cette société a attaqué le marché, tentant de remplacer MySQL par MariaDB, et en développant des enrichissements pour les bases de données relationnelles, faisant évoluer son modèle vers l’édition. De "Particulier à Particulier" et "Pierre et Vacances" font par exemple partie des clients en France.

En avril 2012, la société réalise sa première levée de fonds (4 millions de dollars) puis place à sa tête, au poste de CEO, un expert des services IT, Patrik Stallner, premier cadre extérieur aux membres historiques de MySQL. Cette nomination était aussi accompagnée d’une levée de 2 millions de dollars supplémentaires.

En décembre 2012, Monty Widenius décide de confier la gouvernance de MariaDB à une fondation indépendante (la MariaDB Foundation), en charge de protéger les intérêts de la base Open Source et de sa communauté. Outre le fait de siéger au board de la fondation, son créateur en assurera la direction technique.

Dans un effort de structuration de l’écosystème, Monty Program et SkySQL décident finalement de fusionner en avril 2013, laissant toute la latitude à Monty Widenius de s’occuper de la fondation. Une opération clé qui guida SkySQL vers une autre levée de fonds, cette fois-ci de 20 millions de dollars. Intel Capital monte alors au capital de la société.

Etape ultime, et comme pour clarifier le message, SkySQL décide de changer de nom pour devenir MariaDB Corporation en octobre 2014. Les éléments semblent bien en place.

Batailler sur un marché des bases de données en pleine mutation

Reste que si MariaDB a conquis des territoires clés, en remplaçant MySQL chez des grands comptes ou en se logeant comme base de données par défaut chez Red Hat ou Suse, elle peine encore à assoir un niveau de popularité dans le monde des bases de données.

Si l’on se réfère à l’indice de DB-Engines, qui analyse la popularité des bases, MariaDB oscille entre la 20ème et 30ème place (23ème de toutes les bases, 14ème des bases relationnelles). En janvier, la base gagne quelque place (de la 27 à la 23ème place), signe d’un dynamisme dans la communauté. Mais elle est aujourd’hui coincée entre MemCached et CouchDB, deux bases qui ne sont pas relationnelles. Cela illustre une mutation du marché, de plus en plus ramifié et concurrentiel. Un défi supplémentaire pour MariaDB.

C’est probablement ce qui a précipité les départs très discrets de Patrik Sallner à l’automne 2015 – il occupe désormais le poste de CEO de la société finlandaise OpusCapita – et de Michael Carney (en janvier 2015), cadre de la communauté MySQL en France, qui avait contribué à la création de SkySQL – aujourd’hui en charge de l’Europe pour …Basho, qui édite la base de données NoSQL Riak. Tout un symbole.

Monty Widenius, porte-étendard technique

Etonnement, en juillet dernier, MariaDB Corp change de CTO et recrute Nishant Vyas, ancien cadre des activités base de données de LinkedIn. Sa mission : adapter un peu plus MariaDB aux architectures de type Web-scale et Cloud. On se rappelle également que LinkedIn est à l’origine des développements de la base de données NoSQL Voldemort.

Conditionné ou pas à la nouvelle levée de fonds de 9 millions de dollars (en fonds propre, Intel Capital est parmi les investisseurs), le retour de Monty Widenius constitue une énième étape clé pour la société. Il reprend les rênes techniques confiées précédemment à Nishant Vyas, tout en préservant certaines fonctions à la MariaDB Foundation, comme celle « d’avocat Open Source ».

« Au sein de l’équipe MariaDB, je vais pouvoir créer plus rapidement des fonctionnalités innovantes de gestion des données et veiller à ce qu’elles soient ouvertes et accessibles à la communauté mondiale du développement, tout en continuant à collaborer étroitement avec MariaDB Foundation », précise-t-il dans un communiqué.

De son  côté, le nouveau CEO, Michael Howard, aura pour tâche principale de tout mettre en musique. Il a occupé le poste de CEO d’une société spécialisée dans l’analyse prédictive pour le CRM, ou encore celui de directeur marketing de Greenplum (désormais Pivotal).

Sa mission sera « d’opérer les aménagements nécessaires pour permettre à MariaDB de poursuivre sa forte croissance et de piloter l’innovation technologique à la pointe du marché de l’entreprise, désormais mondiale, en partenariat avec la communauté des utilisateurs de MariaDB », assure la société dans un communiqué. Serait-ce les aménagements de la dernière chance ?

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close